26 février 2008

De l'éducation préventive?

On a un tout nouveau bibliothécaire-technicien-responsable-queuque-chose-du-genre-là à la bibliothèque de mon école secondaire.

Un de ses premiers gestes a été de retirer des tablettes deux oeuvres de Patrick Senécal: Le vide et Aliss. Celles-ci avaient été achetées par la bibliothécaire-technicien-responsable-queuque-chose-du-genre-là précédente. Un égarement, sans doute. Heureusement qu'elle est partie à la retraite, sinon quels dommages pyschologiques elle aurait pu causer chez les tout-petits à qui on enseigne!

Aucune explication n'a évidemment été donnée pour expliquer ce geste puisque le tout s'est fait sans qu'on n'en soit informé. Je l'ai plutôt su par une enseignante au secteur des adultes, secteur qui a hérité des volumes maudits et qui accueille pourtant des élèves de l'âge des miens. Le plus ironique est que Patrick Senécal donnait justement une conférence aux élèves de ce secteur la semaine dernière et qu'il a même autographié les ouvrages honnis!

On présume que le contenu dépravé et pervers de ces oeuvres ne convenait pas à des lecteurs du secondaire ou qu'il pourrait leur donner des idées suicidaires. Pourquoi accompagner les élèves et les guider dans leurs lectures quand on peut simplement restreindre les romans qu'on leur offre? Pourquoi les éduquer quand on peut les maintenir dans une ignorance littéraire? Le monde te fait peur? Ferme fort les yeux, mon tout petit!

Dans la même veine, qu'attend-on pour retirer des tablettes de la bibliothèque de mon école les livres suivants?

Si vous avez d'autres suggestions, n'hésitez pas à me les transmettre. Youppie! On se croirait de retour au bon vieux temps de la mise à l'index! Farenheit 451, nous voici!

Il ne manque plus que le petit frère du nouveau bibliothécaire-technicien-responsable-queuque-chose-du-genre-là soit embauché aux ressources informatiques de ma CS. Fini l'accès à YouTube et à toutes ces cochonneries qu'on trouve sur le Net! Quand je pense qu'on peut prendre connaissance du site du Parti marxiste-léniniste du Canada à partir d'un ordi de mon école, il est grand temps que quelqu'un mette ses culottes et interdise tout cela. Protégeons nos jeunes!

Oh! en passant, ma bibliothèque de classe renferme tous ces titres dangereux pour notre saine jeunesse. Je sens que je vais faire un petit Hervé Jodoin de moi d'ici la fin de l'année.

24 commentaires:

noisettesociale a dit…

Je parie qu'ils ont conservé les romans bonbons mal traduits pour pré-ados? Du type "Le club des baby-sitters? (que je lisais assidument d'ailleurs à 10 ans... et qu'à ma grande surprise, j'ai retrouvés à la bibliothèque du secondaire...) Ou encore les Chair de Poule?

C'est ri-di-cu-le.

Sinon, moi, j'adore Patrick Sénécal :)

Anonyme a dit…

C'est absolument vrai! d'ailleurs, j'ai moi-même été EXTRÊMEMENT traumatisée par mes lectures du secondaire...

- La Symphonie pastorale: l'amour entre une jeune aveugle et un homme mature, un prêtre en plus!
(J'insiste cependant pour spécifier que ce livre est, malgré tout, une RÉELLE torture...)
- Cyrano de Bergerac: la vengance! le mensonge! la guerre! l'amour qui fini MAL!
- Hamlet: le suicide! le meurtre! les noires introspections!

BOUHAHAHAHAHAHA!!! Mais quel enseignant absolument inconscient et inconséquent nous a ainsi plonger dans cette littérature!

Franchement...

Mme Masquée

Le Détracteur Constructif a dit…

Ça c'est vraiment moche... Patrick Sénécal a réussi à intéresser une multitude d'adolescents à la lecture.

Comme si les adolescents étaient entièrement dépourvus de jugement critique, aussi! Et s'ils n'en sont pas pourvus, les oeuvres de Sénécal seraient un bon endroit pour commencer le travail.

