24 janvier 2009

All you need is love (ajout)

All you need is love, entonnaient les Beatles dont la musique sert présentement de trame sonore à un magnifique spectacle à Las Vegas. All you need is a lawyer, devraient-ils plutôt chanter.

Car c'est à un véritable cirque auquel nous assistons au palais de Justice de Montréal avec la cause de Lola contre Éric qui veut garder la liberté de choisir son type d'union. Et il faut voir à quel point les journalistes doivent devenir des contortionnistes pour ne pas révéler l'identité des parties en cause. Pour ma part, ce procès a tout de la clownerie qui permet aux amuseurs publics de nous divertir un peu.

Là ou je décroche cependant, c'est quand j'écoute les arguments de la requérante. J'ai beaucoup de difficulté à éprouver la moindre sympathie pour cette pauvre petite misérable victime. Elle ne connaissait pas la loi, elle sent qu'on a abusée d'elle uniquement pour procréer, elle a honte de prendre l'avion en classe économique avec ses enfants, sa vie est ni plus ni moins finie à trente-quatre ans... Il est vrai qu'elle a grand coeur: il faut en effet beaucoup d'amour pour s'attacher à un petit chauve quinze ans plus vieux qu'elle rencontré sur une plage au Brésil alors qu'elle avait 17 ans.
Elle constitue, à mes yeux, le plus mauvais exemple pour ceux et celles qui veulent faire avancer la cause des femmes au Québec dans le cadre de ce procès. Après Aurore, voici Lola, la conjointe martyre.
Madame X demande ni plus ni moins que la protection de l'état pour les conjoints de fait parce qu'on ne peut qu'abuser de ceux-ci, semble-t-il. Ils seraient discriminés aux yeux de la loi par rapport aux gens mariés et cela serait anticonstitutionnel. Or, la loi québécoise prévoit justement des mesures de protection pour ceux qui s'engagent dans ce type d'union, à condition qu'ils s'en prévalent. Signe que le législateur savait ce qu'il faisait, elle prévoit déjà des mesures précises pour protéger les enfants issus de ce type de relation. Mais peut-être, après tout, que certaines femmes ont besoin d'être protégées comme des enfants.
J'ai beaucoup de difficulté qu'on demande à l'état de tout régir, surtout dans comme dans le présent cas ou il existe déjà des façons de se protéger au Québec. Advenant l'hypothèse ou elle remporte sa cause, il est clair que les nouveaux amoureux y penseront à deux fois avant de s'engager parce que l'État aura décidé pour eux le futur fonctionnement de leur union. Chose certaine, je crois que je ferai maison à part.
Quant à Lola, soyons bitch après tout ce qui a été déversé comme fiel sur le méchant Éric (on dirait presque un épisode de Loft Story).
  • Ce dernier l'aurait trompée. Pourtant, durant leur union, elle a subi un avortement pour un enfant dont il n'était pas le père.
  • Sa vie est finie, affirme-t-elle. «J'ai laissé tombé ma carrière, ma vie, j'ai tout fait pour être à côté de cet homme. Et à la fin, on est ici pourquoi : argent ? respect ? dignité ?» Or, on a appris que, quelques minutes avant le début de la cause, Lola a appelé Éric pour lui demander s'il voulait rehausser une offre faite en 2002, mettant ainsi fin aux procédures en cours.
  • Elle a eu quelques nouveaux chums depuis dont un qui paie ses frais d'avocat de la présente cause. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle sait encore choisir ses hommes. L'homme d'affaires se dit «consterné par la situation dans laquelle elle a été laissée, mais ajoute aussi travailler pour l’ensemble des femmes du Québec.» Ah bon. Etre journaliste, j'irais voir si ce monsieur pratique les principe de l'égalité salariale au sein de ses entreprises.
  • Elle se sent comme une génitrice dont on a abusé. Quand on constate à quel point elle aime le luxe, on comprend qu'elle n'a pas hâte que ses enfants grandissent. J'en connais qui se mettraient en ligne pour être fertilisées par ce Starbuck. D'ailleurs, Lola a reconnu qu'elle «aimerait bien conserver le train de vie luxueux de ses belles années et acheter un hélicoptère.»
Quant à son avocate, Mme Goldwater, elle fait appel à des arguments qui infantilisent presque les femmes et démonisent les hommes. Comment ne pas se sentir outré devant ce ramassis de clichés? D'ailleurs, certains (ici et ici) songent à porter plainte devant le barreau du Québec pour les propos qu'a tenu la disciple de Thémis.
  • Lola est une pauvre petite victime qui vit une situation difficile et dont on doit s'assurer qu'elle conserve le niveau de vie que son homme lui a donné.
  • Il s'agit d'une pauvre immigrante qui ne connaissait pas la loi parce qu'elle est originaire de l'extérieur du Québec, même si elle y vit depuis des années.
  • Les hommes dépensent plus pour leur voiture que leurs enfants. Soulignons que c'est un homme qui paie les frais d'avocat de madame actuellement. Pas un regroupement féministe.
  • Cette cause est importante pour les femmes. Si oui, pourquoi avoir attendu si longtemps pour aller en justice? Le cas de Mme Lola est-il si unique? Oui, si on en juge les frais qu'elle peut facturer à sa cliente.
  • Une des métaphores animalières de Me Goldwater: «Tout le monde est soucieux de protéger les enfants, d'assurer le bien-être des enfants, mais elle, bonne vache, elle peut disparaître maintenant qu'elle a fabriqué les trois petits veaux. Je trouve ça inacceptable.»

