23 mai 2007

Les revers de l'équité

Quand est venu le temps d'accepter la dernière entente de travail avec le gouvernement, j'ai voté contre. Par principe. Tu n'acceptes pas des conditions de travail sous la menace d'une loi spéciale. Point. J'ai fait valoir mon point de vue en assemblée syndicale. L'exécutif de mon syndicat était fâché, lui qui recommandait de façon logique l'adoption de l'offre patronale tout en la dénonçant... Pour contrebalancer les choses, affirmait-il, le règlement de l'équité salarial était un gain. Parlons-en un peu de ce fameux gain.
On apprend aujourd'hui dans le quotidien La Presse (sans commentaire) que le versement de la prime reliée à l'équité salariale priverait certains couples de leurs prestations d'assurance-parentale: «Il semble que l'augmentation de salaire rétroactive comprise dans la loi sur l'équité salariale serait considérée comme un revenu au moment où elle est reçue. Or, tout revenu de travail est déduit dans le calcul des prestations d'assurance parentale.»
Ni Monique Jérôme-Forget, présidente du Conseil du Trésor, ni Christine St-Pierre, responsable de la condition féminine, n'étaient au courant du problème.
Tiens, puisqu'on y est, allons -y avec une autre joie relié à l'équité salariale: cesser de vous perfectionner, chers collègues. Avec ce règlement, des enseignants au primaire ou au secondaire ayant un doctorat, une centaine au Québec, auraient subi une diminution salariale. De quoi à donner un vilain coup de pied dans le proverbe S'instruire, c'est s'enrichir! Le plus ironique est que cette situation arrive en éducation...
Et on ne parle pas de notre augmentation de temps de travail à l'école qui n'équivaut pas à l'augmentation qui nous a été accordée.
Pour avoir la preuve que je lis La Presse et en savoir davantage:

17 commentaires:

Sylvain a dit…

Si l'école nuit à notre revenu (duquel il ne nous revient rien...), lâchons l'école et allons faire de l'entretien dans une société de transport ;-)
Parait que c'est drôlement payant!

Plus sérieusement, à l'ère du télétravail, on nous impose de plus en plus de temps à l'école (temps "reconnu"), alors qu'on sait qu'on est tous (99%) assez professionnels pour faire tout le travail nécessaire à n'importe quel endroit. (Ex.: Je corrige beaucoup plus efficacement chez moi, tranquille, que dans une salle de profs où s'entassent 25-30 bureaux bien remplis...)

Et je ne parlerai pas des faramineuses augmentations qu'on a eues à la fin des dernières négos (fusil ou loi spéciale sur la tempe)... augmentations qui se situent à environ 1% sous l'inflation... (Oups... je sens un léger abus des "..." de ma part...)

Mais tout le monde sait que les profs se plaignent le ventre plein : eux qui bénéficient de 2 longs mois de vacances. (À nos frais cependant, car les profs sont payés 10 mois par année, étalé sur 12 mois depuis 1995 environ)

la marâtre a dit…

Ouais, j'avais voté contre aussi. Et je me console de savoir qu'ici, au moins, mon syndicat m'incitait à voter contre, question de démontrer au gouvernement que leur offre patronale était bien en-deça de nos espérances. Je ne m'attendais pas à changer mes conditions de travail de façon incroyables, mais à tout le moins arrêter de perdre les acquis du passé... Qu'est-ce que je peux être naïve!

Gooba a dit…

Oh non, t'es pas sérieux!!! Je suis en congé de maternité moi, ils vont pas venir chercher mes sous!!!! Je vais me battre, bordel, c'est pas juste ça!!!!

Ça revient à dire que je perds mon équité si on me la donne d'une main pour la reprendre de l'autre!!! Grrrrr!

Hortensia a dit…

Tiens, prof masqué lit La Presse...
(Pouahahah! Trop tentant de vous taquiner sur le sujet!) :P

En fait, les coupures sur les prestations d'assurance-parentale n'ont tellement pas de bon sens que j'ai l'impression que la situation va être corrigée assez rapidement.

Pour ma part, j'ai reçu la mirobolante somme de 531$ en équité salariale cette semaine et j'en ai profité pour faire une petite razzia de livres en prévision du début des vacances. :-)

Enidan a dit…

sans commentaires !!!

