04 juillet 2009

Les prévisions du PM sur ce qui s'en vient pour la prochaine année scolaire

Oh non! je vais parler de la rentrée scolaire. Au début des vacances, beurk!

Simplement pour vous dire que deux mots marqueront le début de la prochaine rentrée des classes.

Le premier est «connaissance». Je ne serais pas surpris que le fameux débat «connaissances vs compétences» se poursuive à la rentrée et que la ministre y aille de modifications pour accorder davantage d'importance aux connaissances dans l'évaluation.

Le deuxième est «grippe». Vous comprendrez avec moi que la santé des élèves et du personnel sera l'objet des bien des inquiétudes. Voici deux ou trois petites informations que je placerai sous peu en lien à la droite de mon blogue.

Pandémie Québec
Guide en cas d'épidémie d'influenza
Symptômes de la grippe

5 commentaires:

Anonyme a dit…

il ne faut pas devenir hypocondriaque pour autant!

Marie-Andrée a dit…

C'est aussi plaisant de lire sur la rentrée que de recevoir la première circulaire sur les effets scolaires! Me reste plus qu'à compter les jours de vacances qu'il nous reste et à m'acheter sur e-bay une cargaison de masque et de Purel. Merci cher PM!

Le professeur masqué a dit…

Marie-Andrée: tu veux vraiment que je compte les jours avant la rentrée? Oublie le Purel: il existerait des produits à base de lavande tout aussi efficaces et sans alcool.

Jonathan Livingston a dit…

Petite question: à quels indices peut-on espérer la réalisation de la première prédiction?

Le retour de l'évaluation des connaissances, notamment en français en ce qui a trait aux connaissances grammaticales, ne serait pas un petit détail. C'est une lacune franchement déconcertante dans notre enseignement en ce moment. Je verrais très bien moi le volet connaissance grammaticale à ajouter. Cela revaloriserait dans l'esprit de tous cette discipline qui permet l'approfondissement de la maîtrise de la langue.

Mais bon, s'il y a changement au ministère,on constate toujours que la main gauche ne sait pas ce que fait la main droite. Je reçois toujours des textes débiles des collègues qui vont aux formations, genre la "Réflexion sur la différenciation pédagogique" (http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/viePedagogique/146/index.asp?page=reflexion)de Marie-Eve Tibi et Jean Archambault qui encense les âneries de Bourdieu. C'est arrivé sur mon bureau de prof. Le texte n'arrive pas à définir son concept. ET on y trouve des phrases aussi incroyables que celles-ci:«Différencier, c’est vaincre les obstacles, ne pas s’imposer de limites, ni s’en laisser imposer, c’est faire preuve de créativité, tenter l’impossible et continuer de croire quand plus personne ne croit. Comme le dit Bourdieu, il faut s’obliger à tout ce qu’il est possible de faire (et même plus). « À l’impossible, nul n’est tenu », direz-vous avec raison. « La perfection n’est pas de ce monde », rajouterez-vous bien sagement. Toutefois, toutes nos actions, toutes nos décisions doivent nous permettre de tendre vers l’impossible, vers la perfection. C’est le but ultime et même si nous savons que nous n’y arriverons probablement jamais, cela ne doit pas nous empêcher d’essayer.» On est ici en religion et c'est évidemment indiscutable!

Franchement, ce directeur qui forme des administrateurs d'école et cette enseignante de secondaire 1 qui veut devenir directrice aurait dû se garder une petite gêne, mais l'incroyable c'est que ce texte, qu'on trouve aussi aisément sur le Net et dans Vie Pédagogique, m'arrive sur mon bureau avec la griffe du MELS en bas de chaque page qui précise qu'il a été donné à la formation à l'Hôtel Château Laurier le 11 et 12 mars dernier...

Le professeur masqué a dit…

Jonathan: quelques collèges privés ont ajouté la mention «connaissances grammaticales» ou «grammaire» dans leur bulletin, question de plaire aux parents ou de permettre à ceux-ci de mieux suivre leur enfant. Disons que la ministre ne semblait pas réfractaire à l'idée.

L'extrait que vous avez rapporté ici est purement édifiant...