15 avril 2008

Trichons sans problème à l'école (ajout)

Hier et aujourd'hui, le Journal de Montréal a publié quelques textes sur le phénomène du plagiat à l'école, dont un sur lequel je reviendrai à la fin de ce billet.

Il ne faut pas se leurrer: les jeunes trichent amplement en classe. Et il ne faut pas croire que les nouvelles façons d'évaluer les jeunes propres à la réforme les empêcheront de continuer cette pratique qui remonte au moins à Charlemagne! Aujourd'hui, le plagiat est simplement plus facile qu'autrefois. Une bonne recherche sur Internet, un copier-coller et le tour est joué.

On peut toujours vouloir contrer ce phénomène en utilisant des logiciels de recherche afin de dépister les éventuels fraudeurs, mais il n'en demeure pas moins que le plagiat est d'abord et avant tout une question morale et d'éthique.

Pour ma part, j'incite mes élèves à utiliser Internet, à y chercher des informations qu'ils pourront utiliser dans leurs travaux, dans la lecture de leurs romans. Je ne leur demande que deux choses: d'indiquer leurs sources et de ne pas citer les propos de quelqu'un d'autre à moins de les placer entre guillemets.

Je leur recommande aussi de demeurer très critique quant aux informations qu'ils recueillent et je dois avouer que je n'ai pas besoin d'échanger très longtemps avec eux sur ce point: ils sont bien au courant des limites des sources qu'ils peuvent consulter. Même Wikipédia ne trouve pas nécessairement grâce à leur regard.

Un autre élément dont je discute avec mes élèves par rapport au plagiat, c'est bien sûr le respect de la propriété intellectuelle. Une idée, une phrase peut appartenir à quelqu'un. Ce concept est assez simple à comprendre pour eux quand on le met en relation avec le piratage de chansons ou de films, par exemple.

Plagier est une question morale et éthique, je l'ai dit. Là ou je décroche, c'est quand je lis ce texte du Journal de Montréal portant sur «le premier site québécois d'échange de notes de cours, de résultats d'examens et de trucs pour tricher pour les élèves du secondaire.»

Ce site regrouperait «quelque 300 documents pour toutes les années d'études, dont des notes de cours, des résultats d'examens et des laboratoires. Un blogue, un forum, des trucs pour tricher et même des modèles de billets de retard pour remettre aux professeurs sont également en ligne.»

Mis sur pied par deux élèves d'un collège privé de la Rive-Sud (l'éducation ne va pas toujours de pair avec l'argent), le site atheex.com a été consulté 30 000 fois par quelque 5 000 internautes au cours des derniers mois. Ce nombre devrait exploser sous peu avec la belle publicité gratuite, gracieuseté du JdeM. (D'ailleurs, le site a connu une hausse spectaculaire visite aujourd'hui si on se base sur tout le monde en blogue.)

Les deux parents de nos joyeux lurons sont au courant des activités de leurs enfants. «Du bout des lèvres, Paul et Jean avouent toutefois que leurs parents n'appuient pas leur démarche. «Ils ne sont pas nécessairement d'accord. Ils trouvent qu'il y a de bonnes choses dans le site, mais ils n'approuvent pas les trucs pour plagier.»

Plagier est une question morale et éthique. Je connais les parents de deux enfants qui manquent une bonne occasion de les éduquer. En cautionnant cette culture de la tricherie dans leur propre maison, j'espère qu'ils se plaindront pas le jour ou leurs charmants bambins leur mentiront à propos d'un accident de voiture, de la rougeur de leurs yeux, du vol d'un billet dans un portefeuille...

D'ailleurs, dans la même veine, je songe à ouvrir un site: «Mentez_a_vos_parents.com» Après tout, si je me base sur cet autre texte du Journal, «Mentir serait inévitable et même essentiel au développement des enfants.» Je ne voudrais quand même pas brimer notre jeunesse.

6 commentaires:

Circé a dit…

Excellente finale prof masqué :)

bobbiwatson a dit…

Ne pas brimer notre jeunesse est devenu le leitmotiv de notre société actuelle. Regardons les parents qui négocient avec leur enfant de deux ans; regardons les profs du primaire qui cherchent à être les amis des enfants; zieutons les élèves du secondaire qui font sentir à leurs profs qu'ils ont tous les droits (et malheureusement ils les exercent) ...
Ne les brimons pas et donnons-leur tous les outils nécessaires pour ne pas faire d'efforts, ce qui serait contraire à l'éthique de notre génération actuelle.

Anonyme a dit…

Atheex.com parle de vous

http://atheex.net/forum/viewtopic.php?f=4&t=96&start=0&st=0&sk=t&sd=a

Le professeur masqué a dit…

Je vais aller voir.

Anonyme a dit…

@ bobbiwatson

C'est facile de généraliser et de blâmer les mauvaises personnes...

Les profs du secondaire ont donc une meilleure attitude et enseignent des vrais contenus eux...

Au primaire, on veut être leurs amis et on n'enseigne rien d'important ou on l'enseigne mal...

Ces idées toutes faites et basées sur le néant m'horipillent puisque tout ce que j'observe autour de moi infirme ce que tu dis (bien que j'aie beaucoup extrapolé sur ce que tu as dit... je l'avoue !)

Anonyme a dit…

Merci de lire mon commentaire face à votre réponse sur www.atheex.com