24 novembre 2007

Les dérives du renouveau Titanic: penser positif et éviter de souligner l'excellence

Juste comme ça. Quand on parle de légendes urbaines reliées au Renouveau pédagogique. Parfois, il y en a qui sont vraies.

Dans les échanges sur le blogue de Ness, on peut lire la remarque suivante d'Anne-Julie: «Imaginez-vous que pour les commentaires du premier bulletin pour mes élèves de 1ere secondaire, nous avons eu un message de la direction disant: ''L'équipe de la direction souhaite que les commentaires soient formulés positiviement.'' »

Ça me rappelle une anecdote de Safwan, je crois, qui racontait que la direction de son école avait exigé exactement la même chose. Coïncidence? Action concertée?

Un autre bel exemple de dérive pédagogique: une école secondaire de ma commission scolaire a retiré les mentions d'excellence que pouvaient utiliser les enseignants dans les bulletins et dans les activités d'émulation. Raison invoquée: la mention «excellence» discrimine négativement les élèves qui n'en ont pas reçu et nuisent à leur motivation. De plus, ces mentions n'étaient pas «réforme». Et tant pis pour les imbéciles dont on ne reconnaîtra plus le travail de cette façon! Je sais, je sais: il y a bien d'autres manières de souligner la réussite exceptionnelle d'un jeune, mais il est symptomatique de constater le retrait de ce commentaire dans un bulletin au nom de l'estime de soi de ceux qui éprouvent des difficultés.

Moi qui croyais que l'évaluation et le jugement professionnel des enseignants étaient des domaines reconnus et qui leur appartenaient, je constate qu'on se paie bien notre tête. On nage dans le ridicule et le jovialisme à la Jean-Marc Chaput. Tant qu'à sombrer dans le ridicule, quand un élève perturbateur manque souvent la classe, doit-on considérer que le commentaire «L'élève est fréquemment absent» est positif?

Ce sont des actions similaires qui torpillent la réforme. Qu'attendent ceux qui la défendent pour rappeler à l'ordre ceux qui préconisent de tels raisonnements? Avec des amis comme ça, ils n'ont définitivement pas besoin d'ennemis.

C'était con avant, c'est encore con maintenant. Chasuble qu'on déconne en éducation!

9 commentaires:

Safwan a dit…

L'anecdote que tu m'attribues est bel et bien vraie. Je ne me rappelle plus où je l'ai racontée, sur mon blogue ou ailleurs, mais c'est arrivé. J'avais relevé moqueusement à ma directrice adjointe que le commentaire «Élève constant» n'était pas nécessairement positif et qu'il pouvait même être pervers: on peut être constant dans la médiocrité, n'est-ce pas? Elle n'avait pas aimé...
Sais-tu quoi? Tout ça me fait penser aux accommodements raisonnables. Certains Québécois accommodent avant que les immigrants le demandent, de peur de passer pour des individus racistes. On nivelle par le bas au cas où on pourrait blesser/humilier un élève autrement. Misère!

Gooba a dit…

Votre enfant est positivement poche.

Votre enfant est en net progrès : il est passé de poche à cancre.

Votre enfant connaît une nette amélioration au niveau de ses absences. Il en accumule de plus en plus.

C'est-ti pas beau, la Réforme, hein? :o)

Dobby a dit…

C'est symptomatique de notre société non? La réussite fait peur, l'excellence fait peur, tuons-la dans l'oeuf et créons une bande de nuls tous égaux. Comme ça, plus personne n'aura peur de personne et plus personne ne voudra tuer son voisin pour cause de "t'es meilleur que moi".

Tout le monde il est pareil, il est gentil il est égal, il a les mêmes forces. Et moi je me tue en maternelle à différencier mon enseignement, à promouvoir la différence, à aider les plus faibles, à féliciter les plus forts sans les rabaisser à moins qu'ils sont.

Mooki2000 a dit…

Si l'enfant a un comportement perturbateur en classe, le fait qu'il s'absente fréquemment est certainement un point positif en sa faveur et mérite d'être souligné!

Poussière d'étoiles a dit…

Je suis d'accord avec les propos de Dobby. Et j'ajouterais ceci : il serait peut-être temps qu'on comprenne que nous sommes dans une économie du savoir (ouais l'expression tue, je sais) mondiale...

Ce serait peut-être bien qu'on "élève" les élèves, dès le primaire...

Zed Blog a dit…

Ne pas prendre les présences s'il vous plait! Cela passe un message négatif aux absents.

Zed

Le professeur masqué a dit…

Safwan: désespérant!

Gooba: je ne pense pas que ce soit la réforme à proprement parler. Je pense que c'est surtout la stupidité de certains décideurs. Ce qui est encore plus décourageant parce, si la réforme passera, eux vont rester.

Dooby: et surtout mentons aux enfants pour ne pas leur faire de la «pé-peine». Quel mauvais service à leur rendre! Il faut leur donner l'heure juste et les accompagner véritablement pour qu'ils réussissent.

Mooki 2000: en effet! Il pourrait même recevoir une mention «esprit d'initiative» pour avoir trouvé une façon de cesser de faire suer les autres... Non, je blague. Un jeune perturbateur, on doit essayer de l'intégrer, de l"amener à corriger certains comportements. Sauf qu'il y a des limites à la tolérance.

Poussière: je suis d"accord!

Zed: que dire à part rigoler! : )

Gooba a dit…

Ce n'est certainement pas la Réforme à elle seule qui stimule ce genre de pensée. Par contre, elle n'y est pas étrangère à mon avis. À vouloir toujours comparer l'enfant à lui-même en ignorant les autres, à valoriser à outrance la moindre petite réussite, à être tellement positif qu'on "oublie" de parler du négatif pour ne pas froisser les sensibilités, c'est quand même du type Réforme. Disons que ça va avec, même si l'une n'est pas la cause de l'autre.

Cristina Dumitru a dit…

Bonjour,
Je suis Cristina Dumitru. Nous avons analysé votre blogue et nous serions intéressés à entrer en contact avec vous afin de vous proposer d'être un BLOGUEUR accrédité de Publicationweb.com.
Publicationweb.com vous donnera une plus grande visibilité . À noter que c'est tout à fait une service gratuit.
Au plaisir de vous compter parmi nous!
Cristina.dumitru@publicationweb.com