Enidan a dit…

sans commentaires...

Le professeur masqué a dit…

Sylvain: pour ce qui est des employés d'entretien, c'est vrai, mais nous, on a le bonheur de négocier des années avant de se faire entuber...

Vrai aussi qu'avec l'équité, le temps de présence à l'école a augmenté, ce qui ne veut pas dire qu'on travaille moins à la maison. En fait, en ce qui a trait au temps de travail, je suis perdant avec notre nouvelle convention collective.

La marâtre: comment une marâtre peut-elle être naïve? Quant à moi, ce qui nous avons accepté est un recul et pour les enseignants et pour l'éducation en général. Les enseignants ressources, tout dévoués qu'ils soient, ne peuvent pas jouer le rôle qu'on leur demande professionnellement.

Gooba: primo, félicitations, c'est pour quand? Deuxio, je suis convaincu que nos ministres vont régler cette situation incroyable. Il vous est toujours possible de contacter votre syndicat pour en savoir plus à ce sujet.

Hortensia: un beau jour, si on se croise ailleurs que dans le cyberespace, je vous raconterai une histoire passablement hallucinante à propos de La Presse, du JdeM et de Mme Potvin.
Cela étant dit, quels titres avez-vous achetés?

À tous les autres qui ont lu ce billet: merci de m'épargner le traditionnel discours à l'effet que les profs sont des privilégiés et des chiâleux. Un récent sondage démontrait que la majorité des Québécois sont déjà des chiâleux. Si vous avez besoin de râler sur quelqu'un, je vous suggère Vincent Lacroix. Voilà un vrai profiteur du système.

Gooba a dit…

Naturellement, j'ai été tellement outrée de la nouvelle que j'ai omis de commenter le reste du billet (ah! l'emportement!).

J'avais également voté contre, exprimé mon point de vue en assemblée syndicale pendant qu'on nous conseillait d'accepter. Pfff!

Hortensia, j'aimerais tellement te croire!!!

Prof masqué : J'ai accouché en novembre! :-) Et elle ne s'appelle pas Monique, oh non!!!! Mon syndicat a été contacté 3/4 de seconde après la lecture de ce billet. Ils sont bien mieux de se grouiller le derrière...

Et puis, je veux l'entendre, moi, cette histoire hallucinante!!! :-)

Prof malgré tout a dit…

Hum... Je ne vois pas ce qu'il y a de mal à lire La Presse.

Les profs ne pourront jamais mener une lutte sérieuse pour leur salaire. Pourquoi? Un trop grand pourcentage d'entre nous représente le salaire d'appoint du couple. Le chum ou le mari gagne dans les six chiffres, alors, il est très correct mon salaire.

Même chose pour les assurances.

Les jeunes profs qui pourraient se battre comprennent assez vite et quittent la profession dans les cinq premières années. J'aurais fait la même chose si j'avais été plus jeune.

L'Indécise a dit…

Je crois aller en enseignement plus tard et je commence à m'inquiéter des... "turbulences" que cause les conditions de travail et le salaire. Certes, je ne changerais pas de voie pour ça, mais quand même...

Cette équité salariale me fait peur. Je suis du genre à me défoncer au travail et à chiailer contre les injustices... Or, je suis déjà frustrée de voir que mon oncle qui enseigne dans une école secondaire, organise des activités parascolaires, forme une ligne de hockey cosom, s'investie à fond, quoi! a le même salaire que l'autre professeur qui ne fout absolument rien de ses cours.

Il est vrai que, ajusté le salaire de tous les professeurs pour le travail qu’ils font serait difficile… Mais qu’en est-il de demander aux professeurs qui ne s’occupent d’aucune activité scolaire d’en faire une… avec une augmentation de salaire, bien sûr! L’école, l’élève, la relation prof-élève s’en ressortiraient gagnants.

Je suis de celle qui considère que l’éducation ne passe pas que sur un tableau noir. Au cégep, on veut nous enseigner à bien discourir, mais si les élèves n’ont jamais été en contact avec beaucoup de monde, ailleurs que sur un banc d’école, on part d’encore plus loin pour atteindre cet objectif.

