14 septembre 2007

Chaos des bulletins: la routine habituelle, quoi!

Dans Astérix, vous vous souvenez sûrement de ce bateau pirate que les vaillants Gaulois coulaient allègrement à chaque bande dessinée. Si vous allez plus loin dans votre mémoire, il y avait aussi ce petit perroquet qui y allait à tous coups de cette réplique: «La routine habituelle, quoi!»
C'est un peu la même chose avec le retour des bulletins chiffrés. Peut-on être vraiment surpris que cette opération politique se traduise par des ratés pédagogiques? La majeure partie de la réforme s'est déroulée sous le signe de l'improvisation, quant à moi. Des profs qui ne savaient pas comment évaluer leurs élèves, c'est un peu devenue chose courante. On s'énerve beaucoup dans les médias (ici, ici et ici) avec cette situation maintenant courante en éducation.

Pas de panique, tout le monde! On a l'habitude de gérer tout ça à la petite semaine maintenant!

Il semblerait, si l'on se base sur les informations reçues, que les enseignants ne seraient pas obligés d'utiliser les fameuses tables de conversion lettre = pourcentage comme on le pensait. Ils seraient libres de mettre les notes de leur choix.

En passant, la ministre a expliqué ce retard en indiquant qu'elle ne voulait pas envoyer dans les écoles des directives qui n'auraient pas fait le bonheur des professeurs. Touchant!
Ajout: le conseiller pédagogique a rencontré les professeurs de troisième secondaire chez nous aujoud'hui. Donc, le chaos est fini.

7 commentaires:

bobbiwatson a dit…

Vous pouvez vous compter chanceux si les conseillers pédagogiques de chez vous sont rapides. Ce n'est pas le cas ailleurs. À entendre et à lire les diverses interventions faites sur les bulletins, il semble que le consensus soit loin. Au moins, chez vous, il ne devrait pas y avoir trop de remous.

¤Enidan¤ a dit…

C'est trop drôle..

À toutes les réunions de profs ou de parents que j'ai assisté, personne ne disait la même chose... ahaha...

Ici c'est l'embrouillaminis total...

Zed Blog a dit…

Il ne faut faire de peine à personne.

Même aux profs.

Zed ;-)

Nous sommes bien au Québec.

souimi a dit…

Moi, j'suis en 4e secondaire. Je n'ai pas encore plongé dans la "bullshit". Par contre, j'ai assisté aux "formations" données par la c.s. l'année dernière pour la 3e secondaire....
Je me tais.

bobbiwatson a dit…

Dans toute situation il y a des piliers existants. Dans le milieu du prof masqué il y a des conseillers pédagogiques qui ne dorment pas au gaz. Ce n'est pas un(e) ami(e) très cher(e) ou une connaissance (féminine ou masculine) avec qui on va au resto souvent qui réinventera la roue. Laissons les grands débats collégiaux sur la place publique. Il faut que les gens du milieu concerné (parents, étudiants, enseignants, intervenants) se tiennent et s'entendent sur une même idée. C'est trop facile de blâmer les profs. C'est au tout des parents de mettre leurs culottes face aux bulletins. Après tout, qui devra vivre avec ces merveileux bulletins? EUX !!!!

Safwan a dit…

J'écoutais la ministre Courchesne en entrevue au 98,5, hier (07-09-14, cliquer sur «Min Michelle Courchesne»). Elle disait que pour elle, il n'y avait aucun doute que c'était le retour des bulletins chiffrés et elle déplorait du bout des lèvres que certaines écoles aient attendu un papier officiel signé de la main même de la ministre leur disant d'emboîter le pas à cette mesure. Cette fameuse missive devrait arriver dans les écoles la semaine prochaine.
Peut-on vraiment en vouloir aux directions d'attendre que le tout soit officiel? Je ne crois pas: au rythme où l'on reçoit des informations contradictoires sur un même sujet en éducation depuis quelque temps, j'aurais sûrement fait la même chose.
En attendant, elle s'insurgeait contre certains directeurs d'école et commissions scolaires qui refusaient d'appliquer la mesure. Vous savez quoi? Ils ont le droit de ne pas l'appliquer. C'est ce que la mnistre a affirmé, donc j'ose espérer qu'elle a raison et qu'elle ne nous fera pas le coup du «mes fonctionnaires m'ont mal informée». Donc, deux poids, deux mesures. À quoi lui sert-il de mettre en place une mesure si elle laisse en même temps la latitude à certains individus rigides de ne pas la suivre? La question est lancée...

bobbiwatson a dit…

J'ai parlé avec une prof du primaire cette après-midi en faisant mes achats légumes/fruits. Elle me disait qu'ils ne savaient pas encore ce que serait le bulletin "chiffré" et qu'il s avaient un bulletin à produire sous peu. Quand je lui ai mentionné que des profs d'une école secondaire avaient été avisés par leurs conseillers pédagogiques ......... sa mâchoire du bas est tombée.
Suite à cette conversation je me suis demandée si les conseillers pédagogique du primaire et du secondaires se parlent !!!!