Enfin, bref... j'espère que mes deux lectrices me pardonneront cette crise d'urticaire masculine, chauviniste et rétrograde

********

Au fait, vendredi, je dinais avec des collègues et j'avais les mots les moins durs pour qualifier toute cette histoire. Même que je devais faire l'avocat du diable pour resituer un peu les choses. Je dinais avec des collègues, ai-je écrit. Toutes des femmes. Jeunes et moins jeunes. Certaines jouissant d'une fortune certaine. Des maisons. Des REER. Des voitures.

Et je n'ai pas hésité. Un commentaire charmant sur leur tenue vestimentaire. Un compliment sur leur maquillage. Un petit sourire ici, une oeillade là.

J'ai commencé à assurer mon avenir. J'ai deux frères avocats. Ils pourront servir...

******

Un extrait intéressant:

De l’avis de certains experts, c’est par souci du respect du droit à l’égalité enchâssé dans la Constitution canadienne que certaines provinces ont décidé de permettre aux conjoints de fait d’exercer un recours alimentaire. Pour d’autres, cette décision est plutôt fondée sur une «perspective fonctionnaliste». L’État aurait ainsi voulu éviter à la population d’avoir à supporter financièrement des personnes qui auraient été à sa charge si l’obligation alimentaire entre ex-conjoints n’avait pas existé.

Au Québec, le législateur a préféré opter pour le principe du « respect de l’autonomie de la volonté ». Sa décision de ne pas légiférer en la matière contrevient-elle au droit à l’égalité prévu par les chartes?

******

Je termine en citant quelques extraits d'un texte de mon mentor, mon maitre à penser, le très cérébral Richard Martineau dont la prose, cette fois, est assez près de la mienne.

Il faut choisir.

Ou les femmes sont des petites créatures sans défense et sans intelligence qu'il faut protéger. Ou ce sont des êtres débrouillards et indépendants qui sont capables de s'occuper de leurs affaires. Ça ne peut pas être l'un et l'autre.

T'es mariée à un gars qui chie de l'or, et il te demande de mettre ta carrière en veilleuse pour élever vos enfants? Demande-lui de t'épouser. S'il ne veut pas, demande-lui de passer chez un notaire et de signer une entente.

La pôvre «Lola» qui voyage en classe économique (snif snif) n'a pas pris le soin de faire ça ?
Alors c'est SON problème.

On n'est toujours pas pour changer la loi parce que madame n'a pas pris le temps de la lire! Va-t-on se mettre à enlever les stops aux coins des rues parce qu'un tapon s'évertue à ne pas les regarder?

Pauvre Québec. On est tous là à s'extasier devant Barack Obama, alors qu'on n'est même pas foutu de mettre un pied devant l'autre sans l'aide de l'État.

Il faut passer des lois pour tout. Le virage à droite. Les pneus d'hiver. Les ceintures de sécurité. Le casque de vélo.

Et là, il faudrait CHANGER la loi pour protéger les titesmadames qui, telles des allumettes, perdent la tête quand elles s'enflamment?

Pourquoi ne pas voter une loi obligeant les gens à faire un budget, tant qu'à faire? Ou à barrer la porte de leur maison quand ils partent en vacances?

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, je suis tanné des gens qui vont aux toilettes, qui oublient de baisser leur pantalon, puis qui blâment le système de justice parce qu'ils se sont pissés dessus!

19 commentaires:

Une Peste! a dit…

Est-ce dire que tu considèrerais une future Madame Masquée davantage en fonction de ses REER que parce qu'elle serait mignonne et saurait faire un excellent ragoût de boulettes?

Ah-la-la. Qu'on se le dise: Prof Masqué aspire à tenir maison, faire des bébés et se promener en jet privé.

;-DD
C'est une blague, bien entendu.

Je sais trop bien qu'avec ton fond de pension, tes FEER, tes REER, tes fonds de la FTQ ainsi que ta sécurité d'emploi, il est impératif de faire gaffe aux lolos, euh, aux Lola gourmandes de ce monde.

