31 juillet 2009

Cul de pirate

C'est le gros buzz à Québec. Béa, de Coeur de pirate, a mis en ligne des centaines de photos d'elle nue ou légère vêtue.

Le buzz, c'est que certains blâme le quotidien Le Soleil de sortir cette histoire connue par certains internautes depuis longtemps.

Or, cquelques éléments semblent indiquer que Béa aurait été mineure au moment de mettre en ligne ces photos.

Mon premier problème avec cette histoire, c'est que certains s'en contrefoutent royalement. Tant que sa musique est bonne... Comme si le fait d'être un artiste te permettait un peu n'importe quoi. On banalise les faits ou tente de passer à autre chose.

Le président et directeur artistique de Grosse Boîte, Éli Bissonnette, avec qui Coeur de Pirate a récemment signé un contrat a affirmé: «Je n'ai pas le goût de parler de ça, et elle non plus. Je ne pense pas que ce soit pertinent avec tout ce qui se passe présentement dans sa carrière.» «Les photos, je les assume, mais je n'ai pas envie d'en parler», répondait Béa au début du mois de juillet au quotidien belge Le Soir.

Il faut dire que la multinationale Coke vient juste de signer un contrat de pub avec l'artiste pour les prochains Jeux olympiques. Ça tombe mal...

Le deuxième, c'est que certains parlent de photos érotiques. J'ai de la difficulté avec l'érotisme quand on met en ligne des photos de nu sur un site de nymphettes.

Le troisième, c'est qu'on ne réagit pas plus que cela quant au fait qu'elle l'aurait fait alors qu'elle était mineure.

Coudonc, suis-je rendu puritain? Et puis, papa et maman Pirate, là-dedans, ils en pensent quoi?

19 commentaires:

simpledream a dit…

Parce qu'il y a un papa Pirate et une maman Pirate?

Si on se réfère à La Presse de jeudi, elle-même ne semble pas savoir pourquoi elle a fait ces photos! Mais elle sait que ce n'est pas pour l'argent: "Je ne l'ai pas fait pour l'argent, ça ne paie pas beaucoup ...". elle aimait ces sites parce qu'il y a un concept derrière les photos.

Une autre petite incomprise??????

Anonyme a dit…

Coeur de Pirate c'est quoi? Un trip de jeune fucké? Quel intérêt?

Le professeur masqué a dit…

Simpledream: un concet d'être nue sur internet possiblement mineure? Moi aussi, je ne comprends pas. Mais c'est très symptomatique d'une certaine génération, disons.

unautreprof a dit…

C'est en effet banalisé par plusieurs.
Moi aussi ça me fait réagir. Ça m'inquiète.

Anonyme : Coeur de pirate est une artiste qui plait beaucoup, c'est assez surprenant ces photos...

Une femme libre a dit…

Si la jeune chanteuse a eu des photos nues d'elle publiées, ce n'est pas l'enfant qu'elle était qu'il faut blâmer mais bien le site qui a obtenu et publié des photos contre rémunération d'une ou de plusieurs jeunes mineures sans vérifier leur âge réel.

Pour ce qui est des parents de la jeune femme, il est bien possible qu'ils n'en aient rien su. Des surprises comme celle-là, il peut y en avoir dans les meilleures familles.

Le professeur masqué a dit…

Femme libre: le site godgirls.com a une responsabilité légale quant au matériel qu'il publie, mais il faut signer un formulaire de consentement et certifier avoir l'âge légal. À cet égard, désolé, mais Béa a une large part de blâme à assumer. Personne, semble-t-il, ne l'a obligée à agir de la sorte. Arrêtons de chouchouter les jeunes!

Premièrement, ici, on a une chanteuse, un modèle social, qui ne sait pas pourquoi, mais qui aurait mis en ligne des photos d'elle alors qu'elle aurait été mineure. Allo la conscience?

Deuxièmement, on se retrouve encore devant un phénomène d'hypersexualisation.

J'ai beaucoup de difficulté avec ce genre de comportement. Béa contribue à l'hypersexualisation au même titre que Budweiser et ses publicités. Mais cela, on en parle pas.

