07 septembre 2009

Perfectionnez-moi, s'il vous plait!

Ce matin, le Journal de Mouréal nous apprenait que la Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a dépensé près de 55 000 $ pour assurer la formation de 144 cadres pendant deux jours au Château Bromont, en Estrie. Il fallait absolument les regrouper dans cet hôtel quatre étoiles pour leur permettre d'être mieux concentrés. «On veut l'attention complète de tout le monde», croit Michale Cohen, le porte-parole de la CSEM, qui affirme que cette façon de faire permet d'obtenir «une bonne concentration et on obtient de meilleurs résultats».

Je suis désolé mais, s'il faut réunir des cadres de la sorte pour qu'ils soient efficaces, c'est qu'on a un sérieux problème de personnel. Il y a des coups de pied au cul et des congédiement qui se perdent.

Les repas, les cocktails et l'hébergement ont coûté 37 000 $. Chaque participant a reçu deux coupons lui donnant droit à autant de cocktails, en plus des deux petits-déjeuners, des deux dîners et du souper avec vin. (Ben oui, la CSEM paie la boisson! Moi, j'attends qu'on me paie les cigares après un bon repas. Il me semble que ça va ensemble, non?)

La CSEM a également dépensé 17 000$ pour deux conférences visant à «promouvoir une approche d'équipe, renforcer les notions d'imputabilité et de leadership, et maintenir un climat de travail positif».

Imputabilité? Mon oeil! Quand tu es capable de dépenser autant de fric pour deux conférences, c'est que ta notion de saine gestion des fonds publics est une véritable blague.

Le journaliste du JdeM a oublié de se renseigner sur un autre point: combien on parie que tout ce beau monde s'est rendu à Bromont avec leur véhicule personnel, ce qui leur a permis de facturer des frais de déplacement? Une navette aurait coûté moins cher et aurait eu un impact moins négatif sur l'environnement.

Dans la catégorie bullshit institutionnelle, M. Cohen a expliqué que cette dépense répond à la loi 90, aussi appelée «loi du 1 %», qui exige de employeurs qu'ils consacrent 1 % de leur masse salariale au perfectionnement de leurs employés. Perfectionnement réel ou dépenses somptueuses entre petits amis? Et après ça, on se plaint qu'on manque de fric pour les vraies affaires!

Pour vous situer, les perfectionnements des enseignants ont généralement lieu le jour. On comprime les dépenses au maximum en évitant les nuités à l'extérieur et les repas. Si les perfectionnements à la CSEM sont de cette nature, je suis prêt à changer de commission scolaire!

Décidément, les petits roitelets des CS ne comprendrnt jamais. Je sais que je rêve parce que tout le monde se graisse la patte dans l'administration publique, mais j'aimerais tellement qu'on en mette un ou deux à la porte pour faire comprendre que ce genre de comportement est inadmissible.

14 commentaires:

Le Prof a dit…

Petite historique du perfectionnement obligatoire pour le PEI dans ma CS:
- Sur les heures de classe, avec les suppléances payées;
- Durant trois journées pédagogiques (ce qui m'arriva, pas plus tard qu'en 2006);
- Durant un vendredi soir et deux samedis.

Un prof doit se taper deux samedis de formation afin de pouvoir obtenir un contrat ou un poste PEI (ce qui peut jouer gros dans l'obtention d'une permanence), alors que les cadres n'accepteraient jamais cela, pas plus qu'un déjeuner d'accueil en août dans une cafétéria d'école comme c'est le cas à quelques endroits que je connais, parce que l'école est en déficit.

Ça m'écoeure.

Renée-Claude a dit…

Cibole !
D'une part, je suis contente d'avoir quitté le monde de l'éducation quand je vois ça.
Mais d'une autre, je suis déçue de ne pas y avoir été "pour vrai" (qu'est-ce qu'une petite chargée de cours, hein...?)pour pouvoir faire bouger les choses...
Misère...

Anonyme a dit…

(Comme j'ai effacé par erreur un commentaire de air fou, je le recopie ici.)

