30 juin 2007

Malade de tag!

Allons-y avec ce petit questionnaire fort sympathique et peut-être révélateur.

Quatre livres qui ont marqué mon enfance

L’écume des jours, je l’ai lu par erreur à 11 ans. Il traînait dans la chambre de mon frère. La couverture m’a attiré et je l’ai lu avec toute ma naïveté de futur adolescent. Une étrange rencontre qui a marqué ma façon de rédiger sur le plan littéraire et mon esprit.

La marque jaune, à la fois pour l’aventure mais aussi pour le dessin. Ce n’est que plus tard que j’ai appris que Jacobs avait redessiné plusieurs des éditions de Tintin en couleurs. Son souci du détail, sa maîtrise de la ligne m’ont subjugué. Et puis, il y avait le fait que cette histoire se déroulait en Angleterre. By jove! L'Affaire du collier est pas mal, également.

Les Tintin, livres indispensables de la jeunesse québécoise bien élevée. Aujourd’hui, je trouve les histoires de ce jeune reporter fades et je raffole davantage des Astérix le Gaulois. Tintin au Tibet demeure malgré tout mon préféré.

Les volumes de l’Encyclopédie Tout connaître. Ce fut mon premier contact avec l’histoire, la science, la géographie. J’ai dévoré chaque numéro que j’ai lu et relu et relu. Cette encyclopédie faisait une grande concurrence dans mon temps de lecture à l' Encyclopédie du Livre d’or et le Sélection du Reader’s Digest. Pour le jeune lecteur en moi, chacun était une mine de connaissances.

Les Jules Verne, pour l'amour de l'aventure et de la connaissance. À l'époque ou la télévision n'existait pas, les livres étaient des images, des reportages. Ce que j'ai appris en lisant ce type de romans!

En passant, je ne sais pas compter, alors quatre ou cinq... Trichons un peu, que diable!

Quatre écrivains que je relirais, encore et encore
  • Boris Vian (pour son imaginaire et son mordant)
  • Daniel Pennac (pour son humour et sa maîtrise des mots)
  • Michael Connelly (le suspens… quoique son dernier, Echo Park, est plutôt moyen)
  • Fedor Dostoïevsky (l’âme russe et la quête d’une certaine spritualité

Quatre écrivains que je ne relirai plus

Pour le reste, je m’assure de les oublier le plus rapidement possible.

Quatre livres à lire, en attente dans ma bibliothèque

Seulement quatre… J’en ai au moins une quinzaine!

Quatre livres que je suis en train de lire
  • Lindbergh L’aigle noir (biographie écrite par Bernard Marck)
  • L’Angleterre en guerre 1939-1945 (ouvrage historique écrit par Angus Calder)
  • Le rectificateur (roman policier écrit par Jeffery Deaver)

Je lis rarement quatre livres de front. Habituellement, je n’en lis qu’un à la fois. Sauf que les deux premiers ouvrages sont des lectures arides et de longue haleine, alors j’y vais plus lentement. Je m'intérese beaucoup à l'histoire, principalement à l'histoire du Québec, à la Deuxième Guerre mondiale et à la Shoah. On apprend tellement peu de notre passé.

Quatre livres que je n'ai pas terminés
Je me suis fait un devoir de toujours terminer un livre, même plate à mourir. J’ai dû m’y prendre à quatre reprises avant de terminer Moby Dick de Melville et je ne regrette pas mon acharnement

Quatre livres que j'apporterais sur une île déserte
  • La Chartreuse de Parme (romantisme, Italie et Stendhal : un mélange envoûtant)
  • Le Petit Robert (parce que connaître le nom des choses me semble important et encore plus si je suis seul sur une île. Ce serait une façon de rester en contact avec le monde. Un genre de ballon de basketball à la Tom Hanks, finalement.)
  • La Bible
  • Le Coran
Et en extra, lorsque je voudrais revenir dans la société : Radeau et navigation pour les nuls (ça doit sûrement exister).

11 commentaires:

Zed Blog a dit…

Prof masqué, je comprends que tu ne la donnes pas, mais d'où te vient cette tague?

La Bible et le Coran??????? C'est pour???????

J'ai un catéchisme et le Coran parce que formée en théorie des idéologies, je cherche à comprendre, notamment comment on lave le cerveau des gens et qu'est-ce qu'on dit là-dedans. Mais là, tu piques vraiment ma curosité.

: D

Le Prof a dit…

Ma curiosité est enfin assouvie, merci ;)

Il semble bien qu'"Ulysse" soit une oeuvre difficile d'approche... Je devrai donc bien me préparer lorsque je voudrai la relire!

Hortensia a dit…

Ça ne vous étonnera pas: on a plein de lectures en communs (moi aussi j'adorais Jules Verne et j'étais abonnée à l'Encyclopédie Tout connaître, que je recevais par la poste), mais L'écume des jours à 11 ans, quand même! Les livres et la musique de Boris Vian m'ont vraiment renversée lorsque je les ai découverts, sauf que j'avais 17-18 ans.
Pennac, Connely, Dostoïevsky, j'aime beaucoup aussi...
J'ai lu Ulysse de Joyce ainsi que Moby Dick jusqu'au bout, mais je n'amènerais certainement pas Stendhal sur une île déserte.
Ah, difficile de faire un commentaire court! ;-)

Safwan a dit…

Moi, j'ai lu tardivement L'étranger, de Camus, mais ça demeure la meilleure expérience littéraire que j'ai eue.

