04 mai 2010

La pensée magique des jeunes du PQ

Trop de jeunes décrochent de l'école au Québec. Solution des jeunes du parti québécois: interdisons le décrochage avant l'âge de 18 ans! Rendons l'école obligatoire jusqu'à l'obtention d'un diplôme.

J'appelle cela d ela pensée magique. «On envoie un message clair aux parents et aux étudiants, on leur dit 'l'école est obligatoire jusqu'à 18 ans, donc il va falloir te trouver une voie qui t'intéresse, un métier qui t'intéresse parce que, de toute façon, tu devras rester à l'école jusqu'à 18 ans'. Donc, on change la mentalité, on envoie un message clair comme quoi l'école c'est important, explique le président du Comité national des jeunes du Parti québécois, Alexandre Thériault-Marois. Je pense qu'on ne mènera pas à bien cette démarche-là en obligeant les jeunes à rester dans des cours de français et de mathématiques, de 16 à 18 ans, si ça ne les tente pas. Je pense, par contre, qu'on est capables d'adapter le parcours scolaire en mélangeant l'école et le marché du travail. Il existe déjà des programmes où on va faire travailler les jeunes en même temps que leur donner des cours à temps partiel.»

Je ne sais pas. Vaut-il mieux des jeunes pas diplômés ou des diplômes sans trop de contenu académique? Ça m'embête.

2 commentaires:

bibco a dit…

Je pense qu'on essaie trop de faire entrer tous les jeunes dans le même moule. Tous ne sont pas aptes à de longues études. Mais malheureusement le chemin est tellement long et parsemé d'embûches que plusieurs décrochent. J'ai souvent dit qu'il fallait revaloriser les métiers, leur donner la dignité qu'ils méritent.

Anonyme a dit…

Avant que la réforme ne soit instaurée alors que Mme Marois était ministre de l'éducation au sein du PQ, n'y avait-il pas quelque chose du style genre programme court, programme long? Je me trompe certainement. C'est vrai que la réforme n'a PAS réinventée la roue, elle prétend l'avoir INVENTÉE.

Un enseignant frustré qui ne fait pas parti de l'élite capable de comprendre cette réforme.

Larry Phörm