19 novembre 2011

François Legault: évaluer les enseignants en moins de 100 jours

«Je commencerais à évaluer les enseignants et à mieux les payer. [...] Je ferais cela dans les 100 premiers jours parce que je me suis rendu compte que plus on avance dans un mandat, plus les gens sont préoccupés par la réélection.»

- François Legault à La Presse

4 commentaires:

gradlon a dit…

Étant donné qu'une année scolaire dure plus que 100 jours, voilà qui m'apparaît peu juste. De plus, s'il semble vrai que certains enseignants sont plus « efficace » que d'autres, leur performance dépend de plusieurs facteurs : direction d'école, qualité des infrastructures et du matériel scolaire, milieu social, disposition des étudiants, etc. Des facteurs qui peuvent fluctuer d'une année à l'autre, voire durant la même année!

Missmath a dit…

Je pense, gradlon, que Monsieur Legault parle des 100 premiers jours de son éventuel mandat et non des 100 premiers jours des enseignants. Le "cela" se rapportant à l'élaboration des mesures d'évaluation et de rémunération.

gillac a dit…

Il a surement voulu dire "amorcer le processus d'évaluation des enseignants". Si ce n'est pas ça,on pourra dire que legault est totalement déconnecté de la réalité. De toute façon, le prochain gouvernement va affronter une telle crise des finances publiques que toute son énergie devrait y passer. Ceux qui croient que le Québec est à l'abri de la tempête commencée en Europe vont vite déchanter.

gradlon a dit…

Missmath, j'avais saisi le concept des 100 premiers jours de M. Legault. Ce concept est d'ailleurs très important chez nos voisins du sud.

Maintenant, ce dont, moi, je parle, c'est que M. Legault promet, depuis le début de la CAQ, des résultats rapides afin d'assurer la pérennité de ces réformes au-delà d'un premier mandat, indépendamment du parti qui remportera les élections.

Dans cette optique, je pense que ces 100 premiers jours impliquent, certes, l'élaboration de mesures, mais aussi leur application et l'obtention de certains résultats.

Je ne nie pas que M. Legault pourra réajuster ses mesures par la suite, mais si tel est le cas, il aura déjà perdu de sa crédibilité au sein d'une certaine partie de l'électorat.