C'est une blague, encore. Ne lâche pas ton comptable à mes trousses! ;-)

bobbiwatson a dit…

Deux lectrices? seulement? Des pistes ...

Tu doutes de ton charme Prof charmeur!

garamond335 a dit…

D'accord avec tes propos sur toute la ligne, même si ma blonde ne l'est pas...
Un contrat de vie commune aurait réglé toute l'affaire en moins d'une heure, si madame y avait pensé avant.
Je ne peux pas croire qu'elle soit aussi sotte que son avocate voudrait nous laisser croire...
Avis à tous ceux qui cohabitent mais qui n'ont pas envie de se marier: mettez les choses au clair avec votre conjointe, au plus vite !

Zed Blog a dit…

Bien des femmes adorent se tirer dans le pied et adorent être considérées comme de pauvres impotentes, des marchandises qu'on doit s'acheter à prix plus ou moins fort (un café, une Lamborghini), des vicitmes quoi.

C'est assez mal barré quand le père propriétaire donne sa reproductrice potentielle au futur proprio (moyennant des boeufs ou... et en se tapant les frais de la noce), sous les yeux attendris de la maman (sic).

Il ira ensuite lui mordiller la jarretelle... lancée au hasard.

Beurk.

Cirque ulaire.

Zed

Hortensia a dit…

La cerise sur le sundae, pour moi, c'est les métaphores animalières utilisées par l'avocate de madame (veaux, vache, cochon?!!! — je t'adore, mon amour, mes rends-moi mes faubourgs). C'est fou ce que des honoraires faramineux peuvent rendre poète quand même!

Le Prof a dit…

"Or, la loi prévoit justement des mesures de protection pour ceux qui s'engagent dans ce type d'union, à condition qu'ils s'en prévalent."

Ah, se responsabiliser, c'est tellement difficile quand on est habitué à ce que le gouvernement fasse tout pour nous, y compris garder nos ados...

Même en union de fait, il faut protéger ses arrières et voir à ses affaires. M. Prof et moi pensons d'ailleurs sérieusement prendre rendez-vous avec un notaire afin de coucher une entente sur papier. C'est pas romantique, mais ça pourrait éviter bien des ennuis, même si la séparation n'est pas voulue (dans le cas d'un décès par exemple).

Mais bon, faut y penser hein!

La Souimi a dit…

En tout cas, la Lola ne m'inspire absolument aucune pitié. Franchement!!!!
Je voudrais voir le cas de femmes ordinaires, qui vivent une vie ordinaire pour faire jurisprudence. Pas cette femme pleine aux as... Puisqu'elle vit une vie absolument exceptionnelle, son cas doit être traité comme tel. Pas comme celui de toutes celles qui tirent le yâbe par la queue. En tout cas, surveillez la vôtre, les mecs.....
Sans farce, elle exagère...56 000$ par MOIS! C'est presque mon salaire annuel, ça....
Puis entre vous et moi, elle n'y est pour rien dans la création et l'immense gloire de l'Empire des phoques qui font tourner leur ballon sur leur nez. Pour rien. Donc, elle devrait se garder une p'tite gêne....
Ok, les féministes, lapidez-moi! Je suis prête!

Le professeur masqué a dit…

Une peste: seulement des REER? Pour ce qui est du jet privé, c'est difficile à refuser.

Bobbi: okay, trois d'abord.

Garamond: une sotte dans les mains d'une avocate rusée peut faire des prodiges...

Zed: je pense que Lola n'est pas une femme, mais avant tout une personne avide de fric. Et effectivement, on peut se demander si on n'est pas devant un cas de traite des blanches...

Hortensia: oui, oui, je me souviens: elle a désigné Lola en employant le terme «vache». Peut-être que monsieur aussi, mais pas dans le même sens...

Le prof: l'amour rend aveugle. En fait, à plusieurs reprises, madame a démandé à monsieur de se marier et il a toujours refusé. On se demande bien pourquoi.

L'hypothèse que tu soulèves en cas de décès est très importante. Le conjoint ne reçoit rien.

La Souimi: ben, elle a accompagné monsieur dans des soirées. Un bel objet pour attirer les regards, faire des public relations...

bobbiwatson a dit…

Je ne pense pas que c'était à madame de penser au contrat de vie commune avant! Monsieur a aussi sa part de responsabilité.

