24 mai 2007

Délire en été!

La nouvelle est officielle et je l'ai lu dans Le Devoir cette fois: l'opération Lire en été n'aurait duré... qu'un été.

Pour les oublieux et ceux qui l'ignorent, cette initiative des commissaires de la CSDM, qui a coûté 1,2 million $, consistait à fournir pour l'été 2006 un livre à chacun des 77 000 élèves de cette commission scolaire. Certains libraires ont critiqué le choix des fournisseurs retenus par la CSDM, d'autres ont carrément remis en question ce projet, dont le toujours à propos Prof malgré tout dont les deux billets consacrés à ce sujet étaient des bijoux d'ironie et de vérité.

Pourquoi la CSDM a-t-elle finalement fermé les livres, si je peux me permettre? Parce que le projet, une bêtise remplie de voeux pieux et de bonnes intentions, a connu des ratés importantes. Ainsi, seulement 70% des livres ont été retournés par les élèves en septembre. On peut estimer à 360 000$ les pertes encourus par ce projet. Mais qu'à cela ne tienne si l'on se base sur la réaction de la directrice des communications de la CSDM, Camille Gagnon: «Vingt mille livres dans des foyers en milieux défavorisés, ce n'est pas une perte, cela fait des livres dans les maisons.»

Outre de présumer que ce ne sont que les enfants de milieux défavorisés qui n'ont pas retourné leur livre, on peut se demander combien d'élèves ont véritablement lu l'ouvrage qui leur a été confié pour la saison estivale.

Je sais qu'il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais, qu'il faut encourager la lecture mais, à coup de 360 000 dollars par erreur, j'ai comme un doute sur l'efficacité de certains décideurs scolaires...
Pour en savoir plus sur la fin de ce projet:
Pour rigoler avec le Prof malgré tout à qui j'ai piqué la photo de ce billet:

4 commentaires:

Renée-Claude a dit…

Je ne connaissais pas ce projet, je ne suis pas allée lire les articles, mais en effet, même si l'idée était louable, il y a gaspillage ici...

Pourquoi pas, plutôt, établir un partenariat avec la bibliothèque minicipale ? Ça, ça coûte rien.

Chez nous, on ne la fréquente à peu près qu'en été, étant donné que durant l'année scolaire, mis à part les devoirs et les livres empruntés à la biblio scolaire, il ne reste plus grand temps pour lire...

melbo a dit…

Un livre se choisit,,c'est personnel.Ont ne peut pas choisir pour les éleves les livres qu'ils vont aimer.Certains "Professionnel" disent que les jeunes lisent peu ou seulement des romans de sciences-fiction.Peut-etre que c'est parce que c'est "professionnels" qui ne lisent pas eux-memes ont tous la manie depuis une éternité de suggéré de façon automatique des romans de sciences-fictions aux garçons et des romans a l'eau de rose aux filles!

Zed Blog a dit…

Lacunes, en effet. Je me souvenais d'avir beaucoup aimé les billets de PMT à ce sujet, vraiment très rigolos (du PMT à son meilleur).

En y retournant, grâce à toi, je me suis rendu compte qu'il aimait beaucoup Kundera, lisait Dan Brown (maintenant que je sais qui c'est), quelques Daniel Pennac...
Alexandre Jardin, Marie Laberge, Romain Gary (que je connais de nom seulement), Henry Miller, bien d'autres sont là aussi. C'est intéressant de voir ce que les gens lisent ou écoutent. On a l'impression de les connaitre mieux.

À moins que ce soit là des livres empruntés à la biblio. ;D

Et il y a le Prof Maudit qui a depuis avril un billet intéressant sur l'activité lecture et rejoint un commentaires selon lequel l'élève doit choisir.

Je trouve personnellement que d'offrir et suggérer est aussi bien stimulant et donne un cadre non rigide. Faireun retour sur la lecture quand on le peut, qand c'est important. On aime, on lit, on n'aime pas...

Je me méfie des idéologies présentes dans des lectures qui trainent à qui mieux mieux, disponibles aux enfants, les visant particulièrement. Des livres préconisant des stéréotypes qui favoriseront le jugement et la condamnation de l'enfant qui n'y correspond pas, contribueront au développement non du jugement, mais de l'homophobie, par exemple, du sexisme on n'insistera pas, ce serait trop long. La qualité, en matière delecture, c'est aussi important.

Oui, pendant la semaine de relâche, cela pourrait être plus intéressant, plus encarant point de vue retour des livres.

:-)

HD a dit…

Bretzel liquide!

On devrait plutôt organiser une foire aux échanges. Chaque élève apporte un livre qu'il a aimé, et l'offre en échange contre le coup de coeur d'un autre élève. Qui sait... ça pourrait même créer des amitiés, en plus de mettre en circulation des livres intéressants.

Un autre suggestion. Quand un élève a particulièrement apprécié un livre à la bibliothèque, il pourrait déposer un bulletin de vote pour son "coup de coeur" (on demanderait un court texte sur ce que l'élève a apprécié de son livre). Les livres ainsi primés seraient mis bien en évidence avec une étiquette rouge. Les élèves participant pourraient gagner des prix lors d'un tirage.