03 janvier 2010

Foglia est un con

Bon, si vous êtes choqué par ce titre, sachez que j'ai failli écrire qu'il est un SALE CON. Mais que je me suis retenu. Parce que cela aurait fait un titre qui aurait pu choquer certains regards, mais surtout parce que j ai de la classe. Même que j'en ai trois!

Bon, cela étant dit, je recopie ici un extrait de la chronique du SALE CON publiée aujourd'hui:

J'aime bien les revues de l'année. Sans elles, se souviendrait-on que Michael Jackson est mouru en 2009? Est mouru, parfaitement. Toutes les revues de l'année l'ont passé sous silence; ce fut pourtant un évènement majeur de 2009: l'entrée en vigueur officielle de la nouvelle orthographe. On peut désormais écrire ognon ou oignon ou hognon ou hoignon, nénuphare ou nénufard; on peut écrire que l'imbécillité (ou l'imbécilité) des linguistes qui ont patenté cette réforme est incommensurable ou incaummenssurable ou inquomansurable ou inkommensurable. C'est vraiment comme vous voulez. Y a pu de faute. Soyez-en avertis: cette chronique prend le tournant de la nouvelle orthographe.

Bon, vous me direz que ce texte est humoristique, ironique. Pantoute: c'est de la mauvaise foi crasse. Point à la ligne. De la mauvaise foi crasse d'un SALE CON qui écrit souvent n'importe quoi sans vérifier ses sources. D'ailleurs, qui a dit qu'il fallait des sources valides pour faire de l'opinion? Qui a dit qu'il fallait s'appuyer sur des faits vérifiables?

Il est inutile ici d'expliquer le tissu d'erreurs et d'inexactitudes qu'on retrouve dans cet extrait du texte de M. Foglia. Il fait de l'opinion, de l'humour. Blague. Drôle. «Pipi, caca, poil», comme dirait une collègue.

On reproche souvent à Martineau d'être imbécile. Rarement à Foglia. Pourquoi? Ils ont tellement en commun: tous les deux ont une blonde qui les accepte physiquement comme ils sont, par exemple. Non, on est plus tolérant envers Foglia parce qu'il est culturé, parce qu'il vit sur le Plateau de Saint-Armand.

Personnellement, un con, qui a de la culture, demeure un con. Même qu'un con culturé est encore plus désespérant qu'un simple con. C'est comme une ravissante intellectuelle célibataire faciste, une voiture sport automatique, un camion de pompiers sans boyaux, un muffin aux bleuets sans bleuets.

25 commentaires:

unautreprof a dit…

Je suis d'accord, cette chronique en début de la Presse d'hier m'a fait bondir, d'abord pour ce passage mais pour le reste aussi.
Quel imbécile!

Le professeur masqué a dit…

Oui mais un imbécile cultivé.

unautreprof a dit…

Je sais et comme tu dis, c'est pire.

C'est comme lorsque je vois Anne-Marie Losique jouer à la cruche, ça me fâche, elle ne l'est pas!

Drôle de parallèle mais bon...

Marc-André St-Pierre a dit…

Tu fais bien de rester manqué le prof. Tu dis que Foglia publie souvent sans vérifier ses sources. Que dire de quelqu'un qui en traite un autre de con sans expliquer pourquoi? Si ton pourquoi vient de l'extrait que tu publie, je comprends encore moins. Il a raison le con (que tu dis). On pourra bientôt écrire le français au son, à la manière des gens très «culturés» qui envahissent quotidiennement les «chat»!

Anyway, écrire pour écrire c'est pas moins con qu'écrire pour un salaire. Moi, je veux comprendre pourquoi tu le traites de con. Après cela, je verrai si je dois te croire ou si le vrai con c'est celui qui l'dit!

p.s. Je vois que tu modères tous les commentaires de ton blog. C'est bien cette ouverture. Ça te permet de dire n'importe quoi sur n'importe qui mais de refuser la même chose aux autres! J'ai toujours aimé les braves comme toi! Donc, serai-je publié?

Le professeur masqué a dit…

M. St-Pierre: vous voilà publié. Content? Alors, pour ce qui est de l'argument de la modération, s'il vous plait, allez ailleurs sur la blogosphère voir si j'y suis.

Il suffit simplement de relire ce que M. Foglia a écrit pour constater qu'il a avancé n'importe quoi.

Premièrement, selon lui, l'entrée en vigueur officielle de la nouvelle orthographe aurait eu lieu en 2009. Faux.