C'est donc dire que, maintenant, si tu ne veux pas te faire fourrer par la personne qui deviendra peut-être ton ex, tu dois calculer l'oeuf dans le cul de la poule! C'est donc dire que tu dois prévoir toutes les possibilités avant de t'engager:
* tu dois prévoir qu'il y aura rupture
* tu dois prévoir qu'il y aura peut-être un ou des enfants
* tu dois prévoir que tu habiteras ou pas avec la dite personne qui deviendra peut-être éventuellement ton ex
* tu dois prévoir que tu auras la garde partielle, un ou deux ou ... jours par semaine du ou des enfants que vous aurez engendré
* tu dois prévoir comment tu pourra chiffrer cette garde partielle dans ton rapport d'impôts
* tu dois prévoir toutes les éventualités non envisageables
* TU DOIS DONC ABANDONNER TOUTE IDÉE DE SPONTANÉITÉ pour vivre une relation agréable

C'est d'la schnout!

Continue de charmer tes lectrices, Prof Charmeur: virtuellement elles ne sont pas dangereuses. Quand elles se concrétiseront dans ta vie, penses-y avant!

bobbiwatson a dit…

J'ai oublié un "tu dois":

* tu dois aussi prévoir qui flushera l'autre
* tu dois aussi prévoir comment le flushage se fera
* tu dois aussi prévoir une compensation si le flushage ne se fait pas selon les règles établies dans le contrat de vie commune: tu ne me flushes pas de la bonne façon, donc tu dois payer les frais afférents à (psy, médicaments, avocat, etc)
* et, tu dois tenir compte de l'indexation au coût de la vie au moment du flushage!

Que la vie à deux sera donc compliquée! Restons célibataires, chacun dans nos maisons, chacun dans nos affaires. Devenons des couples de deux individualistes notoires.

Prof Charmeur, tu dis que tu as deux frères avocats ... qui t'aideront. Mais que feras-tu dans le cas où ta maison sera en jeu? Un agent d'immeubles dans la famille peut-être?

On devrait mettre les Normes du travail dans ce dossier!

Missmath a dit…

Je ne vous dirai pas que je ne sais absolument pas de quoi ni de qui il est question ici, car je ne voudrais pas passer pour une extra-terrestre, mais, en tant que matheuse de la place, je tiens tout simplement à faire remarquer à tous les lecteurs de ce blogue que les commentaires démontrent que Prof masqué a tort de prétendre qu'il n'a que deux lectrices.

Et nous sommes toutes folles de lui !

Missmath a dit…

Bon ben, c'est simplement pour dire que ça y est, je viens de découvrir l'affaire. Non mais quel cirque !

Le professeur masqué a dit…

Bobbi: il manque un appel à l'ONU!

Miss Math: j'ai ajouté des liens et modifié mon billet après votre intervention. Vous trouverez également des liens vous menant vers cette édifiante affaire.

Une femme libre a dit…

Oui, oui, nous sommes toutes folles de lui, je confirme les propos de Missmath. En fait, il a un harem, ce Prof Masqué et il se masque justement pour le cacher!

Gen a dit…

Je suis une femme et je suis 100% en accord avec le Prof masqué. Cette Lola n'est qu'une totale HONTE pour les femmes monoparentales. Être elle, je retournerais dans mon Brésil natal et me fermerais la gueule. Sincèrement, elle me dégoûte.

Anonyme a dit…

Je suis content de voir que tu exprimes sur ton blogue Laliberté d'expression. Très drôle ! Quand le gars a vu la poursuite, il a dû dire Ô !

Au moins, il ne risque pas la prison... Le Soleil lui manquerait énormément.

-JM

Ness a dit…

@Anonyme (JM): J'ADORE tes jeux de mots!!!! haha Je te paie un café Brésilien :D

Je suis d'avis que cette "Lola" est une véritable tache. Je ne la plains pas du tout et pour continuer dans la ligne de propos de son avocate, la "vache" peut bien retourner dans sa hutte au Brésil. C'est aberrant de voir ce qu'elle fait et je n'arrive pas à croire qu'elle OSE demander de telles choses. MADAME veut un hélicoptère (entre autres)?!? C'est rire dans la face du monde...

PS: Richard Martineau est un GRAND.

Une femme libre a dit…

Finalement, je n'aime pas la tournure que prend cette discussion. Je voulais vous l'écrire en privé mais je ne trouve pas votre adresse courriel. Le commentaire de Ness est raciste et sexiste. Je suis surprise que vous l'ayiez laissé passer. Vous l'endossez?

Le professeur masqué a dit…

Femme libre: je trie très rarement les propos des intervenants ici. Je les laisse assumer ce qu'ils écrivent.

Pour ma part, madame Lola est citoyenne canadienne et québécoise, mère de trois enfants nés au Québec.

Je n'endosse pas les propos de Ness. Je crois cependant que l'avocate de Lola a ouvert la porte toute grande en insistant sur l'origine brésilienne de sa cliente pour expliquer qu'elle ne connaissait pas la loi.

Mme Goldwater est peut-être une avocate réputée, mais elle en a trop fait dans la présente cause qui s'intéresse à la constitutionnalité d'une loi.