26 mai 2011

Il est peut-être temps de passer à «autre chose», Lucien...

Lucien Francoeur tire la sonnette d"alarme. Rien ne va plus en éducation selon le poète-rocker dans un texte publié sur Canoe. Soyons honnête: le prof de cégep y va de ses humeurs qui sont, ma foi, très révélatrices. Passons sur ses récriminations sur le ministère de l'Éducation pour nous intéresser à son regard sur les élèves, ses élèves.

Les maudites machines

Pour Francoeur, les élèves ont changé avec les nouveautés technologiques:

Ce n'est pas seulement une nouvelle génération. C'est une nouvelle espèce. Ils font partie d'une civilisation qui est celle du numérique. Nous, les plus de 30 ans, on est dans l'analogue. On est VHS, ils sont MP3. On est brosse, craie, tableau. Ils sont dans la navette spatiale avec cellulaire, laptop et iPod.

Une fois cet écart entre l'école et la réalité des jeunes, que propose le rocker? Rien. Au contraire, il s'improvise neurologue et affirme:

On sait que le cerveau humain s'est modifié quand l'homme a découvert le feu, quand il a inventé la roue. Mais personne ne s'est rendu compte que depuis 15 ans toutes les machines qui sont utilisées font qu'il y a des parties du cerveau qui fonctionnent moins. On continue à concocter des réformes comme si c'était le même genre de cerveaux qu'avant.  C'est un désastre, c'est une bombe qui va exploser.

Alors, cessons de «concocter des réformes» comme avant et intéressons-nous au au moins présent, non? Non, justement, pour M. Francoeur, on sent une nostalgie du bon vieux temps:

C'est fini le prof qui parle avec des élèves qui prennent des notes. Le seuil de tolérance est de 12 minutes. Après, tu dois t'arrêter pour faire un exercice. C'est tellement aberrant ! Il y a des profs qui n'écrivent même plus au tableau, c'est une perte de temps, les étudiants ne sont pas capables de suivre ! Ils donnent un texte à leurs étudiants et ils le lisent ensemble. Chaque prof a sa stratégie pour être «compris». Bientôt on va se battre juste pour être "entendu".

Des élèves abrutis par la technologie

Pour Francoeur, les connaissances de plusieurs élèves actuels sont minimes: «Dans une classe, tu as un tiers assez fort, un tiers qui se débrouille, et un tiers qui n'a pas sa place. Ce n'est pas de l'analphabétisme, mais c'est pas loin. De l'illettrisme, oui, parce qu'ils n'ont aucune culture.»

Et la faute de cette situation incombe aux maudites machines (prononcez ce mot avec l'accent de Joliet...)!

Je te le jure ! C'est aussi simpliste que ça. Il faut que je leur explique «recto verso» ! Et «simple interligne». T'es obligé de leur montrer tout ça parce qu'ils sont toujours sur des machines. Les feuilles, les cahiers, c'est archaïque pour eux. Il y a un immense problème. Une année, pour m'amuser, j'ai fourni un Q-tip avec mon plan de cours. J'ai dit à mes étudiants : «Vous avez les oreilles propres et vous entendez. Mais vous n'écoutez pas ! Parce que je ne parle pas comme vos machines...»

Que veut Francoeur? Le retour au bon vieux temps? Dans ses récriminations, ce dernier ressemble à ces vieux maitres, ces académiciens que les poètes qu'il chérit auraient peut-être détestés... Comme m'a dit un élève que j'aime bien: «Actualise-toi, pépère...»


Quant à moi, je sors d'un cours où j'ai abordé le thème de la solitude chez Christine de Pisan avec des élèves de première secondaire. Ils ont suivi avec intérêt la détresse de cette femme qui vivait il y a plus de 600 ans et dont les écrits rejoignent leurs émotions. Le seuil de tolérance de 12 minutes? Pas vu. Et je n'ai pas utilisé de machines...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

M. Francoeur aurait peut-être intérêt à être un peu (beaucoup) plus dynamique dans ses cours. Il devrait aussi faire attention à ses messages aux élèves (moins de fautes de toutes sortes seraient appréciées).
Vos élèves vous ont peut-être "écouté" pendant plus de 12 minutes: vos talents de conteurs sont indéniables! Mais, Christine de Pisan et sa solitudes sont-elles des sujets pertinents pour des flos (prendre l'accent de la Gaspésie)? Ils ont au moins eu la chance d'entendre une belle histoire racontée par qqu'un de "pas plate".
Que monsieur Francoeur en fasse le 1/1000e et ses étudiants seraient les plus heureux et performants du monde ... scolaire.

Marc St-Pierre a dit…

N'importe quoi...et on fait la UNE avec ça ! Le traitement d'à peu près tout ce qui touche l'éducation dans les médias nationaux a visiblement tendance,pardonnez-moi le néologisme, à se "sébastienménardiser" joyeusement ces temps-ci. Au-delà des jugements de valeur, qui sont de l'ordre du choix éditorial, appuyer ces jugements sur des arguments pseudo-scientifiques, c'est prendre les gens pour des épais. Voyons donc, les nouvelles technologies auraient changé le cerveau des étudiants... Comment penser que l'introduction extrêmement récente de ces technologies aient pu avoir la moindre influence sur l'évolution du génôme humain ? Francoeur et Sophie Durocher qui l'a interviewé souhaitent-ils que leurs noms restent indissolublement lié à l'emploi des techniques modernes de manipulation des masses et de la démagogie ??? (bon... je me calme...)

Morgane a dit…

(Puis-je vous dire, Prof Masqué, que je déteste écrire un commentaire chez vous, mais que j'adore parler avec vous de personne à personne? Il faudrait que je commente en courriel peut-être...)

Oui. Sur ce point, vous avez raison. Chaque génération, ses changements et c'est tant mieux ! En quoi les deux dernières décennies ont-elles été si merveilleuses sur le plan de l'éducation? En quoi celles des années 30, 40, 50 l'ont-elles été? Il est où, cet âge d'or qui n'a jamais existé? J'en-ai-plus-que-marre de ce genre de commentaires et oui, j'ai plus de 30 ans!

*vraiment très très gros soupir*

La suite dans un St-Hub près de chez vous...

Le professeur masqué a dit…

Anonyme: oui, la ballade XI de Christine de Pisan est assez émouvante et rejoint bien les jeunes qui connaissent la solitude, le rejet, l'abandon. J'en ai une qui a pleuré après le cours.

M. St-Pierre: M. Francoeur est chroniqueur à une émission de Mme Durocher sur Vox. Je ne crois pas qu'il aurait eu une pareil tribune autrement pour des propos aussi... n'importe quoi!

Morgane: quand tu veux. je ne refuse jamais un souper avec une jolie femme, fut-elle mariée. :) Plus sérieusement, c'est Francoeur qui semble être rendu à l'âge d'or. Blâmer la technologie pour les insuffisances de certains élèves....

Philippe Y. a dit…

Ballade répétitive dirait Lecoeur...