23 février 2007

The boy in the box

Je m'ennuie de Corey Hart et de Félix, l'enfant dans la cage, faut croire... Mais voilà que, ce matin, on apprend des nouvelle de l'un des deux.

En terminant, je vous rappelle ce détail: Félix aurait passé cinq semaines dans une cage dans une classe ou se trouvait également son frère jumeau. Il aurait donc fallu cinq semaines avant que ses parents ne l'apprennent et réagissent.
L'histoire vous semble toujours aussi crédible?





Pour en savoir davantage:



http://www.cyberpresse.ca/article/20070223/CPNOUVELLISTE/702230695/1023/CPACTUALITES

13 commentaires:

Marchello a dit…

Cher Masqué, il semble que les MEDIA ait exagéré et fait du sensassionnalisme avec cette histoire.

Par contre il est très possible que l'enfant ait été en retenu pendant 5 semaines sans que les parents ne le sachent. Même si le frère jumeau était présent. L'emprise et le contrôle qu'exerce un professeur sur son élève est énorme.

Si les parents ne cuisine pas leur enfants à chaque semaine, les histoires du genre peuvent rester secrètes toute une vie.

Il n'est pas dans l'ordre psychologique normal d'aller raconter tous ses déboires à ses parents. Plus souvent qu'autrement l'enfant se sent coupable et garde ça pour lui, tant qu'au frérôt, c'est le parfait complice de son frère.

unautreprof a dit…

Les enfants là-dedans? Cette histoire va tellement leur nuire, à ces deux jumeaux.

Autant de la part des parents que des médias, de grâce, un peu de respect de vie privée non?

Le professeur masqué a dit…

Un autre prof,

Effectivement, les médias ont rapporté tout ce qui permet d'identifier le jeune en question. Sans pouvoir citer mes sources, je peux aussi vous dire qu'un ou deux journalistes ont eu l'impression d'avoir été floués dans cette histoire et je ne suis pas convaincu que les parents auront autant de couverture médiatique maintenant. D'autant plus qu'ils ont porté des accusations graves à l'égard de la direction de l'école et de l'enseignante, accusations qui pourraient leur valoir facilement un procès, soi-dit en passant.

Marchello,

Ce que vous dites est vrai. Seulement, CINQ longues semaines dans une cage et son frère jumeau n'en parle même pas? Ou la situation n'est pas crédible ou il y a un sérieux problème dans cette famille. En fait, les parents ne s'en sont aperçus, disent-ils, que lorsque les notes de leur fils en maths ont chuté.

Disons que je me pose des sérieuses questions, c'est tout.

Zed Blog a dit…

Bien! Attendons encore cinq semaines!!!

Très bon article, merci Prof masqué! Un cas intéressant pour la DPJ, effectivement, car ces enfants semblent avoir besoin d'aide. Et merci pour le suivi, afin qu'on ne zappe pas trop vite une chose importante qui n'est pas réglée.

Je préfère décidément John Cage.

Le professeur masqué a dit…

Merci de votre humour, Zed!
Si l'on lit bien l'article, on comprend que les parents n'ont pas l'intention de retourner leurs deux enfants à l'école avant quelques semaines.

Zed Blog a dit…

Prof masqué,

Et imagines-tu un instant le tort que chaque jour de délai ajoute aux enfants? L'image d'une société totalement manipulable qu'ils reçoivent? L'absence de cadre, de règlements justes, bref, l'absence de soins?

Enfin, j'adresse la question avec et non à toi. Elle n'en est pas une pour toi car je sais bien que toi, tu l'imagines fort bien.

Merci pour ta sensibilité et pour la partager avec nous.

;-)

Le professeur masqué a dit…

De mémoire, je n'ai jamais entendu un cas ou la DPJ ait été appelée pour obliger un parent à envoyer son enfant à l'école. Va-t-on assister à une première?

Zed Blog a dit…

Prof masqué,

N'y-a-t-il pas de vieux films américains là-dessus? Je me demande. Sinon, bien voilà... Quel merveilleux sujet pour récupérer l'imaginaire collectif.

Hélas.

Une colonne vertébrale, c'est bien utile pour se tenir debout. Espérons que la DPJ trouvera la senne.

;-)

Une femme libre a dit…

Les parents ont le droit de scolariser les enfants à la maison. Le dpj est là pour protéger les enfants. Un enfant sous les soins de ses parents n'est pas considéré en danger simplement parce qu'il ne fréquente pas l'école. Et puis le dpj est débordé par les vrais cas d'abus, je serais bien surprise qu'il s'occupe de cette histoire.

Le professeur masqué a dit…

Mme une femme libre a raison dans son intervention sur la DPJ bien que certaines nuances d'imposent.
Ainsi, les parents qui scolarisent leur enfant à la maison doivent le faire dans le respect de certains paramètres et sous la supervision de la commission scolaire dessrvant leur territoire. Ne scolarise pas donc qui veut.

Par ailleurs, il est vrai que la DPJ est débordée et son intervention relève plutôt de la théorie. Sauf que Félix manque des jours de classe et prend du retard. De même pour son frère.

unautreprof a dit…

Un des droit de l'enfant est l'accès à l'éducation.
Garder son enfant à la maison (sauf si on est autorisé à lui fair l'école à la maison) le prive de son droit à l'éducation.

Dans certains milieux (ex : le mien), le taux d'absentéisme peut être très élevé, et oui, la dpj intervient au bout d'un certain nombre de jours. Pas pour un retrait, mais pour un suivi avec la famille.
C'est plus fréquent que ce que vous semblez croire.

unautreprof a dit…

Pour votre info :

INTERVENTION SOCIALE
SECTION I
SÉCURITÉ ET DÉVELOPPEMENT D'UN ENFANT
38. Aux fins de la présente loi, la sécurité ou le développement d'un enfant est considéré comme
compromis :
a) si ses parents ne vivent plus ou n'en assument pas de fait le soin, l'entretien ou l'éducation;

Aussi :


38.1. La sécurité ou le développement d'un enfant peut être considéré comme compromis :
b) s'il est d'âge scolaire et ne fréquente pas l'école ou s'en absente fréquemment sans raison;

voir : http://www.cdpdj.qc.ca/fr/commun/docs/LPJ.pdf

Le professeur masqué a dit…

Merci Un autre prof de ces précisions!

Je garde les liens en mémoire. C'est ça qui est plaisant avec les blogues: ça permet de réunir plusieurs cerveaux autour d'un même sujet. Peut-on alors parler d'intelligences multiples? ...