27 juillet 2008

Le premier cauchemar pré-rentrée

Ce doit être à cause d'un échange que j'ai eu avec la Peste hier soir mais, cette nuit, j'ai eu mon premier cauchemar pré-rentrée.

Si vous êtes enseignant, vous savez de quoi je parle: cette vision d'une classe perturbatrice, indisciplinée, d'un local malpropre et insalubre, d'une préparation inadéquate, des listes d'absence qui ne sont pas imprimées, du matériel qu'on cherche et qui a disparu pendant l'été...

Le cauchemar pré-rentrée. Un classique de la vie d'enseignant. Sauf que je ne sais même pas encore si je vais rentrer... Pas envie. Pas la force. Pas encore eu de vacances.

11 commentaires:

Hortensia a dit…

Moi qui tente d'oublier que le mois de juillet achève et que, au mois d'août, il faut que je prépare mon (nouveau) cours. Ton cauchemar me ramène à la réalité. Mais il y a de l'espoir, un ami dans le même état d'esprit que nous m'a assuré hier avoir écrit à Michelle Courchesne pour retarder la session d'un mois. Je suis sûre qu'elle va dire oui. ;-)

souimi a dit…

Pas déja! Faut pas! Pas avant le 1er août!

Gooba a dit…

Ah ben, un classique de la vie d'enseignant dont je ne suis pas atteinte!

C'est propre au secondaire et au cégep?

bibco a dit…

Bon, ben moi j'ai hâte. J'suis fatigante hein.
Je vais vous dire prof, j'suis à la veille de vous emmener au marché. On va faire des confitures.

Missmath a dit…

Arrrrrggggggg... et voilà mon cartable jaune qui me dit : mais tu ne m'as toujours pas ouvert, tu vas le regretter cet automne...

Haaaaaaarrrrrrrgggg... Août approche trop vite !

bobbiwatson a dit…

Pas encore eu de vacances? Quelle est la définition exacte et concrète de ce mot? En a-t-il une?

Zed Blog a dit…

D'après le dico, il semblerait que tu aies eu et a encore celles au pluriel mais que ce soit celle au singulier qui te prive de les transformer en loisirs.

Et ce vélo, finalement?

Je ne sais pas pour quand est la rentrée, mais c'est bien que tu penses à ta santé d'abord. Le travail n'est pas tout dans la vie.

Zed

unautreprof a dit…

Je fais aussi ce type de rêve Gooba.

Moi, le 18 août (précise la fille) je me permets de regarder les trucs scolaires et de penser au retour.
Ça viendra bien assez vite.
J'adore la rentrée, j'adore octobre alors il est facile pour moi de me mettre, l'été, à y avoir hâte.
Toutefois, je passe mon année à rêver à l'été alors...

J'en profite, chaque jour, chaque heure, chaque minute.

Une Peste! a dit…

Pffftt.

Je le répète, question que tous sachent que je suis une varie peste avec une doublure de Marquise .. Mais, c'est bien la première fois que je fais faire des mauvais rêves à un homme.
Re-ppfffft.

Qu'il l'écrit, en plus. Re-re-pffftt.

Je fais la moue.

Cela dit et trêve de minauderie de fille même pas affectée. Concernant ta dernière phrase: Vois venir. Regarde aller.

Peut-être que tes nouveaux groupes vont t'insuffler espoir en un plus tard heureux. Les morveux sont généreux sans le savoir.

Parce que s'ils savaient le bien qu'ils nous font, ils nous rançonneraient anyway. ;-DD

bobbiwatson a dit…

Il y des conversations qu'il vaut mieux ne pas avoir avec certaines personnes, dans certaines situations!

Cela éviterait les cauchemars non nécessaires!

Le professeur masqué a dit…

Hortensia: la rumeur est fondée. J'ai appris, qu'au 600, rue Fullum, ils sont encore à élaborer une politique de consultation du calendrier. Le sous-comité devrait remettre son rapport sous peu à un groupe de haut fonctionnaires qui recommanderont à la ministre de leur permettre de rédiger une stratégie nationale à ce sujet d'ici 2010.

Souimi: trop tard!

Gooba: je dirais une vacherie, mais tu serais fâchée et comme je t'aime beaucoup...

Bibco: je vais dire comme mes élèves: «Pas game»...

Missmath: jaune? Combien on parie que celui de la Peste est rose?

Bobbi: le temps ou l'ont rit, on a du plaisir et on pense à se faire du bien.

Zed: ton amour des définitions me fait rire et pleurer en même temps. Je résumerai ainsi: vacance de coeur et vacances de cul.

J'ai emprunté aujourd'hui un vélo à la fille d'une amie. Premier esssai demain s'il ne pleut pas. on verra ce que mon dos peut supporter.

Une peste: crois-tu qu'ils factereraient moins que ma psy?

Bobbi: mais non, l'échange avec la Peste a été très enrichissant, mais trés bouleversant aussi.