Quand même... non, décevant. Y'a pas d'autres termes...

lud a dit…

Dites leur également de sortir des tablettes «Moi, C.F, 13 ans, droguée, prostituée...». Un excellent livre... mais d'après votre liste, visiblement «à censurer» par votre «employé» de bibliothèque... arf. S'il fallait qu'on revienne à la censure cléricale et son INDEX...

Hortensia a dit…

Question:
est-ce que le bibliothécaire-
technicien-responsable-queuque-chose-
du-genre-là a retiré des rayons les livres de Sénécal de son propre chef?
Je trouve quand même cela étonnant.
Les bibliothécaires, j'en connais quelques-uns, sont rarement des censeurs.
Est-ce que l'ordre ne viendrait pas de plus haut (genre plaintes de parents et direction qui achète la paix)?

Sylvain a dit…

Pour à peine parodier quelque chose déjà entendu (malheureusement) :
Faudrait interdire toute ça, l'internet pis toutes c'tes cochonneries-là. Ça l'influence mal nos enfants, fa que faudrait toute bannir ça, les you-tube pis les autres cochonneries qu les font apprendre toute croche, bon!... Finies toutes les pourritures pis les affaires de même qu'on montre aux jeunes !

Wow ! Quelle ouverture d'esprit, n'est-ce pas ? Et quelle occasion manquée de véritablement éduquer.

Safwan a dit…

Hihihi! Je rigolo de par le ton de ton billet, mais c'est une mesure inquiétante, en fait. Ces deux titres sont disponibles à la bibliothèque de mon école. C'est vrai qu'Aliss, c'est assez "hard". J'ai lu, je sais. Cependant, je sais aussi que ce roman-là, j'ai vu un paquet d'élèves le lire et avoir le coup de foudre pour l'auteur et son genre d'oeuvres. Ne serait-ce que pour cette raison, ton technicien-terminator a tort, très très tort.

Le professeur masqué a dit…

Noisette: D'après vous? On tolère ce que j'appelle «les poches» en autant qu'ils soient insipides.

Mme Masquée: certains enseignants n'ont aucune considération pour l'équilibre psychologique des jeunes. Cyrano de Bergerac. Ça peut toujours aller pour ceux qui ont un gros nez...

Détracteur: C'est évident qu'ils n'ont pas de jugement critique, sauf qu'ls finissent bibliothécaire-technicien-responsable-queuque-chose-du-genre-là à la bibliothèque... Sénécal est très lu par mes jeunes. Que voulez-vous: il leur parle et les remue.

luc: il est dans ma bibliothèque de classe! Yesss!

Hortensia: d'après mes sources, de son propre chef. Je vais quand même questionner à mon retour tellement je n'en reviens pas.

Sylvain: éduquer? à l'école? Moi qui pensais qu'on ne faisait que leur donner des diplômes à rabais.

Safwan: Sénécal est très moralisateur quand on y pense. Connely et autres n'ont pas cette dimension. Très discutable.

Circé a dit…

Pour avoir vu Sénécal tenir en haleine une salle de 600 profs de français, pour avoir lu ses œuvres, y compris les plus hard, pour avoir vu des tonnes de jeunes lire pour la première fois de leur vie – ce qu’a fait ce pseudo-bibliothécaire est vraiment idiot.

Anonyme a dit…

Une de mes charmantes collègues de français avait aussi, l'an dernier, jugée bon de mettre à l'index toute l'oeuvre de Patrick Sénécal...j'ai menacé d'aller à la bibliothèque de mon école avec un gros marqueur afin de purifier les livres des tablettes de toutes les idées sulfureuses. J'ai alerté mes autres collègues et nous sommes allés nous plaindre en bloc. Les livres de Sénécal sont revenus...

Laurence la petite démone....

Sylvain a dit…

PM : des diplômes à rabais ? Pas toujours. Au PEI, ça coûte plus cher !... pour ceux qui l'achètent en bout de ligne quand ils ne sont pas écoeurés du programme.
Libérez-les de l'O-bé-is ;-)

Gooba a dit…

Vive la révolution! Continue d'être rebelle, ces jeunes vont te remercier!!

bibco a dit…

Dites donc? Vous n'étiez pas en relâche vous???

