03 avril 2011

Samantha Ardente: la suite? (ajout)

Tiens, notre ardente employée de la commission scolaire des Etchemins semble se faire peu à peu oublier. Sauf qu'un petit passage dans Le Soleil va peut-être remettre le sujet à l'actualité. Dans un article intitulé Quand monsieur et madame tout-le-monde font de la porno, on peut lire:

Depuis que la double vie de Samantha Ardente a été révélée, la semaine dernière, Dolly regarde passer la tempête médiatique avec un petit sourire en coin. Elle a déjà tourné dans un film avec Samantha, qui jouait le rôle d'une croqueuse de nymphettes, et se souvient de l'avoir prévenue des risques qu'elle se fasse congédier de l'école.

Dolly est convaincue que Samantha fait du bon travail en administration. Mais elle pense que son emploi dans une école secondaire, où elle représente une «figure d'autorité», aurait dû la décourager de faire des films pornos.

«Si elle avait travaillé dans un cégep, aux adultes ou dans une université, ce serait moins choquant, dit-elle. Mais étant donné que c'est des adolescents et que la plupart n'ont pas vraiment confiance en eux, j'imagine qu'en entendant les p'tits gars de l'école qui parlent juste de ça, les p'tites filles vont peut-être se dire : le seul moyen que les hommes nous trouvent attirantes, c'est qu'on soit des secrétaires cochonnes avec des grosses boules.»

Croqueuse de nymphette? Une petite recherche rapide nous indique différentes définitions du mot nymphette:

La nymphette est une pré-adolescente sexualisée par le regard d'un homme mûr, le nympholepte.

De nos jours, le terme est largement utilisé pour désigner des jeunes filles, soit pour souligner leur beauté, soit pour souligner le fait qu'elles sont fortement aguicheuses, tout en donnant l'impression de ne pas en avoir conscience1.

Le critère de la puberté n'est pas retenu, et le terme s'applique aux filles suffisamment jeunes sans en tenir compte. 

Si Samantha était un employé d'une CS qui s'appelait Roger, avait 40 ans et une grosse moustache, qu'il avait tourné un film porno où il «croquait de la nymphette», croyez-vous qu'on étudierait encore son cas et qu'on défendrait son droit à la vie privée?

********

Ajoutons que la gente dame était en contact avec des élèves comme en fait foi cet extrait d'une nouvelle parue sur TVA:

Il y a quelques jours, elle avait été confondue par un élève qui était tombé sur l'un des films pornos que l'employée de l'école avait tournés. Elle avait refusé de lui signer un autographe et lui avait demandé de rester discret sur sa double vie, mais il n'a pas suivi la recommandation, ce qu'il regrette amèrement aujourd'hui, selon un de ses amis.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Et vlan dans les dents...
Ticasse

bobbiwatson a dit…

Un jeune tombe sur un site porno???? Belle surveillance des parents non ???? Un directeur d'école a déjà goûté à cette médecine: il a été congédié et le jeune n'a eu aucune suspension. Belle mentalité de deux poids deux mesures.

Madame Croque-Cerise a dit…

Elle n'avait pas envie de dire au jeune que ce n'était pas elle? Je ne sais pas, j'ai des tas de gens qui trouvent que je ressemble à d'autres personnes...
Moi c'est ce que j'aurais fait. Ensuite une bonne coupe de cheveux et des lunettes et l'affaire aurait été classée.