15 janvier 2008

Jonathan, Fille masquée et le Canadien

Depuis quelques jours, un élève est au centre d'un dilemme professionnel dans ma pratique enseignante.

Ce dernier - appelons-le Jonathan - connaît la passion maladive de ma fille pour le hockey et le Canadien de Montréal. Oui, oui, maladive parce que Fille masquée peut vous réciter par coeur la fiche d'à peu près tous les joueurs de cette équipe et est capable d'en remontrer à son pauvre père inculte. Sa chambre est d'ailleurs à l'image d'une vraie partisane: figurines, table stylisée... Elle a lu des ouvrages historiques portant sur ce sport d'hiver et cette célèbre dynastie montréalaise. Pis encore: elle écoute même les matchs à la radio à la maison parce que je ne veux pas être abonné au câble!

Or, ma fille vient de recevoir son dernier bulletin. À 87% de moyenne générale dans un programme scientifique, j'ai envie de lui montrer mon apprécitation en lui réservant une surprise. Ne craignez rien : je ne suis pas un papa-McDo qui gâte sa progéniture avec des cochonneries. Fille masquée a reçu mon appréciation antérieurement sous forme de câlins, de commentaires positifs, de démonstrations de fierté parternelle bien placée.

Mais voilà que Jonathan a dans son entourage quelqu'un qui connaît quelqu'un... Bref, il peut me procurer gratuitement deux billets pour à peu près n'importe quel match et refuse que je le rétribue de quelque façon que ce soit. Dilemme!

Que feriez-vous?

14 commentaires:

Une femme libre a dit…

Je paierais quand même les billets parce que c'est fort délicat de devoir quoi que ce soit à un élève. Question d'éthique. Mais c'est tentant, j'avoue.

Bob a dit…

Il est aussi possible d'offrir un cadeau compensatoire, un certificat-cadeau, par exemple. Ainsi, personne ne doit rien à personne !

La Marsouine a dit…

Personnellement, au travail, quand je suis dans une situation délicate, je m'assure de couvrir mes arrières auprès de mes supérieurs immédiat...

souimi a dit…

Écoute. J'avais la même passion que ta fille lorsque j'avais 15 ans. Tu peux demander à Grand-Pop et Grand-Mom sur mon blogue, tu verras, ils confirmeront. Ma chambre avait l'air d'une chambre de gars. Guy Lafleur faisait partie de mes fantasmes. Il en est de même pour Steve Shutt! hahahahah... Quand j'y pense...

Toujours est-il qu'un jour, mon père m'a dit avoir reçu deux billets d'un client, billets en arrière du but, dans les rouges, au Forum. Avec lui, nous sommes allés voir le match. Je te dis, je te jure, je n'oublierai JAMAIS cette soirée. Jamais. J'avais eu la confirmation que mon père m'accueillait malgré la planète si lointaine des idées sur laquelle j'habitais et qui me séparait de lui.
Let's go, Fille Masquée vivra un grand moment grâce à toi.

Ness a dit…

Parlons conditionnement opérant: Fille Masquée mérite une vraie belle récompense (Pavlov en rougirait dans sa tombe)!!
De plus, vous serez le "plusse" meilleur papa du Monde en offrant une telle gâterie à votre charmante progéniture... L'égo de Papa Prof Masqué a bien le droit de se gâter un peu!!!

Quant à l'élève, j'aime les idées énoncées par les personnes siégant au-dessus de ma tête: aviser la direction, payer les billets ou offrir quelque chose en échange (par exemple, un certificat-cadeau).

Sur ce, GO HABS GO!!!
(Dent un franssè impekabe!)

Hortensia a dit…

Si c'est bien clair avec Johnatan qu'il ne retirera aucun avantage de ce "don", moi, je dis GoGoGo!
J'étais folle de hockey quand j'avais 10-12 ans et je garde un souvenir extraordinaire de la fois où mon père m'a amenée voir une partie des Nordiques. Fille masquée sera tellement heureuse!

Armand a dit…

Cher Prof masqué,
Si tu enseignes à Jonathan, refuse sans hésiter: cela ne t'apportera que des problèmes.
En France (l'exemple devrait venir d'en haut), il existe au moins une personne qui a accepté qu'un chef d'entreprise lui offre des vacances onéreuses... Bien des personnes ont "jasé" pour utiliser une expression du Québec!
Autrefois (dans une autre vie), quand quelqu'un voulait me donner un "cadeau" ou de l'argent pendant ma carrière professionnelle, j'appelais l'ouvrier le plus proche et le lui remettais ostensiblement devant tout le monde, sans même regarder. Si le type était vraiment désintéressé, sa "bonne action" avait fait au moins un heureux!
Amitiés.
Question à un dollar: les retransmissions, grâce à la multiplicité des caméras, ne permettent-elles pas de "suivre" les prestations des joueurs?
Tu peux accompagner ta fille dans un bistro si, comme moi, tu ne réceptionnes que les chaînes gratuites avec une parabole. Un plaisir partagé est parfois important pour un gosse!

bibco a dit…

C'est en effet compliqué. Ne connaissant pas votre élève je ne peux pas y aller d'un avis, bonne chance dans votre processus décisionnel. Je dirais seulement que faut pas pousser la vertu trop loin.