Le professeur masqué a dit…

Circé: mais non! Il a des valeurs, des principes. Je te le dis: j'attends qu'il enlève aussi la Bible. L'Ancien Testament que j'ai lu une semaine de profond ennui st bourré de meurtres et de crimes. Ça saignait! Et je ne parle pas des péchés et du reste!

Laurence: coudonc, c'est quoi le problème avec Senécal? La proximité? Connely, Chattam et Pelletier écrivent des trucs aussi horribles et on ne les met pas dehors de nos bibliothèques!

Sylvain: il faut payer les voyages des gens de Cardiff...

Gooba: rebelle, moi? Si tu m'encourages à être rebelle, je vais devenir «straight» juste par esprit de contradiction.

Bibco: de l'école, pas du blogue. Et puis, j'ai trois groupes à corriger...

Dalma a dit…

"On se croirait de retour au bon vieux temps de la mise à l'index! Farenheit 451, nous voici! "

Les livres concernés ont été brulés ? Enfermés dans un placard sombre ? Visiblement non, ils ont été déplacés... peut-être par pragmatisme (ils pourraient être plus empruntés à leur nouvelle place, allez savoir). L'idéal serait de poser la question, parce qu'à force de crier au loup à tous bouts de champ on sait ce qui se produit ensuite...

Le professeur masqué a dit…

Dalma: je vous prie de noter que ce message était enrobé d'une douce ironie. Non, les livres n'ont pas été brûlés ni enfermés dans un sombre placard. Pour les placard, je laisse cela à une autre école.

Ils ont été retirés des tablettes de la nôtre en douce alors qu'ils sont parmi les plus populaires chez nos élèves. Ils ne pourront pas être «plus empruntés» ailleurs.

Le retrait de ces ouvrages constitue, quant à moi, une forme d'hypocrisie. Tiens, je repense à Marie Laflamme qui est encore sur les tablettes chez nous et qui contient une scéne de nécrophilie, je crois. De même, pour certains Connely.

Pour ce qui est de crier au loup, vous me permettrez, sans vous froisser, de vous indiquer que je préfère le loup au mouton.

Le professeur masqué a dit…

Dalma: vous noterez que «Anonyme Laurence» a vécu la même chose avec sensiblement les mêmes ouvrages à son école. D'ou la question: qu'est-ce que Senécal a de plus outrageant que les autres auteurs que j'ai nommés?

Anonyme a dit…

C'est une bien drôle d'idée que ton technicien a eu...

Je suis moi-même bibliotechnicienne et j'ai travaillé, pendant très peu de temps, mais tout de même, dans une bibliothèque d'école secondaire.

Quand je suis arrivée, j'ai dû traiter les nouveautés acheter par la précédente technicienne... Elle avait dépensé son budget dans les Coups de coeur de Renaud-Bray. Ce qui n'est pas une mauvaise idée en soi, mais j'aurais préféré un peu plus de... jugement? Les livres de psycho-pop, on s'entends-tu que ça n'a pas vraiment sa place dans une bibli d'école? Mettons l'argent sur des livres qui risquent d'attirer les jeunes?

M'enfin, cette bibliothèque était tellement mal administré depuis des années que lorsque mon contrat s'est terminé, je suis partie. Le gars qui a pris le poste après moi était un ami. Il est parti au bout de quelques mois lui aussi : « Ça a juste pas de bon sens. Deux jours dans une école, une journée dans une autre, une autre journée dans une autre, revient dans la première... t'as pas le temps de faire ta job, t'as pas le temps de répondre aux profs, tu fais tout à moitié, en vitesse, parce que tu manques de temps... c'est l'enfer. »

Le plus triste, c'est que le changement continuel de techniciens ne risquait pas d'améliorer le sort de la bibli...

Blogue_Leponge a dit…

Aaaaaaaaaargh!

