07 mars 2009

La chute d'une idole (ajout)

L'arrestation de Jean-François Harrisson a beaucoup fait jaser cette semaine. Les gamins aussi en ont parlé un peu dans ma classe. Un mot est souvent revenu: dégoûtant. Fille masquée, sans être révoltée, trouve regrettable que quelqu'un qui lui a fait passé d'aussi beaux moments l'ait en quelque sorte trahie.

À tous, j'ai prudemment expliqué que, dans notre système judiciaire, accusé ne voulait pas dire coupable mais, dans leur esprit, Harrisson est déjà jugé.

Par ailleurs, selon certains spécialistes, on n'a pas la moindre idée de ce qu'est la «pornographie enfantile». Le mot pornographie s'applique mal à la représentation d'actes qui n'ont rien de sensuel et qui relèvent davantage de la violence et de la domination. Pour ce qui est du mot infantile, on est loin des nymphettes du photographe David hamilton puisqu'on parle d'enfants de moins de quatre ans quand il se s'agit pas de bébés.

Dans le monde de l'éducation, l'utilisation d'une vidéo pédagogique s'adressant aux jeunes et utiliant les talents de comédiens de JF Harrisson a été suspendue.

Les vedettes comme ce dernier sont des idoles qui ont un impact auprès des jeunes. Mais aussi des responsabilités.

********

Si vous lisez ce texte, on sent déjà venir les idées de la défense.

1 commentaire:

Gentille Maitresse a dit…

De mon côté, j'ai une ado de 15 ans qui a du mal à accepter de ne plus revoir le comédien dans son émission, une Grenade...; elle a tendance à minimiser les gestes par ignorance de la nature exacte de ce qu'on entend par : possession de pornographie infantile/juvénile. Elle ne voit pas le lien entre les gestes qu'il a présumément posés et le fait qu'on n'accepte plus qu'il soit vu à la télé ou sur des vidéos...
Y a deux choses là-dedans: d'abord le fait que l'Internet est rempli de contenu qu'il faut apprendre à évaluer, à critiquer... Il y a aussi la fameuse popularité ou célébrité à laquelle aspire tant de jeunes... Eh bien, elle comporte aussi un lourd poids de responsabilité sociale...
Belle opportunité pour aborder le dgf: médias!!
" Soucieuse de former des citoyens libres, autonomes et responsables, l'école doit donc entraîner les élèves à prendre une distance critique à l'égard des médias, à percevoir l'influence qu'ils exercent sur eux et à faire la distinction entre les situations virtuelles et les situations réelles.
Bonne fin de relâche!
Gentillesse