Une Peste! a dit…

Honnêtement, je ne toucherais pas à cela avec une pôle de 20 pieds.
Malgré la tentation.

Imaginez le frontipisce du jôôu'nal de Môôurial?:

Horreur! Ignominie! Un enseignant accepte des billets de faveur au Hockey: En échange de quoi? On se le demande ...
Petite musique de Xfiles, ici.

;-DD

Bulle a dit…

Est-ce que Jonathan doit absolument servir d'intermédiaire? Est-ce qu’il peut mettre le « quelqu’un » en contact avec le Prof Masqué? Se couvrir en avisant la direction c’est toujours mieux et il faut remercier Jonathan (cadeau or not cadeau…suis pas certaine). En payant les billets directement au « quelqu’un » je ne vois pas vraiment de problème… Je peux mettre mon copain là-dessus, il vient de terminer un cours sur ce que les ingénieurs peuvent accepter d’un client ou d’un fournisseur sans conflit ou apparence de conflit d’intérêt. (On n’a pas ça en éducation… On reçoit surtout un chapitre de livre de maths ou 3 fiches de labo, rien de bien compromettant ;P)

Mais, tant qu’a payer, pourquoi pas au guichet?

Safwan a dit…

Très délicat comme situation. J'accepterais et récompenserais l'élève quand même, comme le mentionne Bob. Y'a des situations qui se présenteront d'ici juin où tu pourras lui rendre la pareille sans que ce soit en argent comptant.

Le professeur masqué a dit…

À tous: je suis toujours indécis, mais je devrais en parler à mon supérieur hiérarchique demain, comme le suggérait d'ailleurs La Marsouine. Sauf que c'est un grand amateur de hockey... Il y a des chances qu'il veuille des billets! Je vous tiendrai au courant. Maudite conscience ou vertu (Bibco)!

Une femme libre, Bob et Ness: il y aura compensation si je vais de l'avant, c'est évident. Pas de dette.

Souimi: ma fille sait déjà que je l'accueille, mais pourquoi ne pas faire un spécial magique? C'est la question.

Hortensia: les Nordiques... Mon sang Canadien bouille... : )

Armand: quand je pense que Nicolas risque de gâcher ma soirée... Maudite droite!

Oui, on peut suivre les match du Canadien à la radio et à la télé, mais le Centre Bell (domicile du Canadien de Montréal), c'est quelque chose! Même les joueurs étrangers y aiment l'ambiance qui y règne. Souvent, les partisans chantent comme lors des matchs de foot.

Une peste: et le reportage serait écrit par Claudine Potvin...

Bulle: les billets du Canadien sont assez rares sur le marché. Et «rares» est un euphémisme. Le Centre Bell affiche complet depuis un an et quelques mois... D'ou le dilemme.

En passant, vous avez raison pour ce qui est de l'éthique entre les enseignants et les maisons d'édition. Votre copain nous traiteraient de «vendus» s'il savait toutes les magouilles.

Safwan: je veux justement éviter ce genre de situation: devoir quelque chose. Mon avantage, et tu le connais, c'est que je suis juste avec tous les élèves et que j'arrive à régler des conflits s'il s'en présente. Ma réputation est un outil pédagogique précieux.

Sassenach a dit…

Prof masqué. As-tu pensé parler aux parents de Jonathan? Parfois les enfants veulent être gentil et font des offres que les parents ne sont pas au courant et ça peut les mettre dans l'embaras.

Je suis curieuse de savoir ce que t'a dit ton suppérieur.

Je ne crois pas que Jonathan veut qqc en retour. Il le fait simplement par gentillesse mais en effet, vaut mieux que ça soit claire pour éviter la dette.

Je me souviendrait toujours d'un match Canadien-Nordique du 24 mars 1986. J'étais en secondaire 1 et j'avais gagné des billets à l'école pour aller au Colisée le soir même. Étant une bonne fille obéissante j'ai refusé les billets car je ne savais pas si mon papa voudrais. Ça fait 20 ans de ça et mon frère m'en veux encore car c'était la journée de sa fête en plus.

École sec. RDL gr 4-5-7, 5è secondaire a dit…

Pourquoi ne pas faire un don pour un montant X à un organisme de charité que Jonathan choisirait (les femmes des joueurs du CH n'ont-elles pas une organisation de ce genre?) et faire ce don au nom de Jonathan?

Je crois aussi que communiquer avec les parents de Jonathan et avertir la direction de votre école soient des nécessités.