L’éducation n’est pas d’une action, c’est un tout… il doit y avoir un environnement favorable…

Bref… tout ça pour dire que l’équité salarial, c’est quelque chose qui me chicote à moi aussi et je crois qu'il faudrait commencé à chercher des solutions concrètes plutôt que temporaire... cela affecte les professeurs et de façon indirecte les élèves. J’en ai subi les conséquences au primaire et ça n’aurait pas dû être ainsi.

unautreprof a dit…

Pmt, il n'y a rien de mal à lire la Presse, seulement, on s'imaginait qu'avec tout le temps que prend prof masqué pour lire le journal de montréal, il ne lui en restait plus pour les autres quotidiens.

Prof masqué :"Et on ne parle pas de notre augmentation de temps de travail à l'école qui n'équivaut pas à l'augmentation qui nous a été accordée."
Il est là le vrai problème. Notre tâche augmente, mais notre salaire lui, suit-il cette augmentation?
De plus, on a manqué de couilles lors de nos manifestations. Il faut voir la grève acutelle de la stm, c'est un autre combat, ils jouent dans une autre ligue.

Mais quelle connerie!!! Gooba et les autres, faites-vous entendre, ça n'a aucun bon sens!

Hortensia a dit…

prof masqué
J'ai acheté Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver, Un roman russe d'Emmanuel Carrère, Les jambes de Steffi Graf de Pierre Cayouette et Le cri du cerf de Johanne Seymour.
J'en reparlerai sûrement sur mon blog... :)


PMT
Aucune problème à lire La Presse, je taquinais le prof masqué parce que, récemment, il nous a surtout parlé du Journal des écrapouts et de sa fée des points de suspension.
:)

Le professeur masqué a dit…

Prof malgré tout: votre raisonnement est de moins en moins vrai. Le profil des enseignants a beaucoup changé, du moins dans mon coin: beaucoup de jeunes couples dont les deux membres sont enseignants, beaucoup de divorcés et de monoparentaux aussi. L'enseignement est un emploi moins bien payé, moins valorisé.

Chère indécise: on va en enseignement parce qu'on aime ça. La reconnaissance, le salaire... pffft! Les profs qui ne foutent rien ont effectivement le même salaire que ceux qui se crèvent à la tâche. La différence peut alors résider dans l'appréciation de ton travail par la direction, mais même là, faut-il avoir une direction qui le remarque et le souligne! Les incompétents ont la vie belle et c'est très démotivant.

Un autre prof: manqué de couilles? Om a manqué d'honneur, de fierté, oui! Les policiers de la SQ ont ramassé leur augmentation de salaire même s'ils ont arrêté de donner des contraventions et que le Québec a enregistré un de ses pires bilans routiers... Nous autres, on avait peur de traumatiser les enfants en portant du noir le lundi.

Hortensia: là, je suis tanné! Je me suis aussi acheté le roman de Cayouette! Ça va faire le copiage! Je vais arrêter de piquer vos idées... En passant, c'est joli l'expression la fée des points de suspension. Cependant, j'aurais opté pour un autre type de personnage, mais bon.

Gooba a dit…

La sorcière aux poings suspendus?? :-)

Hortensia a dit…

prof masqué, est-ce vous qui me copiez ou moi qui vous copie, là est la question? Héhé! ;)

Quant au gentil surnom de "fée des points de suspension", j'avoue que je l'ai sortie une fois spontanément, en laissant un commentaire ici ou chez PMT, je l'ai trouvée jolie et je l'ai adoptée. Je suis un peu ironique de nature...
Sinon, la suggestion de gooba est pas mal du tout! :)

Hortensia a dit…

Enfer et damnation!
J'ai tout accordé tout croche dans mon message précédent: il fallait lire "sorti", "trouvé", "joli" et "adopté".

En passant, prof masqué, bonne idée votre nouvelle section Lectures récentes! Le tueur des ombres m'intéresse pas mal. (Je n'ai pas encore commencé le bouquin de Cayouette.)

Le professeur masqué a dit…

Hortensia: Le défaut avec ce coin Le coin «Lectures récentes», c'est que je lis un roman aux deux jours! Le récent va vite, vite, vite. Le tueur des ombres est pas mal intéressant. Disponible en format poche, donc moins cher.

En pensant, je remercie Gooba et Enidan de ne pas encore m'avoir poursuivi parce que je me suis inspiré un peu de leur concept.