Air fou :

Bravo, excellent billet.

Je suis toujours heurtée quand notre syndicat paie le traiteur lors d'une réunion syndicale. Pourtant j'ai surtout du bien à dire de mon syndicat, mais ça... Je ne comprends pas.

Où je travaillais avant, seulement une fête aurait certainement payé un salaire annuel.

Quand on cherche des sous, pour moi, pas de vin, de fleurs, de soupers et trucs semblable. Simplicité volontaire et éthique. Les sous des contribuables, pour moi, il faut les respecter et eux aussi. Mais tu as raison, on rêve.
Vos réunions à vous, dans le gym ou dans la caf?

Toute une imputabilité.

Une Peste! a dit…

Tu veux qu'on te perfectionne?





;-)

Le professeur masqué a dit…

Hötel Bromont, repas et vin fournis, juste deux conférences écouter... N'importe quand? Tu penses qu'il y a une terrasse à Bromont?

Joan Durand a dit…

Bien sûr qu'il y a des terrasses à Bromont. Et je suis entièrement d'accord pour "les coups de pied au cul qui se perdent"!!

Mme Prof a dit…

" (...) cette façon de faire permet d'obtenir «une bonne concentration et on obtient de meilleurs résultats». "


Hummmm si j'en crois cette dame, je pourrais donc exiger d'enseigner dans cet hôtel de luxe avec mes élèves. Ils seraient tellement mieux concentrés! :D

Vraiment, je suis d'accord avec elle! ;)

Anonyme a dit…

Il y en a qui ont le don de tout faire pour faire enrager les profs. Quand ceux-ci ont-ils des perfectionnements dans des sites si enchanteurs? Tu ne pourras donc pas de faire perfectionner PM.

Le professeur masqué a dit…

Joan: On devrait acheter des bottes de construction à la ministre.

Mme Prof: je vais le suggérer à mon directeur. On pourrait aussi inclure cela dans le plan de la ministre coontre le décrochage.

Anonyme: bof...

Safwan a dit…

Franchement, on aurait pu leur payer le spa, aussi! Pfff!

Plus sérieusement, on a un rêve en commun, alors. J'avais entendu parler de la nouvelle, mais je constate, en te lisant, toutes les horreurs qu'elle soulève. Ça m'écoeure!

Air fou a dit…

Je pensais à toi, PM, quand j'ai appris ce midi que le décrochage, c'était fini! La ministre a déclaré que 80 % des élèves seraient diplômés. Avec Photoshop, moi aussi je peux en faire des diplômes comme ça.

Que tu dois donc jubiler.

Mais la solution antidécrochage est pourtant déjà installée, chose que tu m'as apprise. Si un « enseignant/e » est déclaré/e tel/le avec un DES, bien c'est assez évident que tout le monde va sortir diplômé.

Le professeur masqué a dit…

Air fou: je vais revenir sur ce plan. Mais tu soulève ma question centrale: diplomation et qualité du diplôme.

Anonyme a dit…

Correction:
Tu ne pourras donc pas TE faire perfectionner PM.

Anonyme a dit…

Le plus enrageant, c'est l'impact généralisé de l'opinion publique: parce que la CSDM paie des repas arrosés et des formations à Bromont sur le dos des contribuables, certains pensent qu'il en est de même avec toutes les commissions scolaires.

Cher prof masqué je peux vous assurer qu'aucun alcool n'est remboursé sur les frais de représentation dans votre CS. Des directives claires ont été demandées à cet effet par le nouveau conseil élu en 2007.

Vous aurez également remarqué l'emploi du recto-verso dans les correspondances avec les parents (avec le logo photocopié noir et blanc), l'info-parent sans page glacée, et la frugalité dans les réceptions: la salle Édouard-Fortier ou le buffet du CFER...

Quant au "party" de Noël des Commissaires, il se fera dans un "apporter votre vin" local... (on est bien loin du Marché Bonsecours de la CSDM!)

On fait des efforts mais comme ça ne fait pas vendre des journaux alors on en parle pas...