04 septembre 2013

Petite dictée cruelle et révélatrice

Tradition et conservatisme aidant, quoi de mieux qu'une petite dictée diagnostique en début d'année scolaire. Voici donc la torture à laquelle j'ai soumis récemment mes élèves de première secondaire. 
  1. Je les regarde et je m'aperçois qu'elles ont oublié de fermer la porte en descendant.
  2. Je vous trouverai de beaux légumes verts et vous me ferez une belle salade.
  3. Une boite (*boîte) d'allumettes trainait (*traînait) sur la table de la chambre.
  4. Rendus à Montréal, mes amis sont convaincus de pouvoir acheter un ordinateur à bas prix.
En moyenne, 5,5 fautes par copie.  En général, un bon résultat, étant donné que les élèves n'avaient pas droit à des ouvrages de référence (grammaire, dictionnaire, etc.) et qu'on retrouvait le participe passé avec l'auxiliaire avoir oubliées  dans la première phrase, une notion mesurée généralement en deuxième secondaire. Il y avait également le mot allumettes dont l'accord demandait un certain sens logique.

Les mots les plus souvent mal orthographiés ont été aperçois, descendant et convaincus. Je m'y attendais. Même chose avec l'accord des verbes regarde et trouverai devant lesquels j'avais placé sciemment des mots-écran (les et vous). La surprise a été le verbe sont écrit s'ont.  Je ne comprends pas.

Ce que je remarque le plus, c'est tout d'abord l'écart existant entre des élèves ayant pourtant été soumis au même processus de sélection. Certains élèves n'ont fait aucune erreur; d'autres, plus de seize en 54 mots. Ensuite, lors d'un retour effectué en classe, c'est une absence quasi généralisée de vocabulaire grammatical, de métalangage. Peu de connaissances quant à la classe et à la fonction des mots. Peu de compétence et même de connaissance quant aux manipulations syntaxiques. Là aussi, les écarts sont considérables.

Bref, ils écrivent, accordent mais, pour plusieurs, ils ne savent pas quoi avec quoi ni comment. J'ai même eu droit aux adjectifs renduent et convaincuent...  Du travail en perspective, mais rien de bien effrayant. Tout dépendra de leur volonté d'apprendre et... de travailler.


 


2 commentaires:

Profquifesse a dit…

Vifs encouragements : ce sont là, très exactement, les mêmes types d'erreur que je retrouve dans mes groupes de mise à niveau du collégial, depuis «apercevoir» avec deux «p» (faute courante) jusqu'à l'approximatif «s'ont», que j'ai eu ce matin dans une copie, sous une forme légèrement différente : «ils s'avent» (ce qui me semble plus étrange encore). Savoir que vos élèves sont en première année de secondaire et les miens en première année de cégep me terrifie un peu.

Anonyme a dit…

Une enseignante avait fait ce même genre d'exercice quand j'étais au secondaire. À la fin de l'année, elle nous a fait refaire la même dictée. Ce fut intéressant de voir notre amélioration, même motivant.

Marâtre