Je vous en supplie! Ne me faites plus jamais ça, je risque de ne pas m'en remettre! Moi qui croyais que seules les institutions dirigées par des religieux retiraient certains livres des rayons de leurs bibliothèques, et encore, durant les années 1950!

Pour avoir dévoré tout Sénécal et en avoir discuté dans un cours à l'université (un cours sur le roman d'horreur, il va sans dire!), je dirais que Sénécal a la particularité de pousser l'esthétique de l'horreur à son extrême limite. Il nous prend par la main et nous montre les pires horreurs avant de nous dire : « Ne t'en fais pas, ce n'est pas gratuit, il y a une volonté devant cet étalage de "gore". » Le meilleur exemple est sans doute « Aliss », qu'une amie analyse présentement dans le cadre de son mémoire.

En ce qui me concerne, je devrais peut-être me cacher dans un coin sombre, puisque mon mémoire portera sur une partie de l'oeuvre de Stephen King, un autre auteur qui pourrait subir les foudres de votre reponsable de la bibliothèque.

Pour des suggestions de livres honnis, voici une courte liste :
- Le seigneur des mouches (des enfants qui se battent entre eux sur une île déserte, Seigneur!)
- Le Comte de Monte-Cristo (l'intrigue est uniquement basée sur la vengeance, que Dantes exploite à son paroxysme)
- 1984, Farenheit 451 et Le Meilleur des mondes (que d'idées subversives pour notre jeunesse! Tss, tss, tss)

Bon, ça suffit, j'ai des sueurs froides juste à penser aux titres qui pourraient être proscrits, pour une raison ou pour une autre.


P.S. La bibliothécaire de mon école secondaire était (et est encore!) une personne extraordinaire, qui a su m'éveiller à la littérature, et c'est en partie grâce à elle que j'entamerai bientôt un doctorat en études littéraires. Donc, Professeur Masqué, courage, vous pouvez faire une différence!

Gooba a dit…

Misère, c'est pas terminé après l'adolescence, l'esprit de contradiction??!!?? C'est vrai que pour les hommes, l'adolescence finit TRÈS tard... :o) T'as quel âge, au fait? ;-)

J't'aime bien, tu sais! ;-)

Anonyme a dit…

Je pense que c'est le côté très sexuel-scatologique des romans de Sénécal qui choque certaines âmes...mais au fait ce n'est pas en soit une SI mauvaise chose que ce puritanisme éducationnel car il n'y a rien de tel qu'une bonne mise à l'index pour donner le goût de lire les livres interdits!!...miam...le goût du vice...

Laurence la petite démone

Lia a dit…

Mon conjoint bibliothécaire me corrigerait peut-être, (il dort devant le Téléjournal), mais il me semble que dans les bibliothèques publiques les jeunes ont accès à tous les documents de la collection dès l'âge de 14 ans. Au collège où j'enseigne, en 5e, tous les élèves ont à lire Germinal de Zola et Au nom du Père et du Fils de Francine Ouellette. Il y a toutes sortes de scènes explicites dans ces deux oeuvres et personne à ma connaissance n'a crié au loup.

Le professeur masqué a dit…

Anonyme: vous mettez là le doigt sur un point essentiel: le choix des livres effectué par certains responsables. Je reviendrai là-dessus avec une anecdote savoureuse.

Il y a aussi le roulement du personnel qui rend les choses tout à fait inefficace.

Blogue L'éponge: il est normal qu'il y ait une sélection dans le choix des livres et des ouvrages. Pas de Playboy dans une bibliothèque scolaire quand même! Sauf que l'on peut se questionner sur les choix effectués par certains et les critères sur lesquels on s'est basé.

Dans le cas de Senécal, c'est questionnable.

Gooba: un vieux gamin dans la quarantaine. Moi aussi, Gooba, j't'aime bien..

Laurence: on devrait mettre à l'index nos grammaires et nos dictionnaires...

Lia: Germinal et sa célèbre scène du boulanger...

Jonathanlivingston a dit…

Moi, mes aventures sont inoffensives!