Une femme libre a dit…

Un(e) enfant mineur(e) exploité(e) sexuellement n'est pas légalement responsable de cette exploitation. Ni moralement d'ailleurs. Ce sont les adultes qui profitent de cet enfant qui sont coupables, toujours. On se tue à dire aux jeunes violés, incestués,exbibés, qu'ils sont des victimes et ils et elles sont réellement des victimes, même quand ils ont accepté d'avoir des relations sexuelles de quelque nature que ce soit avec un adulte. Leur consentement n'est pas valable parce qu'ils n'ont pas l'âge pour consentir. Avant, on parlait de quatorze ans. Depuis deux ans, l'âge légal du consentement est de seize ans, pas avant. Personne ne souhaite que son ado se jette dans la gueule du loup, mais ce sont bel et bien les exploiteurs qu'il faut dénoncer. Exhiber des photos nues de personnes mineures sur le web ou ailleurs, c'est un acte criminel.

Comparer une toute jeune fille comme Coeur de Pirate à une multinationale, c'est un peu fort et disproportionné. Depuis quand les chanteuses doivent-elles être un modèle de vertu pour qu'on apprécie leur talent? Une erreur de jeunesse ne devrait certainement pas ruiner une carrière.

Le professeur masqué a dit…

Femme libre: plusieurs commentaires.

1- Béa, enfant exploitée sexuellement? Béa, une victime?Désolé, mais je n'achète pas. Et à 17 ans et quelques jours à l'époque, elle avait assez de maturité pour être condamnée pour différentes actions comme adulte aux yeux de la loi.

En passant, ce sont les Conservateurs qui ont adopté cette mesure hypocrite. Pourquoi hypocrite? Ils ont haussé l'âge de consentement légal pour avoir des rapports sexuels tout en voulant que de plus en plus de mineurs reçoivent des peines d'adulte en matière de criminalité. Trop cons pour baiser, mais assez mature pour finir en taule.

2- Béa pouvait en tout temps, si je comprends bien, retirer ses photos du site Godgirls. Elle l'a d'ailleurs fait quand il y a eu un retour de vague négatif. Pas avant. Difficile d'accorder cela à un concept de «victime».

3- Godgirls a officiellement pris des mesures pour éviter d'avoir des photos de mineures sur son site. Je ne défends pas ce genre de site: j'indique que Béa a dû mentir pour se retrouver sur ce site.

4- Politique du deux poids, deux mesures: Béa contribue à l'hypersexualisation, mais elle doit être une victime. C'est une femme. Budweiser, c'est une affaire d'hommes, donc des gros méchants.

5- Les chanteuses n'ont pas à être des modèles de vertu, mais il serait grand temps qu'on réalise que chacun de nous a des responsabiltés envers notre société. Artistes et nymphettes inclus.

Missmath a dit…

Je découvre ce blogue et me bidonne (mais c'est pas parce que c'est drôle que je ris !!!). Je pense que ça te plaira... en tout cas, il me fait penser à toi... je ne sais pas pourquoi.

Zed Blog a dit…

Je voulais faire ma petite recherche avant de te répondre.

Hélas, cela fait depuis près de 30 ans que plusieurs « féministes » (énormes guillemets) réclament l'utilisation de la pornographie comme moyen de s'affirmer et de prendre en main leur propre sexualité (sic[k]).

Voilà une des raisons pour lesquelles je ne me dis pas féministe, l'autre étant que des hommes pensent exactement comme moi et sont aussi écœurés que moi alors, j'aime pouvoir me sentir dans ce groupe. Dans les années 80, plusieurs hommes (théoriciens masculins) se disaient « féministes » dans le sens où j'aurais pou dire que je l'étais.

J'ai enlevé les vignettes sur mon blogue parce que j'étais tellement écœurée et peinée de voir que la situation était quasiment généralisée chez les blogueuses, qui se vendent comme de la marchandise sexuelle et n'affichent pas leur intelligence, mais leur corps, commodifié, dénudé, positionné de manière à « séduire ». Cela fait longtemps que je veux l'écrire chez moi. Peut-être mon prochain billet. Trop de chagrin.