En 2009, un journal (à moins que ce soit LCN) a indiqué que le MELS a émis une directive ou l'on précisait que les nouvelles graphies étaient acceptées, au même titre que les anciennes. Or, dans les faits, cette «politique» du MELS datait d'un ou deux ans déjà.

Deuxièmement, les nouvelles graphies n'ont rien à voir avec écrire au son. Elles sont même clairement définies et acceptées dans Le Robert, le Larousse, etc. Elles respectent donc des normes précises. L'exagération est un procédé littéraire d'insistance, soit. Mais il montre aussi la mauvaise foi.

Troisièmement, une brève recherche aurait montré à monsieur Foglia que c'est à la suite d'une erreur qu'on écrit «nénuphar».

En terminant, M. Saint-André, je vous invite à vous renseigner sur les nouvelles graphies.

Marc-André St-Pierre a dit…

Intéressant ce que vous dites. Intéressant mais ça n'informe pas plus que les écrits de Foglia. On dirait une sorte de vendetta entre vous et lui.

Mettons que vous ayez raison au sujet de nénuphar. Mettons! Et le reste. Si vous ne citez qu'un exemple pour étayer vos propos ce n'est pas fort. Je ne dis pas que vous avez tort ou raison. Je dis que lorsqu'on dénonce il faut avoir de la viande à mettre autour de l'os. Surtout quand on est anonyme. Sinon, c'est du mémérage! Lâchez les sophismes et donnez-nous de vrais exemples!

Pour en revenir au nouveau français qu'on veut imposer, il ne faut pas s'en étonner. Depuis des années, on dit que les jeunes écrivent mal leur français. Or, au Québec, la solution est toujours la même. On n'essaie pas de remonter les niveaux. On change les règles pour plaire aux niveaux les plus bas.

Je sais, le français nouvelle vague sera internationale. La France elle-même y participe pour une raison bien simple. Elle est déjà beaucoup plus anglicisée que le Québec. Ce qui est peu dire.

Et vous écrivez pour quoi et pour qui au juste? Dès qu'on vous contrarie vous nous invitez à aller voir ailleurs? Écrivez-vous à vous-même sur un bout de papier, ça devrait suffire.

En terminant, M. Staline-masqué, je vous invite à vous renseigner sur les dictateurs!

Le professeur masqué a dit…

M. Saint-Pierre: je vais perdre un peu de mon temps, mais je vous avertis: vous commencez à faire un Foglia de vous.

Tout d'abord, j'ai indiqué trois exemples ou le monsieur Foglia s'est planté. Trois. Pas un. Trois. Relisez ce que je vous ai écrit.

Vous associez les modifications orthographiques à du nivellement par le bas. C'est votre droit. Pouvez-vous me prouver votre affirmation? Du vrai «mémérage», comme vous dites. J'attends la viande. Miam! Miam!

Par ailleurs, ces modifications n'ont rien à voir avec un courant d'anglicisation en France, à moins que vous me prouviez le contraire. Là aussi, on dirait du «mémérage».

Je vous ai invité à effectuer quelques recherches. Manifestement, il semblerait que vous n'auriez rien fait à part m'écrire un commentaire. Alors, je vais devoir me transformer en éducateur.

Concernant la directive ministérielle, je vous donne deux liens:

http://leprofesseurmasque.blogspot.com/2009/10/la-clarte-dune-directive.html
http://leprofesseurmasque.blogspot.com/2009/11/la-nouvelle-orthographe.html

Concernant la nouvelle orthographe:
http://www.renouvo.org/index.php

Ce dernier site comprend des liens intéressants, en passant.

Bonne lecture!

Enfin, au lieu de me suggérer d'écrire sur un bout de papier, je vous invite à ne plus perdre votre temps à venir me lire ici. Personne ne vous oblige à me lire. D'autres le font et y trouvent manifestement du plaisir. Ne vous infligez donc pas une telle torture! Ne soyez pas masochiste! La vie est si belle!

Mais, pour votre éducation personnelle, allez lire les liens que je vous suggère. Ça, c'est plutôt important. Le plus important même.

Je crois que mon propos est poli, clair et précis. D'ailleurs, puisqu'on cause politesse, je ne tutoies pas les intervenants ici à moins de les connaitre depuis un temps certain. Et pour ce qui est des insultes... même en finale comme dans votre commentaire, elles me laissent froid.

J a dit…

Professeur Masqué, je suis devenue une adepte de votre blogue depuis peu. Je prends un plaisir (étrange, ma foi) à m'incruster un peu dans la vie d'autres professeurs.

Je vais vous raconter une anecdote pour tenter de finir cette discussion sur une note plus positive.

