20 mars 2008

À des élèves comme à des demeurés

Bon, le titre est un peu provocateur, mais il convient très bien au sujet qui me titille aujourd'hui.

L'autre jour, dans mon école, nous avons dû procéder à la distribution d'un feuillet d'informations, gracieuseté du gestionnaire de la cafétéria de mon école. J'imagine qu'il s'agit d'une façon d'éduquer les jeunes quant à leurs habitudes alimentaires tout en continuant à servir la poutine une fois de temps en temps et en ne retirant pas du menu les légumes génétiquement modifiés provenant de Californie, le poulet au stéroïdes et les aliments irradiés. Bref, le document de quatre pages, d'un goût douteux, s'intitule fort in-judicieusement: «T'es à mon goût».

Tout d'abord, d'entrée de jeu, ledit document contient quelques fautes d'orthographe, dont «jus de fruit» et «poids-santé». En fait, je devrais parler d'incohérences puisqu'on peut aussi y lire les expressions correctes «jus de fruits» et «assiette santé». Il y a également quelques erreurs de ponctuation et quelques erreurs de syntaxe relevant de la langue orale, par exemple «Le truc à Mariloup».

Mais là ou l'on semble prendre les élèves pour des demeurés, c'est dans le vocabulaire qu'on utilise pour s'adresser à eux. En voici quelques exemples:
  • cool (1 fois)
  • shake (2 fois)
  • chum (1 fois)
  • super (3 fois)
  • full (4 fois)
  • best (1 fois)
  • slush (1 fois)
Yo les jeunes! On va être super full cool pour vous tchater malbouffe, genre! Le plus rigolo, en passant c'est que le mot «slush» est en italique, mais rien en ce qui concerne les autres termes empruntés à l'anglais.

Je me demande pourquoi certains adultes font toujours l'équation «jeunes - niveau de langue familier». Je les imagine faisant des guiliguili à des grands bébés de 16 ans. De plus, pourquoi se sent-on obligé de moins respecter le français pour s'adresser à des adolescents, par exemple? Sont-ils débiles? Va-t-on s'imaginer qu'ils vont nous écouter davantage parce qu'on les singe? N'est-ce pas là leur manquer de respect?


hose certaine, le document de la cafétéria a connu un véritable succès... auprès du bac à recyclage. Full cool, mes jeunes, je vous dis!

16 commentaires:

Circé a dit…

Argggg ! Entièrement d'accord. Ça et le tutoiement dans les manuels scolaires... cette fausse familiarité qui n'illusionne personne. Remarque, la qualité de la langue est correcte, mais c'est le même ton condescendant.

Zed Blog a dit…

;-)

Cool est français et vient de l'expression cool jazz (fin des années '40). Exemple : Miles Davis.

On peut donc l'utiliser entre adultes puisque le jazz ne s'adresse pas qu'aux jeunes (pourquoi ne pas en profiter pour étudier l'étymologie du mot, faire un peu d'histoire musicale et d'ethnographie?)
---
Comme dans :

- Professeur masqué, tu es vraiment cool.

- Ah! Merci, Zed. Toi aussi, tu es pas mal cool.

Hihihihihihihihihi!

Pour rire, j'aime bien utiliser foule cool qui pour moi est un jeu de mot amusant, puisqu'il considère la personne unique comme très importante, ayant la valeur d'une foule. Une façon de me moquer de l'emprise de l'anglais sur la langue française.

Cool, hein? Z

Le professeur masqué a dit…

Circé: condescendant et infantilisant?

Zed: Tu as déjà entendu un ado s'exprimer: «Il y avait full foule!»? Ou encore y aller d'une oxymore «C'était full vide.»

Blogue_l'Eponge a dit…

C'est vraiment chill comme billet! :)

Je penses aussi que le niveau de langage utilisé pour s'adresser aux jeunes est choisi en fonction d'un préjugé négatif à leur endroit. On s'imagine que si on parle pas comme un membre d'un gang de Montréal-Nord, ils ne comprendront pas, ou que le message va avoir moins d'impact.

Gimme five Prof Masqué!

Hortensia a dit…

Vraiment ridicule comme procédé.
Au niveau collégial, j'ai souvent remarqué le type de discours au "tu" dont parle circé, du genre "eh, toi, le jeune, tu veux réussir tes études? Tu penses à une carrière dans l'aéronautique? Notre programme de bourses est pour toi, etc." Je déteste ce ton faussement familier et je m'en moque en classe lorsque j'en ai l'occasion. Les étudiants comprennent presque tous mes blagues sur le sujet, c'est bien la preuve qu'eux aussi trouvent cette manière de s'adresser à eux débilitante.

Zed Blog a dit…

Oui, oui! J'adore...

Ahhh professeur masqué, tu es vraiment foule cool.

Zed, en direct de Montréal-Mort. Hihihihihi!

Mon esprit tordu entend toujours une insulte au sujet de l'intelligence chaque fois que je lis « oxymoron ».

Je suis allée vérifier pourquoi.
En soi un oxymoron, pour moi : oxy aigu, pénétrant, moron émoussé. Appliqué au cerveau, ce n'est pas fort!

Zed :D

bobbiwatson a dit…

Prof,
Peu importe le langage utilisé par la "gang de la cafétéria" le résultat sera le même. Ne crois-tu pas que la direction de l'école devrait avoir un droit de regard sur ce genre de document? Je pensais que TOUS les documents circulant dans une école devaient OBLIGATOIREMENT passer par la censure de la direction de l'établissement? Il semble que cela ne se passe pas comme ça dans ton école. Deux poids deux mesures? Comme les 180 jours du calendrier scolaire?

Le professeur masqué a dit…

Blogue_l'éponge: chill! Et si tu avais un doigt en moins, on dirait : «Gimme four!»?

