18 novembre 2011

Incompétence scolaire: certains bulletins retardés

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, a  donné une année de plus au monde scolaire pour s'approprier le nouveau bulletin. Même avec cette année supplémentaire qui a été obtenue après de vigoureux débats avec les enseignants, pour 10% des élèves, généralement en adaptation scolaire, il n'y aura pas de bulletin en première étape (ici et ici). «C'est le chaos. Comme d'habitude avec le ministère de l'Éducation, c'est toujours improvisé et on n'est jamais prêt à temps», explique Alain Marois, président de l'Alliance des professeurs de Montréal.

Pourquoi? On semble comprendre que le fournisseur informatique des commissions scolaires n'est pas arrivé à fournir le matériel à temps. Avec une année de plus pour le faire. Imaginez maintenant quand on pense à l'installation de milliers de tableaux interactifs dans les écoles...

Ce fournisseur est-il la GRICS? Je pose cette question tout en me demandant qui sont les fournisseurs informatiques en éducation quant au bulletin. Dans les faits, dans mes réflexions, je m'interroge à savoir s'il existe une saine concurrence dans ce domaine.

Ensuite, concernant cette situation, la ministre va-t-elle demander qu'on sévisse à l'égard des gens concernés ou adopter l'attitude traditionnelle de «non-imputabilité» propre aux décideurs de l'éducation? Un élève qui me remet un travail en retard est pénalisé dans ma classe. Le fournisseur et la CS qui ne sont pas foutus de donner les outils nécessaires à la confection des bulletins, eux, s'en tirent sans aucune conséquence?

6 commentaires:

Marc St-Pierre a dit…

Quelques précisions: les seuls bulletins qui n'ont pas été livrés à temps sont ceux pour les élèves qui fréquentent des classes spécialisées au primaire en adaptation scolaire, excluant les élèves ayant une déficience intellectuelle moyenne à sévère ou profonde.Partout ailleurs, la marchandise a été livrée, même en FMS et FPT.

Est-ce que c'est acceptable pour autant, je ne le crois pas. Pas dans le contexte du report. Nous avons dû chez nous développer un modèle de bulletin d'information maison. On l'a fourni aux écoles qui accueillent ces classes et ils avaient la possibilité de le modifier. La crainte que j'ai après ça, c'est que certaines écoles aient tellement aimé ce bulletin maison, qu'elles ne veuillent pas revenir au modèle officiel.

Pour ce qui concerne les responsabilités là-dedans, je ne sais pas. Les programmeurs de la GRICS développent les bulletins à partir des devis produits par le MELS. Or, combien de demandes de modifications y a-t-il eu en cours de route, je ne sais pas. Mais c'est comme pour une maison: plus on demande à l'entrepreneur de modifications en cours de travaux, plus il devient difficile de respecter l'échéancier du client.

Le professeur masqué a dit…

M. St-Pierre: merci pour ces précisions. J'apprécie. On m'a expliqué un peu la même chose ce matin.

Ce qui m'embête est que le prof n'en a rien à foutre de tout cela: on lui demande sans cesse de rendre des comptes et là, on ne lui fournit même pas les outils pour faire ce travail. Je serais moins cinglant si on était dans un contexte d'urgence. Là, on a reporté le bulletin d'une année. Une longue année pour arriver en retard en bout de ligne.

Marc St-Pierre a dit…

Tout à fait d'accord. Rien à redire. Dans un contexte de report, c'est difficile à comprendre.

Catherine a dit…

Personnellement, je me questionne sur la pertinence d'uniformiser le bulletin pour les élèves évoluant en adaptation scolaire. J'enseigne à des adolescents qui ont une déficience moyenne à sévère et / ou un TED. Jusqu'à cette année, j'ai reçu beaucoup d'aide de ma conseillère pédagogique et de ma ressource régionale en D.I pour construire un bulletin adapté à chaque élève. Il est important pour moi que mes élèves vivent des réussites. Avec le nouveau bulletin unique, j'ai peur de devoir inscrire un "D" sous chaque élément d'évaluation... mais bon, on verra, je n'ai pas encore eu la chance de le voir, ce bulletin.

Anonyme a dit…

"On semble comprendre que le fournisseur informatique des commissions scolaires n'est pas arrivé à fournir le matériel à temps. Avec une année de plus pour le faire. Imaginez maintenant quand on pense à l'installation de milliers de tableaux interactifs dans les écoles..

Quel est le lien entre les deux ??????

Le professeur masqué a dit…

Anonyme: le lien est simple. Combien on parie que le programme TBI va avoir du retard que toutes les classes n'auront pas de TBI, que du fric va se «perdre» en chemin? Le lien est que le MELS, les CS et les foournisseurs sont incapables de respecter les échéances qui se fixent. On l'a vécu avec le matériel pédagogique relié à la réforme, on l'a vécu avec la progression des apprentissages, on l'a vécu encore avec le bulletin. C'est rendu de la routine...