Il y a des textes à profusion là, mais j'en ai choisi trois qui pourrait t'intéresser, toi et tes lecteurs/trices. Merci d'en parler.

Zed

Non, tu n'est pas puritain : tu as une conscience sociale qui t'honore.

Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction

La publicité pornographique il y a 25 ans

Hypersexualisation et pornographie chez les jeunes

Accent Grave a dit…

On croirait assister à un tribunal sur les moeurs.

Coyez-le ou non, je ne connaissais pas cette chanteuse et encore moins ses photos. Par contre je connaissais sa voix.

Maintenant, je sais qu'ele a posé nue. Vous pouvez m'inclure parmi les « certains qui s'en foutent ».

C'est ce qui vous cause problème.

Je comprends qu'elle a fait des photos dans le passé. Maintenant connue, elle est embêtée par la publication de ces photos. Vous insinuez qu'elle savait ce qu'elle faisait, à 17 ou 18 ans?

Maintenant, que dois-je faire?

Ne plus l'écouter? Partir une campagne contre elle? La salir? Me rouler par terre? Publiciser ses photos? Regarder ses photos jusqu'à se convaincre qu'elles sont pornographiques?

Vous avez un problème avec les «certains qui s'en foutent», dont je suis, réglez mon problème s.v.p.

Accent Grave

Le professeur masqué a dit…

Accent grave: un tribunal? Un lieu d'échanges, svp. À cet égard, je comprends mal votre véhémence.

Que vous vous en foutiez, c'est votre droit le plus strict. Tout le monde a droit à son opinion, même de ne pas en avoir ou d'être dans le champ. J'ai une opinion et ça ne veut pas dire que j'ai forcément raison. C'est la force de mes arguments qui détermine la force de mon opinion.

Mais en même temps, ce que m'interpelle de ceux qui s'en foutent, c'est qu'ils banalisent un comportement.

Perso, tiens, ironisons un peu: je m'en fous du racisme, de la discrimination, de l'antisémitisme, de l'environnement, de la violence faite aux ainés, de la dette, du décrochage scolaire, de la question nationale, de la pauvreté et du car-surfing.

C'est mon droit le plus strict. Vive mon nombril et peu importe ce que font les autres du leur...

Il faut voir un peu plus loin, je crois. Et c'est le défaut de notre époque. L'hypersexualisation des jeunes est un problème important de notre société. Il suffit de lire les statistiques sur la sexualité des jeunes Québécois pour s'en rendre compte.

Accepter tacitement qu'une mineure mette des photos d'elle nue sur Internet - ce qu'aurait fait Béa (et notez l'emploi du conditionnel), c'est banaliser des comportement qui, socialement, ne devraient pas être acceptés.

De là, quoi faire? En parler, dénoncer, s'il le faut.

On n'arrête pas de faire des compagnes pour responsabiliser les jeunes sur l'usage qu'ils font d'internet et, là, il faudrait fermer sa gueule ou rester indifférent devant une artiste connue qui détruit tout un travail d'éducation qu'on se tue à faire. Désolé, mais je n'achète pas.

On est responsable de ses actes. Banaliser un tel comportement revient à le cautionner.

À partir de là, que faire? Il y a bien sûr des recours judiciaires. Il y a aussi dire qu'on n'accepte pas de nos modèles sociaux certains comportements.

Remarquez l'hypocrisie de notre société: on a foutu à la poubelle toutes les productions télévisuelles ou l'on retrouvait Jean-François Harrisson, ce comédien accusé de pédophilie, mais on reste béat devant quelqu,un qui mettrait en ligne un contenu contraire à la loi.

Comment une société peut-elle être cohérente à l'égard des jeunes quand, d'un côté, elle dénonce l'hypersexualisation des jeunes, impose des codes vestimentaires dans les écoles pour contrer le look «je m'habille comme une pute et j'en suis fière», vise à responsabiliser les jeunes à l'égard de leur image et, d'un autre, banalise un comportement à la Béa?