Pour la provocation et l'humour acide, j'affectionne particulièrement l'auteur sur lequel je fais mon mémoire, Michel Houellebecq. Sa vision de la société française contemporaine est sombre, mais juste et s'extrapole plutôt bien à notre société québécoise américanisée. Je crois que tout amateur de littérature française se doit d'avoir lu au moins un Houellebecq!

Pour la lecture tout court (je différencie lire pour le plaisir et lire pour vivre une expérience littéraire), j'adore les romans policiers de l'auteur suédois Henning Mankell. Professeur masqué: je crois que tu aimerais. J'en ai quelques-un qui traînent si le coeur t'en dit.

Anonyme a dit…

J'adorais les Tout connaitre...j'ai dû les lires et les relires des tonnes de fois...surtout les devinettes en bas de pages...

Le professeur masqué a dit…

Zed: la Bible et le Coran. je les ai commencé il y a quatre ans quand j'ai dû demeurer alité pendant un mois et demi. Ce sont deux ouvrages majeurs de la culture humaine, simplement. Certains cantiques sont à la limite de l'érotisme. Assez surprenant. Faudrait que je retrouve. Étonnamment, l'Ancien Testament est tellement plus violent que le Nouveau ou le Coran, c'est incroyable!

Je ne crois pas ces ouvrages soient dangereux en eux-mêmes. Que de cruautés a-t-on commises au nom de la religion? Que de bienfaits aussi? Le fanatisme, l'extrémisme, qu'il soit religieux ou pédagogique, est la source de tous les dangers.

Le prof: Ulysse, difficile d'approche? Je ne sais plus: j'ai tout oublié. Je me suis promis de m'y remettre un jour. Peut-être est-ce une question de maturité ou de regard sur la vie? Je sais que je relis systématiquement à chaque dix ans Les frères Karamazov, La Chartreuse de Parme et Illusions perdues (20 ans, 30 ans et 40 ans). Ma façon de goûter ces livres me les fait redécouvrir sous un jour nouveau chaque fois. Je vous suggère cette expérience, mais avec des livres moins longs. Ça fait un pélerinage de près de 1 800 pages, tout ça.

Hortensia: je danse très mal, mais je lis très bien : ) Pour L'écume des jours, le livre était caché sous le matelas d'un de mes frères. La force de l'interdit, c'est puissant. Deux choses que je dois préciser: j'étais déjà trop vieux pour mon âge (situation familiale qui demande de vieillir rapidement) et j'écrivais déjà beaucoup afin de canaliser uen imagination débordante. Vian fut pour moi un de mes premiers vrais plaisirs cérébraux et sensuels de lecture. Je n'avais peut-être pas les mots pour l'exprimer, mais le coeur et la tête y étaient. J'aimais ce jeu des mots et des expressions, ce sens de la fantaisie, même dans le drame. Et puis ma mère se mourait du cancer.

Stendhal, c'ets un péché mignon. C'est aprticulier qu'un Français m'aie donné le goût de l'Italie, mais la Chartreuse est un livre de sensations, de goûts, de lumières. Il m'a marqué par son romantisme, son histoire d'amour, non pas entre les protagonistes, mais entre Stendhal et l'Italie elle-même.

Safwan: tu connais amour des livres et ma large bibliothèque. Mankell y occupe une place de choix. Je m,essaierai avec Houellebecq cet été. Un tire à recommander?

Anonyme: je ne me souviens plus du tout de ces devinettes. Un exemple?

Safwan a dit…

Professeur masqué:

Son premier roman, Extension du domaine de la lutte. Les quatre romans de Houellebecq doivent être lus dans l'ordre, car ils forment un tout. Les liens entre eux font d'ailleurs partie du plaisir de le lire. Ce ne sont cependant pas les mêmes personnages qui reviennent d'une oeuvre à l'autre. C'est plutôt le fond qui s'y voit prolongé.

1. Extension du domaine de la lutte
2. Les particules élémentaires
3. Plateforme
4. La possibilité d'une île

Anonyme a dit…

Hum..du genre "qu'est-ce qui a des dents mais pas de bouche?"

Il y en avait dans les bas des pages, des charades, des énigmes, des devinettes, mais peut-être juste dans le volume rouge (me souviens plus du numéro).

Je trouve que tu es dur pour Amélie Nothomb...elle est insupportable en entrevue mais "Stupeur et tremblement" c'est tout de même pas mal...

Le professeur masqué a dit…

Safwan: merci!

Anonyme: si vous saviez ce que les élèves pensent de Cosmétique de l'ennemi. Même Fille Masquée a dû subir cette épreuve! Mais c'est vrai que j'ai la dent un peu dure dans ce cas précis.

Anonyme a dit…

Bon...tout n'est pas bon dans Amélie Nothomb...quand elle est dans le biographique c'est plus intéressant...mes élèves ont lus "Mercure" et ont bcp aimé (moi je le trouve nul mais bon j'ai vendu Nothomb aux jeunes ...)...mais "le Robert des noms propres" c'est vraiment pas mal...à essayer du moins...

Le professeur masqué a dit…

Si ça continue comme ça, je vais tenter de lire un autre Nothomb.