21 mai 2012

Montréal a son Sergeant Pepper!


Cette policière a-t-elle abusé du vaporisateur de poivre? A vous de juger.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon avis?
Les gens arrosés ont cherché l'agent 728... Ils l'ont trouvé...

Quoique c'était plutôt arrosé comme réplique. Comme on dit, "fesser à coups de bazooka sur une mouche n'est pas la façon la plus efficace de la tuer, mais la plus radicale"...

Ce que je ne comprends pas, ce sont que les collègues de cette policière, lorsqu'ils ont vu le dérapage commencer, pourquoi ils n'ont pas envoyé l'agent 728 à la place d'un autre confrère qui aurait pris sa place...

Mais bon, ils l'ont cherché, l'ont trouvé, mais elle y est allée à coups de bazooka!

Marâtre

Le professeur masqué a dit…

Marâtre: une fois, ça va. Mais trois? Tu feras quelque chose de similaire dans ta classe comme manque de professionnalisme et on en entendrait parler. Un policier a de grandes obligations. Dont celle d'avoir du discernement. Le poivre de Cayenne est supposé ne pas être utilisé à cette fin.

Anonyme a dit…

Bien d'accord! C'est ce que je disais, même si en me relisant, ce n'est pas aussi clair que je le croyais.
Elle a exagéré. Mais n'en demeure pas moins qu'ils ont tout fait pour qu'elle récidive.

marâtre

Le professeur masqué a dit…

Et elle a eu l'air d'une conne. On enseigne aux policiers à ne pas tomber dans ce panneau. Tout comme aux profs d'ailleurs... :)

Profquifesse a dit…

Un flic n'a pas le droit d'agir sous le coup de la colère, ni du dépit ou de l'agacement, point à la ligne. Flic ou pas, il s'agit d'une agression non motivée. Essayez de poivrer un étudiant qui se fout de votre gueule, ou un voisin qui refuse de baisser sa musique.
Décidément,ce conflit ramène à la surface bien des scories que la paix civile arrive à masquer.