Je suis peut-être puritain et je l'assume. Les jeunes n'ont pas le même rapport avec leur corps que ma génération. Ce ne veut pas dire que c'est un progrès.

Faque je propose qu'on traine Béa devant un tribunal d'inquisition et qu'on la brûle vive. Ça vous va?

D'habitude, je suis plus subtil, plus nuancé. Mais là, je me sens véhément devant votre véhémence à mon égard et votre indifférence à l,égard d'une situation qu'on ne devrait pas accepter.

Une femme libre a dit…

Je ne comprends pas trop votre argumentation, Professeur Masqué. Personne ne force personne à regarder les photos supposément pornos de Coeur de Pirate. Mais c'est un sacré bon coup de marketing, bien certainement. Plus on en parle, plus on l'écoute et plein de gens découvrent son talent, qui est réel. L'idée qu'une jeune chanteuse doive être un modèle d'hyposexualisation pour les jeunes me dépasse. Il y a des chanteurs dont on parle encore aujourd'hui, Morrisson ou Janis Joplin, qui sont morts dans le sexe et la drogue et ça n'enlève rien à la valeur de leur musique. Pourquoi donc cette jeune femme aurait-elle comme mission d'être un modèle de vertu, au nom de qui ou de quoi?

Je trouve que c'est accorder énormément d'importance à quelques photos nues pour s'imaginer qu'elles vont détruire "tout un travail d'éducation qu'on se tue à faire."

Associer de quelque façon que ce soit le fait de poser nu au comportement d'un pédophile est assez absurde. N'importe qui peut publier des photos de lui ou elle nu et plusieurs le font et c'est légal alors qu'abuser d'un enfant est un acte criminel et destructeur.

En passant, quand des photos de mineurs sont publiées, ce n'est jamais le mineur lui-même qui est poursuivi (c'est une évidence!) mais bien le site qui a hébergé les photos. C'est la responsabilité de l'hébergeur de vérifier l'âge des personnes photographiées. Même chose dans les cas d'abus sexuel. Un homme ne pourrait pas évoquer en défense que la jeune victime même tout à fait consentante lui a dit qu'elle avait seize ans. Il doit être à même de s'en assurer.

Zed Blog a dit…

Accent,

À 18 ans, on a le pouvoir d'orienter le choix d'un pays, de voter donc d'orienter les choix sociétaux, de tuer quelqu'un sur la route avec sa voiture et d'être jugé au tribunal pour adultes quand on commet des délits.

Quant à savoir si à 17 ou 18 ans on sait ce qu'on fait, on ne peut qu'espérer qu'un jour l'éducation et l'encadrement auront de l'effet, mais hélas, c'est utopique à mon sens, ce qui ne veux pas dire que l'on doive baisser les bras.

Je crois bien qu'il y a des gens qui ne « sauront » jamais ce qu'ils font peu importe leur âge. Indifférents à la société, ils voguent dans la vie de consommation et tant que leur petit bonheur immédiat et personnel est assuré, ils peuvent bien jeter leurs bite de MacDonald par la fenêtre de leur voiture ou faire n'importe quoi, peu s'en soucieront.

Éduquer, conscientiser, dénoncer et oui, trainer au tribunal les reponsables de ce site porno (j'y auis allée voir).

Bertrand Cantat, en France, que j'adorais, le chanteur du groupe Noir Désir, était atteint de jalousie maladive. Il a assassiné sa conjointe, qui s'avérait être très connue, Marie Trintignant. Il chantait des chansons progressistes, au contenu politique très allumé, sa musique, ses formats innovateurs. Je n'ai jamais pu le réécouter. Un jour peut-être les anciennes choses. Cela fait des années que je ne l'ai pas entendu et là, comme j'écris, il passe à la radio, une ancienne chanson. Je ne vais pas fermer. Je suis suffisamment en colère pour ne pas écouter les nouvelles. Par respect envers moi-même et envers toutes les femmes violentées et tous les hommes qui en subissent les conséquences sans adhérer aux stéréotypes.

Accent, je suis étonnée de ta position, toi qui réclame régulièrement que l'on prenne la parole au sujet des modèles sociaux, encore dans ton présent billet avec lequel je suis totalement en accord.

