30 novembre 2009

Écriture cursive et scripte

Le Soleil consacre deux articles intéressants sur l'écriture de nos élèves (ici et ici).

Avant d'aller plus loin, il faut savoir qu'au Québec, le programme de français indique que l'apprentissage de l'écriture scripte et cursive doit se faire entre la première et la quatrième année. Pour Lise Ouellet, reponsable du programme de français au MELS, le choix appartient aux enseignants et il importe d'avoir une position claire au sein d'une même école. C'est clair, non?

Le Soleil cite des études à l'effet que l'apprentissage de l'écriture cursive serait préférable dès la première année. On évite ainsi un double apprentissage (script et ensuite cursif). Par ailleurs, contrairement à ce qu'on affirme, loin de nuire à la lecture, les élèves écrivant en cursive seraient plus performants en lecture.

Chose certaine, enseignant en première secondaire, je peux vous indiquer trois choses.

Premièrement, j'ai des élèves dont la calligraphie est épouvantable. On dirait des textes écrits par de très jeunes enfants. Il faut de bons yeux et beaucoup d'imagination pour comprendre ce qu'ils ont gribouiller.

Deuxièmement, certains élèves ont une mobilité fine nettement déficiente. Il faut les voir s'appliquer avec difficulté à former des lettres.

Troisièmement, à cause de cette carence, ils sont d'une lenteur incroyable quand vient le temps d'écrire. Imaginez quand ils vont apprendre qu'ils auront un temps limité pour écrire certains textes!

8 commentaires:

Missmath a dit…

Faites-les écrire sur des claviers !!!

bobbiwatson a dit…

À l'école primaire de mes enfants c'était script en première année, scritp lié en deuxième et cursive en troisième. Et c'est encore comme cela dans cette même école ... comme dans bien d'autres de ma CS. Il faut au moins trois années pour bien assimiler une calligraphie: on leur demande des miracles. On les prends pour des enfants de ..., pour des presque génies!

Stagiaire a dit…

Mon plus vieux a appris le script en premier, la cursiver en 2e alors que mon 2e coco n'apprend seulement que la cursive.

La différence est flagrante.

Apprendre à écrire en script est intuitif lorsqu'on sait écrire en cursif. Le contraire est beaucoup plus difficile, surtout pour les enfants qu'on n'a pas corrigé l'écriture script (écrire de bas en haut).

Jonathan Livingston a dit…

Z'ont pas le temps d'écrire avec tous leurs jeux et leurs projets... Comme j'aime à le répéter, les bases au primaire... les projets aux universitaires... entre les deux, outillons l'esprit patiemment, systématiquement...

Moi, je trouve encore bien plus pratique de savoir dessiner et écrire pour prendre des notes rapidement et aussi fournir une explication à un élève. Si on n'apprend qu'à pianoter sur un ordi, autant se faire greffer des implants tout de suite.

Les ordi-dépendants, en croissance ces dernières années, qui ne peuvent rien faire sans un portable, j'ai du mal... Et cibole qu'on attend après leur obsession dans le quotidien. Essaye de discuter avec quelqu'un qui est déjà en train de mettre en mot sur une page word le début d'un échange professionnelle... Bref, Missmath, je ne seconde pas...

Bientôt, on va montrer à dicter sur son portable comme des greffiers pour ne pas se déranger... La discussion sera fermée!

Développer la coordination de la main et de l'oeil aura toujours son sens pour un humain...

bobbiwatson a dit…

Le Ministère de l'Éducation, qu'il s'appelle MEQ ou MELS, a le don de tout compliquer. Son adage préféré? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!

Et on voit où en sont nos enfants n'est-ce pas?

Il devrait donner des cours de décryptage aux enseignant(e)s. Une telle formation équivaut certainement à la formation sur le rire.

Rouge a dit…

Tu me permets d'ajouter un mot ?
Les enfants Tourettes souffrent de raideur au bras qui nuisent considérablement à la qualité de leur écriture. Je vois mes deux enfants s'appliquer péniblement à bien écrire et leur naturel est toujours assez catastrophique (et revient vite au galop). Pourtant, ils écrivent souvent...

bobbiwatson a dit…

Je pense que les profs devraient être au courant (et le sont) de leurs élèves problématiques. Je pense que PM faisait allusion à ses élèves "en général".

Jonathan Livingston a dit…

Rouge: Bref, puisque les cas exceptionnelles ne peuvent pas bien écrire, faisons l'enseignement que de la cursive... ou arrêtons d'écrire à la main.

Personnellement, j'ai vu plein de jeunes qui ne savent pas écrire en lettre attachée ou qui foutent des majuscules partout. Les priorités ne sont pas mis à la bonne place. Mais bon, on dessinait beaucoup quand on était jeune et on ne se sentait pas poche en se comparant aux adultes tout le temps ou à l'efficacité des machines...

Or, à force de les ploguer sur une machine tout le temps, ils restent hypnotisés et n'apprennent pas vraiment avec ces aides multiples comment se servir de leur tête et même de leur main. Nos enseignements sont superficiels pour un tas d'enfants souffrant de nos jours du déficit de l'attention parce que dopés aux spectacles intéressants de la machine... Ils n'écoutent pas. Remarquez les collègues cyberdépendants ont le même tic!

A relire votre analyse, Prof, je me dis qu'on en essaye depuis un boutte des choses en éducation sur la fois des dernières études du dernier twit universitaire qui réussit à vendre sa salade... Pas dans des projets d'essais qu'on examine soigneusement avant de lancer le système au complet dans des aventures hasardeuses.

L'éducation de nos jours est un système sans colonne vertébrale qui réagit à n'importe quoi, au humeur, à la mode, à la dernière invention technologique avec son obsession d'être de son temps.

L'éducation pourtant devrait être un bloc de savoir et de transmission de méthodes qui traversent le temps et les modes et portent des valeurs humaines solides parce que c'est l'école qui nous a mené jusqu'à ce monde dans lequel on vit avec toute son invention et sa sophistication. Ici on commence à rogner dans je dirais un fondamental de l'école élémentaire, apprendre ses lettres...

Quand on pense que cette réforme et ses programmes ont été annoncée à une époque où Internet venait à peine d'entrer dans nos vies... Sans recul aucun sur cette invention et son impact sur l'humain, on a décidé de lancer toute l'école dans une direction inconnue...pour intégrer des TIC et faire éventuellement de l'enseignement par machine.

Et depuis, on improvise... Une éducation qui improvise à ce point n'en est plus une. On peut commencer à s'inquiéter pour l'avenir...