15 juillet 2010

Cours de natation: prise 2

Dans Le Soleil,, Daphné Dion-Viens apporte quelques précisions quant au fameux cours de natation que certains souhaiteraient voir devenir obligatoire à l'école.

Tout d'abord, on parle davantage d'un cours «d'initiation» à la natation. En fait, il s'agirait d'un «programme d'évaluation de trois habiletés de base en natation», selon Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage du Québec.

Ensuite, on étendrait ce cours à l'ensemble du Québec après une expérience pilote auprès de deux écoles de la région de Québec. DEUX écoles. Grosse expérience! Avoir présenté cette expérience comme travail dans mon cours de métho à l'université, mon prof aurait tout simplement ri de moi! Avec raison.

Enfin, et c'est là qu'on découvre toute la saveur de ce projet, ce cours permettrait «d'informer les parents du niveau de compétence de leur enfant dans l'eau et de recommander, dans certains cas, de l'inscrire à un cours de natation.» Aye les parents! Que diriez-vous de vous assurer que votre enfant sache nager parce qu'il a coulé son cours, au propre comme au figuré... Vive l'État maternisant!

Je suis désolé, mais je décroche totalement quand je vois que des initiatives de la sorte sont refilées aux écoles. Je ne suis pas contre la vertu: seulement, je suis excédé qu'on demande toujous aux mêmes d'être vertueux.

Le véritable problème n'est pas les enfants qui ne savent pas nager, mais bien leurs parents qui s'en contrefoutent. Une petite preuve de cela: en Ontario où une telle mesure a été instaurée, on indique que les inscriptions à des cours de natation ont augmenté de 30% depuis l'instauration de cette initiative. De seulement 30% alors que 50% des élèves ont réussi cette initiation avec une veste de sauvetage et que 25% l'ont tout simplement échouée. Ça me semble assez éloquent.


****************************

Dans la même veine, on apprenait ce matin que «Les immigrants au Canada courent plus de risque de se noyer que les personnes nées au Canada». Le voilà le vrai problème! Tant qu'à sombrer dans le ridicule, il est grand temps qu'on s'inspire des méthodes de la CIA et qu'on impose la simulation de noyade à tous les nouveaux venus canadiens ou encore qu'on refuse la citoyenneté canadienne à tout immmigrant qui ne sait pas nager. Pas savoir nager et vouloir venir dans un pays dont la devise est «D'une mer à l'autre»...

6 commentaires:

Missmath a dit…

Je pense que je vais commencer mon cours de statistique l'automne prochain avec ces références et en lisant ton délicieux dernier paragraphe.

Prof Malgré Tout a dit…

Dans la région de Québec... Come on! C'est plus pratique pour les fonctionnaires qui évalueront le programme, mais la clientèle est surtout blanche et catho.

Bon quand j'y pense, c'est mieux à Québec. J'n'ai pas envie que mes impôts servent à payer l'hôtel à ce groupe de fonctionnaires.

De toute façon, ils seront huit adultes pour 18 enfants et ça va être un succès total. Ensuite, un prof va se retrouver avec sa gang de 25 élèves dans une piscine. Ça ne vous rappelle pas quelque chose? Et oui, ça va être la même gang qui nous ont balancé le renouveau pédagogique. Faut bien qu'ils se créent de l'emploi, sinon ils devront retourner enseigner dans la vraie vie.

Anonyme a dit…

Éducation - Des cours de natation pour tout le monde

vendredi 9 jui, 17 h 32

Le Ministère de l'Éducation voudrait implanter des cours de natation obligatoires dans toutes les écoles primaires de la province. C'est que Québec souhaite prévenir les noyades chez les jeunes enfants et ainsi éviter des drames comme celui qui est survenu plus tôt cette semaine dans l'arrondissement Haute-Saint-Charles à Québec, quand un garçon de huit ans s'est noyé dans une piscine municipale.

Ce nouveau programme, intitulé Nager pour survivre, serait offert aux enfants dès cet automne. Il a été élaboré par la Société de sauvetage du Québec, l'organisme qui forme tous les sauveteurs des piscines publiques. Les compétences minimales pour survivre en eau profonde seraient enseignées aux jeunes du primaire.

Trois leçons

Les enseignants seront invités à collaborer puisque le programme prévoit trois leçons théoriques relativement à la sécurité aquatique. Dans un deuxième temps, les enfants auront à suivre trois leçons d'une heure dans une piscine intérieure. Les enfants apprendront alors à prévoir un chute accidentelle, à nager sur place pendant une minute et à nager sur une distance de 50 mètres pour atteindre un point de sécurité.

Le programme, a été testé au mois de mai sur des jeunes âgés de 8 à 12 ans dans six écoles de la province dont quatre à Montréal et deux à Québec. Ces cours pourraient réduire de 50 % les risques de noyades, selon Marie-Hélène, une sauveteuse rencontrée aujourd'hui.

Populaire mais mortelle

Cette activité est la deuxième plus populaire chez les enfants de 5 à 12 ans après le vélo mais c'est aussi la troisième cause ...

Yahoo actualités

bobbiwatson a dit…

Deux à Québec et quatre à Montréal?
Le Québec est vraiment le champion de la communication déficiente.
Qui a entendu parlé des quatre écoles à Montréal? Qu'elles sont-elles? Pourquoi le JdeQ s'intéresse-t-il plus à la question que le JdeM ?????

PM, creuse le sujet mais garde ta piscine ouverte: elle pourrait être bénifique !

bibco a dit…

Êtes-vous en vacances prof? Je ne sens pas dans vos billets l'ombre d'une petite fraîche, une petite brise ou même un souffle léger propice à la détente. Vous faites quoi de votre été?

Le professeur masqué a dit…

Non, non, je suis en vacances, mais très tranquille.