Prof masqué, je le répète, tu n'es pas puritain parce que tu n'acceptes pas les modèles d'exploitation. Voyons donc! C'est le monde à l'envers.

Zed

Le professeur masqué a dit…

Femme libre: Personne ne me force à regarder les photos de Béa. Honnêtement, quel argument dérisoire! Est-ce que cela devrait m'empêcher de me sentir concerné? Je ne suis pas une femme et personne ne m'a violé. Faque, tiens, la cause des femmes violées...

Bref, pour vous, qu'une mineure mette volontairement en ligne des photos d'elle nue, qu'elle mente pour le faire, y'a rien là? C'est ce que je dois comprendre?

Je n'ai jamais critiqué le talent musical de Béa. J'ai critiqué son comportement social et l'impact qu,il peut avoir. Je fais de même avec certains chanteurs et poètes avec mes élèves.

Le problème de l'exploitation sexuelle et de l'hypersexualité, c'est ceux qui en profitent et qui alimentent cette industrie. ce qu'a fait Béa.

Et oui, on peut avoir des attentes envers les chanteurs. Ce sont des personnages publics.

Zed Blog a dit…

Exactement.

Zed

Le professeur masqué a dit…

Femme libre: j'haïs ça, moi échanger tout seul?

unautreprof a dit…

PM, je pense que le fait de travailler avec les jeunes du secondaire vous fait encore plus constater l'étendue de la banalisation.
C'est vraiment inquiétant.
Pour moi, l'artiste ici a à prendre ses responsabilités, même si légalement, elle ne sera pas celle qui est la plus à blâmer.

Parce qu'elle est une personne publique? Non, simplement parce que je crois à la responsabilisation de tous et chacun. Certainement que ses gestes à elle ont une portée différente que ceux de l'ado de 17 ans qui n'est pas connue.
C'est peut-être simplement une erreur de parcours, je ne sais pas, mais comme j'en ai aussi déjà parlé dans un billet, je suis inquiète. Plusieurs anciens élèves ou grandes soeurs (au moins 4) ont eu un lien avec la pornographie sur internet, des filles âgées de 14-15-16 ans.
L'hypersexualisation est un problème réel. Les profs vous le diront, c'est partout. On a peur pour nos jeunes...
La société, pas qu'elle doive crier scandale, mais en restant indifférente, en taisant son inquiétude, approuve.

Une femme libre a dit…

Je suis là Prof Masqué, je suis là! Je n'ai plus grand chose à dire en fait. C'est notre perception du phénomène qui est différente. Je suis tout à fait révoltée par la pornographie sur internet ou ailleurs, particulièrement la pornographie violente et dégradante. Les fistings en gros plans, les coups, les femmes qui se font traiter de salopes vicieuses, la peur dans leur visage. Et il y a une grosse consommation de ce genre de matériel. En fait, il s'en crée de plus en plus. Là,ça fait peur. Que tant d'hommes aient besoin de voir des femmes violentées et dégradées pour s'exciter.

Mais qu'une jeune fille majeure se dénude tout simplement, là, non, ça ne me fait pas tiquer. Je ne suis pas contre la nudité en soi. Ni contre toute pornographie non plus. L'érotisme a sa place et ça ne me choque pas du tout, non. J'en regarde des fois de l'érotisme et je n'en ai pas honte. Il a bien fallu que des gens se déshabillent pour ça.

Je ne vois aucun intérêt à scruter le passé des gens pour y trouver des failles. La jeune chanteuse aurait pu faire de la prostitution que je ne serais pas révoltée non plus. Ou bien vendre de la drogue. Ça ne m'intéresse pas. Si elle avait eu un passé tumultueux et malgré tout, s'en était sortie, c'est plus de l'admiration que j'aurais pour sa résilience. Je ne vois pas l'intérêt de condamner les gens pour les condamner. Ça ne mène nulle part.

Je garde mon indignation pour des causes comme l'exploitation des enfants, sexuelle au autre. Là, je me battrais et je dénoncerais de toutes mes forces.