18 janvier 2007

Le bulletin réformé (la suite sans fin)

Rions un peu! On apprenait dans Le Devoir du 18 janvier que le nouveau bulletin réformé de la Commission scolaire de Montréal sera à nouveau modifier. À quelle version est-on rendus au fait?

Une question maintenant: depuis combien d'années la réforme est-elle en vigueur au Québec? Une fois que vous aurez trouvé la réponse, dites-vous que, même après tout ce temps, les charmants pédagogues du MELS et de la CSDM n'ont pas réussi à produire un bulletin clair, cohérent et efficace.

Rions un peu, mais rions jaune...

Pour en savoir davantage:

http://www.ledevoir.com/2007/01/18/127814.html

7 commentaires:

Martin a dit…

Je suis un prof sur le CE de mon école. Nous venons de recevoir une lettre explicant qu'ils seront consultés pour la revision du nouveau bulletin... Je doit avoir manqué celle où on disait qu'ils nous consulteraient nous les profs!!! Si quelqu'un en a une copie!!!

Merci à l'avance!!!

Marchello a dit…

Prof Masqué, j'ai parfois l'impression qu'il y a en quelque part des fonctionnaires qui veulent passer à l'histoire sans se soucier des parents, professeurs et élèves. Y a-t-il une lutte de pouvoir en arrière de cet imbroglio?

Philippe a dit…

Comme qu'on dit par chez nous: "risons-en! Parce que ça ne vaut pas la peine d'en pleurer! ;-)

Le professeur masqué a dit…

Bien sûr, Marchello!

Je suis assez bien placé pour vous dire que la réforme et tout le brouhaha qui l'entoure sont à la fois une guerre idéologique, personnelle et syndicale.

Idéologique parce qu'il existe au MELS ainsi qu'en éducation des fonctionnaires et des chercheurs convaincus de leurs orientations pédagogiques, au point parfois de perdre tout sens critique.

Personnelle entre deux présidentes de syndicat (la FSE et la FAE) qui sont condamnées à contester une même réforme sans pour autant pouvoir être assises sur la même tribune.

Patronale-syndicale enfin parce que le ministre Fournier ne veut que remettre les profs à leur place.

Où sont nos enfants là-dedans?

Ness a dit…

Oh là là!! Le bulletin, quel sujet épineux! Vendredi passé, j'ai eu une "formation" sur le merveilleux bilan de fin de cycle. En sortant de ma formation, j'aurais voulu faire exploser le MELS. Voici un résumé. Attache ta tuque, y va venter fort.

Présentement, on met des lettres: A+, A, B, C, D. D'essayer de faire comprendre aux parents qu'une lettre n'équivaut pas à un pourcentage précis est un tour de force. En fait, le MELS ne veut pas qu'on associe un pourcentage aux lettres du bulletin.

Quand viendra le temps de faire le bilan de fin de cycle, on devra attribuer des cotes. 5+, 5, 4+, 4, 3+, 3, etc. Le "+" est très important parce qu'il va jouer un rôle important plus tard, dans le calcul du score.

Aussi, chaque compétence a une certaine valeur. En anglais, la compétence 1 (Interacts orally in English) vaut 40%. Les 2 autres compétences valent 30%.

La cote attribuée sera transformée en SCORE (ou pourcentage nommé d'une façon différente par notre super MELS). Ce qui veut dire que mes éleves, sur le bilan de fin de cycle, recevront des cotes et un score. Pour passer leur année, ça prend un score de 60/100. Ce n'est pas un pourcentage. Non-non!!!!! C'est beau, hein?? Moi, ça me donne envie d'aller à la selle.

Ce qui me fait encore plus suer dans tout ça, c'est que les maudits pédagogues du MELS n'ont aucune idée de quoi ils parlent. Qu'ils viennent sur le terrain pour voir comment ça se passe réellement dans les classes. Qu'ils se lèvent le derrière de sur leur chaise rembourrée et qu'ils arrêtent de pelleter des nuages. Il est grand temps qu'ils voient clair...

MAIS faut pas oublier que nous, les profs, on chiâlent pour rien parce qu'on a des "bonnes" conditions de travail.

*soupir*

Le professeur masqué a dit…

Merci de s'ajouter à la liste des commentaires, Ness.

Qu'ajouter de plus à votre billet?

Ness a dit…

On pourrait peut-être ajouter "Fuck le MELS" ??? ;)