07 mars 2012

Dépenses: certaines CS ne comprennent pas

Comme d'habitude, le Journal de Mouréal a sorti sa liste annuelle de dépenses étonnantes de la part de nos charmantes commissions scolaires. Comme d'habitude, la présidente de la Fédération de commissions scolaire du Québec (FCSQ), Mme Josée Bouchard, a défendu ses membres en indiquant qu'on ne parlait pas des transactions frauduleuses et qu'il n'y avait pas matière à scandale. 

Personnellement, j'ai beaucoup de difficulté à comprendre qu'on paie autant de tournois de golf et d'alcool à nos décideurs scolaires. Il y a là une culture d'entreprise à revoir, je crois. Ainsi, qu'on paie les frais de déplacement et l'hébergement de 389,67$ d'une directrice générale adjointe d'une CS de la région de Québec pour qu'elle puisse participer à un tournoi de golf dans les Laurentides, je ne comprends pas. On explique que cette dernière représentait la CS au tournoi organisé par la société GRICS, «un partenaire au quotidien». Et puis? Pourquoi le public devrait-il payer pour qu'un donneur d'ouvrage assiste au tournoi de golf d'une compagnie dont elle achète les services? Qu'est-ce que cela rapporte de plus à la qualité de l'enseignement de cette CS?


Ce qui m'embête encore plus, c'est quand, dans le même article, on retrouve de quoi questionner la gestion des CS. 

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, dans la région de Montréal, a organisé un déjeuner de la rentrée pour ses employés administratifs.  Total: une facture de 5978 $ pour offrir un «petit déjeuner continental» à 320 employés. Nécessaire? Là où je me questionne encore plus est quand j'apprends qu'on a embauché un graphiste au cout de 275$ pour produire un feuillet d'invitation à cette activité tenue fort probablement sur les heures de travail. «C'est un frais exceptionnel, explique M. Nahas, porte-parole de CSMB. Normalement, elle est conçue à l'interne, mais notre graphiste était en vacances.» Premièrement, ce porte-parole  devrait savoir que «frais» s'emploie ici au pluriel et, deuxièmement, personne dans cette CS n'a eu la jugeotte de prévoir que le graphiste serait en vacances alors qu'on aurait besoin de lui pour l'organisation d'une activité prévue chaque année? Ça me dépasse.

Un deuxième exemple, dans un autre texte toutefois, la Commission scolaire des Affluents a renouvelé ses divers contrats concernant les 300 téléphones cellulaires utilisés par ses cadres. Elle s'est vu infliger une pénalité de 26 000$ parce que « La commission scolaire n’a pas fait attention au renouvellement de certaines lignes, soit environ 75, dont le coût a été imputé au soumissionnaire autre que Telus.» Si je comprends bien, c'est le quart des lignes qui aurait été mal géré dans ce cas précis? Si c'est le cas, il y a un problème.

Enfin, rien de tout cela n'est important.

6 commentaires:

Juillet a dit…

Dieu soit loué, ma Commission scolaire semble blanche comme neige à cet égard. J'ai quelques preuves pour confirmer mes dires. En effet, je suis employée à titre d'enseignante, et:
1- Je paie mon cellulaire, et plein tarif de surcroit;
2- Lors du déjeuner de la rentrée avec mes collègues, je paie pour mon repas (ou ma direction le fait, de sa poche);
3- Lorsqu'on m'invite à un événènement, on me fait parvenir une note dépourvue de petits dessins cutes, imprimée en caractère arial 12 sur une demi-feuille 8 1/2 par 11 (par souci d'économie et probablement aussi, par conviction écologique).
Veuillez, bien sûr, saisir toute l'ironie de ce message...
Pendant de temps, les locaux où les élèves passent leurs journées sont désuets, parfois malpropres (je défie quiconque d'aller faire ses besoins dans une salle de toilettes destinée aux élèves au sein d'une école primaire), et faire la demande pour qu'une réparation ou de l'entretien soient faits, c'est s'engager dans tout un combat! Je ne sais pas quelle serait la solution pour régler ce problème... Laisser les écoles se gérer par elles-mêmes?

Le professeur masqué a dit…

Juillet: il ne faut pas généraliser cette façon de gérer. Le problème en est un d'apparence. Et l'apparence en politique, c'est le nerf de la guerre.

Le professeur masqué a dit…

On le voit encore e matin avec cette réaction de François Legault:

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2012/03/20120308-064032.html

Anonyme a dit…

Et coût prend un accent circonflexe, M. le prof masqué!

Loulou a dit…

Ahhhh! Pourquoi alimentes-tu ainsi ma hargne? Ne lis pas, me répondras-tu. Anyway, ‘’ …on paie les frais de déplacement et l'hébergement de 389,67$ d'une directrice générale adjointe d'une CS…’’(bis); tandis qu’une de mes consœurs a été conviée avec d’autres participants à un projet, de se rendre à un resto choisi par l’adjointe, pour y tenir une réunion et ensuite de dire à tous, qu’ils payent eux-mêmes la facture! ‘’Ben voyons, l’argent des contribuables!’’. C’est d’autant plus choquant que cela se passait en plus des heures travaillées le jour. Mais encore : ‘’… 300 téléphones cellulaires utilisés par ses cadres…’’, tandis que moi, je dois inscrire, dans les documents relatifs aux activités, mon numéro de cell, que JE paye, lorsque je visite des élèves en stage, ou que je suis en sortie éducative. Facile de dire que j'en ai peut-être pas. Pour les stages, c'est devenu un ''must''.

Le professeur masqué a dit…

Anonyme: volontairement omis. Je nouvelle orthographise lentement.

Loulou: tout à fait...