09 février 2009

Plan Courchesne sur le français: l'arrivée des inspecteurs?

Dans Le Soleil d'aujourd'hui, Daphnée Dion-Viens indique que le plan Courchesne sur le français est lent à être appliqué.
Rien d'étonnant quand on connait le chaos qui règne en éducation depuis quelques années. On a un peu l'impression que ces 22 mesures agrémentées d'un budget de 40 millions $ risquent de ne pas avoir les impacts promis.

Éloge de la lenteur
  • Le comité responsable du suivi de ce plan d'action est lui-même en retard sur l'échéancier qu'il s'était fixé. Il faut dire qu'il ne se réunit qu'une fois par mois.
  • Des mesures prévues en 2008-2009 seront déjà reportées à l'année prochaine.
  • L'ancienne présidente de l'AQPF, Arlette Pilote, a même démissionné de ce comité cet automne pour protester contre son dysfonctionnement.
  • Le comité pour réviser les programmes de français au secondaire n'est pas encore formé alors qu'on soulignait l'urgence de celui-ci.

Des mesures ministérielles contestées

Deux mesures de la ministre ne semblent pas susciter l'adhésion des écoles et des enseignants, soit une période de lecture obligatoire quotidienne et l'écriture d'un texte par semaine.

J'ai déjà souligné toutes les difficultés reliées à ces deux mesures qui sont le fruit de la ministre, et non pas du comité Ouellon qui s'est penché sur l'état de l'enseignement du français au Québec (ici, ici et ici). Peut-être faisables au primaires mais impossibles à appliquer au secondaire.

Et puis, ça vient torpiller l'autonomie professionnelle des enseignants pas à peu près. Mais ça, c'est un langage syndical de gauche communiste. Ouach!

Les lunettes roses de certains décideurs

Bien évidemment, certains ne vivent pas dans la même réalité que les gens moyens. Par exemple, le sous-ministre adjoint qui préside le comité de suivi, Alain Veilleux, croit que tout se déroule normalement: «Un an plus tard, le plan est en bonne voie d'implantation.»

Même son de cloche (et on parle de cloche ...) du côté de la Fédération des commissions scolaires ou tout va comme prévu.

Les inspecteurs pour bientôt?

Là ou on peut tiquer un peu, c'est lorsque le sous-ministre Veilleux assure qu'une «vérification» quant à la lecture quotidienne et à l'écriture hebdomadaire sera faite d'ici la fin de l'année scolaire dans nos écoles.

Enverra-t-on des inspecteurs dans les classes ou confiera-t-on le soin aux directions de recenser ces pratiques en classe? Je vois la scène d'ici.

Inspecteur: Bonjour, monsieur Masqué. Je viens voir si vous faites des dictées chaque semaine dans votre classe.
Prof Masqué: Bonjour! Avez-vous aussi apporté les dictionnaires qui manquent dans ma classe en même temps?

2 commentaires:

bibco a dit…

Je peux vous dire que ce n'est pas applicable dans les classes au niveau primaire non plus.

Zed Blog a dit…

Je l'ai aussi entendu dire, hier, je crois, qu'il faudrait que les profs s'adaptent aux milieux défavorisés, adaptent leur enseignement.

C'est le Porf Malgré Tout qui va être content d'entendre ça. Tout un changement pour lui...

Table des secrètes. Elle en fumme du bon.

Zed ¦X