13 septembre 2009

Tu vieillis quand...

Depuis la rentrée, bien de petits incidents, heureux et malheureux, ont marqué mon quotidien. Et puis, il y a ce plan d'action sur la persévérance scolaire dont il faudrait bien que je parle un jour. Un jour.

Mais pour l'instant, une petite anecdote. On m'a toujours dit qu'un prof de cinquième secondaire vieillissait quand il regardait plus la mère de ses élèves que ses élèves. Je n'ai jaimais aimé ce proverbe à cause du côté mon oncle cochon qu'il sous-tend.

Aujourd'hui, étant enseignant de première secondaire, je me suis fait servir un autre de ces adages à la con: «Tu veillis quand tes anciens élèves viennent inscrire leur enfant à ton école.» Ouch!

Pourtant, ce fut un beau moment. Quand j'ai vu Annie entrer dans ma classe lors des journées portes ouvertes de mon école, je l'ai reconnue immédiatement. Un sourire. Des yeux qui brillent. Un regard qui cherche celui de l'autre.

Annie a été une battante, une élève qui éprouvait des difficultés et avec qui je ne comptais pas mon temps. Autant de courage et de persévérance dans une fille aussi menue et fragile, cela me rendait terriblement conscient du rôle d'accompagnement que je pourrais jouer auprès d'elle. Celle-ci avait cumulé d'énormes retards scolaires parce qu'elle avait été souvent malade au cours des années. Hopitalisations fréquentes, opérations, stress, détresse, cancer. Beaucoup pour de petites épaules comme les siennes. La vie n'est parfois pas juste.

Annie a fini par décrocher son DES. Elle travaille maintenant dans ma commission scolaire comme technicienne en éducation spécialisée. Et elle a un gamin qui sera peut-être un de mes élèves l'an prochain.

J'en ai profité pour expliquer à son fils quel genre d'élève était sa mère, son courage, sa persévérance.

Aujourd'hui, je m'en fous d'avoir eu un instant le sentiment d'avoir vieilli. Tant que j'aurais cette impression de faire une différence, de rétablir un peu de justice dans cette vie parfois merdique, je serai toujours jeune.

13 commentaires:

bobbiwatson a dit…

Le vieillissement est souvent la concrétisation de la sagesse! Qui n'a pas dit que les meilleurs profs "sont les anciens profs" qu'ils ont eus?
Dur retour à la réalité? La vie se charge de nous ramasser régulièrement.
Mais il faut que tu sois fier que cette ancienne élève veuille inscrire son fils dans le niveau où tu enseignes, en espérant secrètement (j'en suis certaine) que tu seras le prochain prof de sa progéniture.

Bravo à toi! Tu as le droit de te péter les bretelles!

Renée-Claude a dit…

Touchant comme rencontre ! Merci d'avoir partagé ! Oui, qu'on le veule ou non, on a de l'influence sur les gens qui sont sur notre route. C'est important d'être conscient de ça ! Bravo d'avoir accompagné (entre autres) cette élève !

Le professeur masqué a dit…

Bobbi: Je ne me sens pas vraiment ramassé. Et notre rencontre fut davantage un beau hasard.

Renée-Claude: Il faut être conscient de cette importance le plus souvent possible, je crois.

Drew a dit…

On s'en fout de vieillir dans ce temps là! Ça prouve qu'on vieillit bien :-)

bobbiwatson a dit…

Qui a dit que tu t'étais fait ramasser? C'est juste une réalité.
Imagine si tu étais un prof du primaire et que tu avais les enfants de tes anciens élèves?????

Dans l'ancienne école primaire de mes enfants c'est monnaie courante! Et personne ne se sent vieux pour autant! Au contraire!

Air fou a dit…

Quel plaisir... Quel bonheur de sentir que l'on fait, ne serait-ce qu'un tout petit peu, une différence positive. Je suis certaine, moi aussi, qu'elle souhaite que son fils t'aie comme prof. Un bon prof, ça influence toute la vie durant.

Bravo pour ton amour des étudiants et de ta profession. Malgré les embuches et les déceptions, les obstacles de la vie.

Zed ¦)

misspepsi a dit…

Le lundi 14 septembre 2009
"Un Magogois planche sur les effets spéciaux du prochain Clint Eastwood"
par Jonathan Custeau
La Tribune
"Être distrait à l'école, parfois, c'est payant. C'est ce qui a mené le Magogois Daniel Gaudreau jusqu'à Vancouver, depuis avril, où il planche sur le prochain film de Clint Eastwood, Invictus. Adolescent, il consacrait le plus clair de son temps à maîtriser les rudiments de l'animation 3D plutôt que d'étudier. Et il ne le regrette pas une seconde."

- - - - - -

Voilà le genre d'information qui frappe le parent moyen et son ado moyen: le mythe du "loner", de l'autodidacte et du self-made man à l'anti-conformisme triomphant. Parce qu'ici, écouter en classe et faire ses devoirs à la maison, c'est du conformisme, de l'écrasement devant l'autorité.

Plein de parents rêvent en secret que leur petit cancre deviendra un Daniel ou un Guy Laliberté juste parce que "lui non plus n'aime pas l'école"...

On oublie ici que le Daniel en question était peut-être distrait à l'école, mais qu'il était assez passionné d'animation 3D pour y travailler comme un déchaîné des heures durant. Pas la même chose que de glander en classe et de rester des heures durant à jouer à World of Warcraft ou écouter des vidéoclips de rappeurs mafieux...

Le professeur masqué a dit…

Miss Pepsi: le cousin de Ex- madame Masquée n'arrêtait pas de dire qu'il ferait des films, qu'il irait à Hollywood, etc. Il n'a jamais tenu une caméra dans ses mains de sa vie.

lebarbareerudit a dit…

Enseigner au Nunavik m'a permis de vivre des expériences extrêmement enrichissante de ce point de vue. Par exemple, il y a deux ans, toutes les élèves qui ont gradué en français étaient des mères, sauf une. J'ai même eu une élève qui venait à l'école avec sa fille lorsqu'elle n'avait pas de gardienne pour en prendre soin… je vais vous dire qu'il n'y a rien comme un petit bambin dans une classe pour changer toute la dynamique!

Je suis convaincu qu'à lire ça, certains d'entre-vous devez être horrifié à l'idée que de si jeunes femmes, pratiquement toutes sous la barre des 18 ans, puissent être enceinte alors qu'elles n'ont même pas terminé leur secondaire. Et c'est effectivement tout un choc la première fois qu'on y est confronté. Mais, en y pensant bien, l'important, c'est qu'elles terminent leur secondaire. Et ce, malgré les obstacles et les difficultés qui se mettent en travers de leur route.

Safwan a dit…

Belle tranche de vie, PM. C'est émouvant :O)

bobbiwatson a dit…

La preuve que tu vieillis? Mettre deux "i" au lieu de "il" dans le mot :) Ceci est une taquinerie.

cendrillon a dit…

Vous pensez vraiment que le jeune a compris votre message? Vous êtes crissement optimiste!
Avez-vous oublié que c'est un enfant de la réforme auquel vous vous êtes adressé?
C'est vrai que tous les rêves sont permis.

Nanou La Terre a dit…

Beau billet attendrissant...Comme ça peut faire du bien de s'être sentie utile!