Comme vous, je suis pour la nouvelle orthographe. J'avais publié un petit texte explicatif dans le journal Métro à ce sujet. Puis, au travail, sur l'heure du midi, je suis entrée dans la salle de dîner. J'ai entendu un de mes collègues commenter ledit texte en criant que l'auteure du billet n'était qu'une «pauvre merde vendue au nivellement par le bas». Évidemment, s'il avait su qu'il s'agissait de moi, il y aurait pensé deux fois avant de m'insulter. J'ai passé la semaine, à cause de cela, à m'engueuler avec tout le bureau dans une sorte de croisade pro-nouvelle orthographe. Ce que j'ai retenu? Les gens bien informés sont pour, et les autres sont contre...

Francois a dit…

Le mysticisme des mots... c'est ce qui est en jeux ici...

Pourtant, la seule chose qui compte dans une langue ( écrite et parlée ) est de se faire comprendre. Ce ne sont pas les mots qui sont importants mais bien les idées...

M. Foglia refuse que sa langue évolue. Et pourtant, dans l'histoire, toutes les langues évoluent continuellement.

Il est évident que si les nouveaux «standards» ne sont pas ceux utilisés couramment, ceci a le potentiel de créer plus de confusion qu'autre chose. Et c'est la seule critique que je vois comme acceptable.

Niveler par le bas ?
Non, je ne penses pas.
La langue n'est qu'un protocole de communication. Le simplifier, si cela est fait correctement ne peut qu'être bon.
S'il y a nivelage par le bas à dénoncer, c'est bien plus le message de interlocuteurs que le protocole qu'il faut dénoncer.

Jonathan Livingston a dit…

Wow! Y a con et épais!

Moi, je l'ai déjà qualifié de vieux con, mais comme un vieux sympathique avec ses rigidités, ses éclats et son sans-gêne. Le genre qui ne laisse pas indifférent, qui met de la couleur dans une journée.

Un peu semblable et différent en même temps que le «Ostie que t'es con!» qui n'est pas très méchant non plus...

Va donc pour dire que Foglia est con!

SALE CON? C'est pas un peu fort PM?

Je ne peux que constater que Foglia aime l'hyperbole... On a tellement parlé de cette vieille réforme en 2009... «comme si» elle était maintenant officielle. Il ne doit plus être capable d'entendre parler de cette connerie comme moi, pas parce qu'elle est bonne ou mauvaise, simplement parce que c'est aussi trivial que la mort de Michael qui est d'ailleurs dans le même paragraphe.

Foglia est chroniqueur dans un style assez libre... Ce n'est pas du journalisme de rigueur, mais de la peinture impressionniste. De l'ordre de l'animation publique. Mais je peux me tromper.

Mais on peut s'y prendre au sérieux comme Cornellier et écrire des «connelleries» ou faire l'épais: «On peut, bien sûr, s’opposer à cette réforme pour toutes sortes de raisons, dont certaines sont valables. L’argument selon lequel elle mélangera les parents d’enfants d’âge scolaire est toutefois irrecevable. Combien parmi ceux-là, en effet, maîtrisent (avec ou sans accent) le code non réformé ?» mais bon c'était dans un texte d'opinions... Marc-André devrait aller le lire, même famille d'esprit fin... Bref, on lit de tout dans les journaux.

Ainsi, je rigole un peu en lisant Foglia... Je crois que le vieux con sait aussi faire une recherche et est parfaitement au courant de la situation de l'orthographe... Bref, il y a un certain humour dans les décalages entendus. Quand je lis Foglia, je sais un peu à qui j'ai affaire. Bref, je ne pars pas faire des recherches sur Google si je suis au courant... J'assume qu'il déconne et je souris.

Parfois j'y vais quand franchement je ne comprends pas son déconnage...

Aussi, son style a des aspects pédagogiques, même si je crois qu'il se fout bien de cet aspect des choses...

Par contre, je serais vraiment intrigué si Foglia faisait l'épais, s'il écrivait des «épaisseries» comme Marc-André Saint-Pierre, surtout comme celle qui colporte l'idée de l'anglicisation des Français comme on se plait «imbécilement» à le croire au Québec parce qu'on entend dans leur bouche des anglicismes qui ne sont pas les nôtres... On ne s'écoute vraiment pas parler au Québec! Et faire ce lien douteux avec la réforme de l'orthographe... En se prenant au sérieux... Wow!

J'ai savouré ton dernier paragraphe, prof, mais j'aurais changé un mot. Amusant pour désespérant... Le reste était parfait!

Je pense qu'on a la gueule de bois du début de janvier... Faut faire gaffe!