Hortensia: je fais le même truc que toi avec mes jeunes. Quand je veux me payer leur gueule, je commence par: «Hey! Le jeune: tu veux apprendre des affaires full chill?»

Zed: cerveau? J'en ai un?

Bobbi: je vais soumettre le document à la direction et à la ministre, tiens!

Mía a dit…

ENFIN!!!
MERCI PROF MASQUÉ!!!
Pour une fois que je trouve un blogue où les jeunes ne sont pas considérés comme des légumes informes, une gang de patates gelées, bref, la plaie de notre société! En fait, je soutiens que les jeunes n’ont qu’un problème : le manque de confiance que les adultes leur témoignent. Si on commençait à les traiter comme des adultes, peut-être qu’ils commenceraient à se considérer comme tels et à agir comme tels! Vous en pensez quoi?
Une étudiante dont vous avez fait la journée,
Mía

Le Détracteur Constructif a dit…

Voyons!! C'est d'un ridicule absolu. Y'a pas que les jeunes qu'on prend pour des abrutis, visiblement... N'importe qui qui lira ça pourra se poser des questions.

Difficile à digérer hein?

Le professeur masqué a dit…

Détracteur: mon propos sera un peu cru, mais les abrutis, ce sont eux qui ont conçu ce document. C'est pour cela qu'ils s'imaginent que les autres le sont tout autant qu'eux.

Mia: j'enseigne en cinquième secondaire. Je fais rarement appel aux parents, pour ne pas dire jamais. À 16-17 ans, un jeune baise, peut conduire et tout le tralala. Il veut qu'on le traite en adulte, je le traite en adulte et je lui demande d'agir en adulte.

S'il ne répond pas à ces attentes, il fait lui-même la preuve de son immaturité. Et des jeunes, ça ne veut pas être vu comme étant immatures.

Zed Blog a dit…

Cher Monsieur Vadnais,

Pour faire suite à votre billet, permettez-moi de souligner que je n'avais pas remarqué le mot super.

Professeur, vous venez ainsi de me démasquer et ce, doublement. Je me joins une fois de plus à la foule des disciples béats reconnaissant l'importance des dons qui vous sont impartis.

Premièrement, la responsabilité de s'approprier le contenu d'une information incombe à tout lecteur, à toute lectrice digne de ce nom. Voilà qui me rend coupable d'une sottise à peine avouable.

Deuxièmement, cher Monsieur Vadnais, je vous suis redevable d'avoir mis au jour une bourde impardonnable de mon élocution, soit l'utilisation répétée de cette expression qui de plus, je m'en confesse, me paraissait fort jolie, amusante et efficace.

Je n'ose interjeter appel puisque votre décision semble bien fondée.

Nonobstant mon erreur, pourrais-je encore ici, et sans vous offenser, suggérer une autre activité pédagogique? En effet, dans le cadre de l'acquisition d'une compétence transversale qui s'inscrirait dans un projet de conception d'un message publicitaire dont la qualité du français serait irréprochable, les étudiants et étudiantes pourraient être amenés à découvrir la véritable signification du mot - nous n'en dévoilerons pas la nature - super [sype]?

Peut-être la signification de ce mot totalement inapproprié pourrait-elle infléchir une attitude irresponsable face à la qualité du français et à la nécessité de s'engager dans sa conservation et son développement?

Il ne serait pas de mise de terminer ce message courriel par une formule de conclusion s'appliquant plutôt à une lettre écrite formelle. Je tiens pourtant à vous assurer que j'ai pris grand plaisir à vous écrire ce facétieux commentaire.

(Deux semaines de chômage = pas de sous, mais du temps...) (Pauvre toi!)

Zed :D

bobbiwatson a dit…

M. Vadnais, qui êtes-vous pour avoir ainsi suscité une telle profusion de mots chez zed? J'avoue ne pas comprendre le lien avec ce billet. Je ne dois pas être "foule coule" :(

souimi a dit…

Chaque cafétéria possède ses inepties. Chez nous, aussi curieux que cela puisse paraître, il y a une directrice-adjointe qui colle des petits ronds de couleurs différentes sur toute la bouffe, question d'avertir les élèves que les ronds verts sont autorisés à volonté, les ronds jaunes signifient qu'il faut manger ce genre de bouette avec modération et les ronds rouges sont l'ultime alerte pour que l'ado s'éloigne de la nourriture malsaine. De quoi diriger les enfants tout droit vers la bonne grosse compulsion alimentaire.
C'est pas full cool, je trouve.

Safwan a dit…

Les jeunes trouvent cela généralement complètement dépassé que l'on s'adresse à eux en tentant de les singer. J'en ai parlé cette année avec les miens et ils n'y voient pas un moyen efficace de les atteindre. Les "marketteurs" sont dans le champ!
Je crois moi aussi que c'est croire que nos adolescents sont trop stupides pour comprendre le niveau de langue «des adultes». À entendre certains membres de ma parenté massacrer la langue française en fin de semaine lors du congé pascal, je peux te dire que plusieurs de mes jeunes s'expriment mieux qu'eux. Mais ça, ça fait pas mal moins jaser que les campagnes du style du Garage dont je parle moi aussi sur mon blogue.

Le professeur masqué a dit…

Zed: j'aime mieux «pauvre toi» que «pauvre toit». C'est l'abus des expressions comme super, méga, full et compagnie qui devient lassant. Le fait qu'on se sente obligé de parler à des jeunes comme on pense que les jeunes parlent. C'est davantage le reflet de nos préjugés qu'on démontre ainsi.

Souimi: il fait des compétences transversales, votre adjoint. Il leur montre aussi le code de la route. Full réforme!

Safwan: j'ai lu ton billet et je n'en reviens pas qu'on se montre aussi irrespectueux de la langue.