24 avril 2010

Censure des sites Internet dans les écoles

Prof solitaire est sur la mappe de la blogosphère depuis que Patrick Lagacé a parlé de lui dans une récente chronique. Prof commentait les dernières mesures de sa CS pour contrer le décrochage des garçons. Je vous invite à aller lire ce texte écrit avec rage et colère.

Par la suite, la conversation a aussi abordé le blocage des sites Internet. Oeuvrant dans une CS plutôt large d'esprit, je n'ai pu m'empêcher de réagir à ce propos et je reproduis ici mes propos à ce sujet.

Les filtres sur le réseau Internet des commissions scolaires sont contre-éducatifs. On doit apprendre aux jeunes à se contrôler, à utiliser Internet avec intelligence. Ça s'appelle de l'éducation. YouTube et autres présentent des informations pertinentes. Même le pape a sa page FaceBook, après tout.

À cet égard, je pense qu'il devrait y avoir dans chaque CS un résau Internet administratif (ce qui empêcherait certains employés du siège social de faire du cyber-flanâge) et un autre pour les écoles dont les filtres seraient déterminés par les enseignants.

On sait gérer les classes. On devrait savoir gérer l'utilisation d'Internet.

Enfin, l'idée d'installer des filtres pour censurer Internet à cause de l'utilisation peu appropriée de certains enseignants (combien au fait?) revient à punir l'ensemble de ceux qui s'en servent correctement. Encore une fois, on nivelle par le bas et instaure une règle stupide qui finit par punir des enseignants innovateurs et allumés.

Au lieu de faire suer ceux qui utilisent Internet de façon pertinente, que les CS s'en prennent directement à ceux qui font une mauvaise utilisation de ce réseau. Elles ont les moyens de les repérer. Mais, encore une fois, elles montrent leur totale inefficacité.

Quand on voit comment elles gèrent ce réseau, on comprend pourquoi il y a autant d'échecs dans nos écoles.

3 commentaires:

Klassy a dit…

C'est la même chose ici.
Pour mon unité sur les conflits, j'avais trouvé un site sur le musée de la guerre et j'avais préparé une activité aussi. Tout ça pour se rendre compte, une fois dans le laboratoire d'ordinateurs avec mes jeunes, que le site était bloqué par le Ministère, à cause du mot "guerre" !!!!! Franchement, ai-je le temps de faire mes recherches à la maison (car mon internet est bien plus rapide) et de revérifier tous les sites à l'école, le matin ???? Ben voyons !

Une seule chose positive : après des mois et des mois de plaintes, ils nous ont finalement redonné Youtube, accès seulement pour les profs. Ils peuvent quand ils veulent...

Marico a dit…

Tout à fait d'accord avec vous! L'internet est un outil pédagogique magnifique. En contrôlant de manière bornée son accès, on enlève une chance aux étudiants d'apprendre le discernement. Comment l'apprendre si les règles sont dictées d'"en-haut", si l'autorité administrative fait foi de tout?
Je suis un électron libre de 66 ans. Et j'ai du mérite, je crois, de l'être demeurée! Comme ma fille qui a choisi de faire l'école maison (un prof l'y a encouragé) avec succès.
Je trouve aberrant que les profs soient le plus souvent laissés à eux-mêmes, qu'on limite leurs initiatives pédagogiques, qu'on prive ainsi les étudiants d'expériences nouvelles. Pas étonnant qu'à la longue, certains profs s'usent et se démotivent, avec l'impact que l'on sait sur leurs étudiants.
Beaucoup de parents semblent avoir perdu de vue QU'ILS SONT LES PREMIERS RESPONSABLES DE L'AVENIR ET DU COMPORTEMENT DE LEURS ENFANTS!

Lia a dit…

Internet n'est pas un divertissement. C'est un outil de travail, l'outil de travail no 1 des enfants qui sont devant nous. Dieu merci! j'ai accès à Youtube avec mon compte de prof à l'école ainsi qu'aux blogues. Seul Facebook est bloqué et c'est dommage. J'aimerais, moi aussi, proposer cette activité à mes élèves: pour vérifier si leurs élèves sont en mesure de dresser le portrait psychologique d'un personnage, des profs ont eu l'idée de leur demander de créer la page FB dudit personnage: ses amis, ses connaissances, ses goûts, les pages auxquelles il serait abonné selon ses valeurs, ses voyages... Je trouve l'idée fantastique.

En classe, je suis heureuse de présenter, à tout moment, des compléments visuels et sonores aux apprentissages que nous faisons. Je crois être en mesure de faire des choix éclairés.