Marc-André St-Pierre a dit…

J'ai pris bonne note de ce que vous m'avez dit. Je continue à m'"informer".

Une petite chose, cependant. Je sais, je vais encore vous donner un os à gruger. Ne soyez pas trop étonné si en général les gens ne font pas d'effort pour se tenir informés. Ceux capables de les aider sont souvent des intégristes comme vous qui frappent sur tout ce qui leur parait un tantinet moins intelligent. En vous lisant, on constate que la morale n'est pas que religieuse.

Je suis un épais, je le sais. Et puis après? Au moins, je le sais.

Merci de votre aide...

Le professeur masqué a dit…

M. St-Pierre: vous inviter à vous informer n'est pas votre traiter d'épais.

Seulement, il me semble qu'il est préférable de savoir de quoi on parle avant de commenter quelque chose. C'est vraiment si intégriste? Franchement.

Charles Samares a dit…

Ma foi, monsieur St-Pierre cherche-t-il un nouveau lectorat pour son blogue?

Une telle rentrée si pleine et si vide à la fois le laisse croire...

Marc-André a dit…

Je me suis déconnecté pour te prouver le contraire ducon. Je m'en fous comme de l'an 40 que des gens lisent ou non mon blog. Quelle importance!

Je pense avoir ma dose d'intellectuels frustrés. Finis pour ce blog et je vous invite à ne pas venir sur le mien. De toute manière, Ducon, si tu avais lu une seule ligne de mon blog, tu aurais compris que les sujets sont plutôt régionaux. Donc, d'aucun intérêt pour les gens de l'extérieur. Plusieurs semblent avoir besoin de Ritalin.

Bon, c'est mon dernier commentaire sur ce blog. Je vous laisse entre gens de même niveau. Tout ça étant dit si le monsieur masqué daigne publié mon commentaire, ce qu'il n'a pas fait hier soir!

Une Peste! a dit…

@Charles,
Étrange, c'est aussi ce qui m'est passé passé par la tête. Tentative de succion de lectorat.

Pis. Bin.
C'pas pour faire ma méchante. Moi, perso, le mémering de village sur fond de vendetta... bah. C'pas trop ma tasse de thé.

Sur ce. Est-ce qu'on peut revenir à la programmation normale?

Le professeur masqué a dit…

M. St-Pierre: je ne vois pas quel commentaire j'aurais refusé de publier. Si par inadvertance, je l'aurais fait (je laisse une porte ouverte pour ne pas contredire votre version des choses qui me semble erronée), je m'engage à le publier sur-le-champ si vous me l'envoyer. Mais, très honnêtement, je ne crois pas avoir supprimé quoi que ce soit. Donc, on ne rue pas dans les brancards.

En même temps, je me sens ridicule d'écrire ce commentaire puisque vous ne reviendrez plus ici. Libre à vous d'agir ainsi, J'ai uniquement l'impression d'être dans un épisode de Virginie....

Enfin, et là je me sens un peu baveux, je l'avoue, pourquoi écrivez-vous un blogue si vous vous moquez du fait que personne ne le lit? Pour reprendre vos propos: «Et vous écrivez pour quoi et pour qui au juste? Dès qu'on vous contrarie vous nous invitez à aller voir ailleurs? Écrivez-vous à vous-même sur un bout de papier, ça devrait suffire.»

Charles Samares a dit…

Hum... Ducon, c'est une insulte ça?

:)

Cela dit le choix du lectorat est tout de même étrange à moins que se terre ici une horde d'amateurs des nouvelles de Cap-Chat! :)

Le professeur masqué a dit…

Bon... bon... je pense qu'il convient de calmer le jeu un peu. Soyons, de part et d'autre, un peu plus civilisés. Même si...

Une dernière chose pour M. St-Pierre que j'aimerais ajouter même s'il ne le lira pas parce qu'il ne reviendra plus ici: les accusations non fondées de censure sur mon blogue, ça devient lassant à la longue... J'ai publié tous vos commentaires et ceux en réactions aux vôtres. À partir de là, «gimme a break», comme diraient les Romains.

J'ai toujours privilégié l'échange des points de vue, même virils. Je me suis déjà amendé quant à des positions inexactes ou erronnées. Ça ne me dérange absolument de reconnaitre être dans l'erreur. Celle-ci est une occasion d'apprendre. Mais les procès, les chasses aux sorcières et les fausses intentions, je m'y refuse.

unautreprof a dit…

Alors comme ça PM, tu es fru?
;)

Le professeur masqué a dit…

Un autre prof: je cachais bien mon jeu, hein? Même que je suis un dicdateur stalinien qui censure les messages sur son blogue. Pfiou!

groschat a dit…

Oh ben, Foglia a dit une connerie dans sa chronique. Traitons-le de con tiens, ça va montrer aux gens qu'il faut faire attention à ce qu'on lit.

Il a dit une connerie, ça ne fait pas nécessairement de lui un con. De temps en temps, il va nous pondre une merveille de chronique, on va y penser toute la journée.

Il est comme Kovalev: il fout absolument rien pendant deux semaines, mais quand il a bonne mine, il nous sort un lapin de son chapeau, comme par magie.

Le traiter de con parce qu'il a fait une erreur (qu'il a avoué aujourd'hui dans sa chronique) en utilisant des pseudos arguments pipi caca - tiens donc - du genre, il a une blonde qui l'accepte pour son physique, c'est crier à tout le monde à quel point on est soi-même con.

Bref, je ne suis pas vraiment en désaccord avec votre propos: il est un peu con Foglia. Seulement, les moyens que vous empruntez pour le dire ne sont pas plus honorables non plus.

Le professeur masqué a dit…

Groschat: Foglia a une responsabilité que je n'ai pas: il a un lectorat autrement plus grand que le mien et il écrit dans un média reconnu. Affirmer n'importe quoi comme il l'a fait, c'est carrément irresponsable, c'est carrément con. Quand il l'a fait, il a prouvé à la fois son ignorance de ce dossier et sa mauvaise foi.

Il y a de quoi l'envoyer au Conseil de presse. Mais le monsieur fait de l'humour, de l'ironie. Il est «culturé», alors il eput écrire n'importe quoi: on a le pardon facile. Un animateur de radio de Québec s'est fait ramasser allègrement hier et avant-hier pour un manque journalistique. Notre Foglia national, lui...

Vous parlez d'une erreur: il en a fait trois dans cette seule chronique. imaginez les autres. parce qu'il y en a eu d'autres, croyez-moi.

Le terme sale con n'est pas élégant, je le reconnais: mais quand on connait le style de Foglia, il est dans les mêmes eaux. il suffit d,ailleurs de voir comment il a conclu sa chronique cette journée-là.

J,ai d'ailleurs lu cet extrait de sa chronique en classe: j'y reviendrai. Mais mes gamins de première secondaire ne l'ont pas trouvé brillant, eux aussi. Même qu'ils se sont sentis carrément insultés.

Cela étant dit, qui a dit que je devais toujours être parfait et gentil?

Le professeur masqué a dit…

Groschat: Foglia a avoué une erreur dans la chronique publiée aujourd'hui? L'avez-vous vraiment lue? Come on! Il en rajoute une couche! Un sale con de mauvaise foi. Alors, pourquoi se gêner? Pourquoi devrais-je incarner la vertu? Ce genre d'individu abuse de la tolérance des autres. Un rétro conservateur facho. Avec un brin de pétainisme, tiens, tant qu'à y être.

Votre comparaison avec Kovalev est fort juste. Il s'agit d'un joueur brillant qui vit parfois sur un talent certain, mais qui manque carrément d'éthique de travail. On lui pardonnait tout parce qu'il était l'Artiste. Ce n'est pas pour rien que ce genre de partisans du Canadien, Réjean Tremblay les appelle les TaliFANS.

Il en a bien d'autres que je prendrais dans mon pool de hockey avant lui, croyez-moi.

montrean a dit…

Pendant que l'on discute d'un grave probleme, L' ORTHOGRAPHE....


Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!
Merci à l'avance!

CENTRE-VILLE DE MONTREAL

====================================

Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos
Déjà un millier d'infractions possibles à la loi 101!
Et ce ne sont ni des rumeurs, ni des ouï-dire, ni des peurs mal-fondées, ni des épouvantails à moineaux, ce n'est qu'un constat.
Et comme Paul Watzlawick, philosophe et grand psychanalyste, dit bien dans sa formule: "La déliquescence des cultures précède la disparition des sociétés".
« Quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule. » – Pierre Bourgault

Allez constater sur ce site pour voir en totalité le millier d'infractions à la loi 101
au centre-ville de Montréal :
www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

Pour un bref apercu (si vous manquez de temps), allez visitez ce lien:
http://www.youtube.com/user/montrealenfrancais

Gilles Thompson

Le professeur masqué a dit…

Montrean: Pas de leçon de morale, s'il vous plait.... Un peuple qui ne s'intéresse pas à l'orthographe ne s'intéresse pas plus à sa langue.